Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2016

Premier rétrécissement

Brexit, Union Européenne, politique européenne

 (Mes photos -"Je souhaite ne compter que les heures heureuses", Lycée Masséna)

Le tremblement de terre s’est produit, le Brexit l’a emporté, événement historique dans la construction de l’Union Européenne dont nous avons vu les élargissements, mais jamais un rétrécissement. Je ne pensais pas que cela arriverait, tant la propagande pro-européenne occupait l’espace, mais secrètement, je le souhaitais. Non pas exactement pour les mêmes raisons qui ont amené la victoire du camp du OUT. Il est évident que la nécessité s’impose de refaire, de revoir et de reconstruire au niveau des institutions de l’UE et de l’attitude de ses dirigeants –commissaires, parlementaires, exécutifs -toujours plus éloignés de la réalité, et toujours plus incapables de la gérer de manière satisfaisante. L’écart s’est creusé, et les Eurocrates n’ont pas su déchiffrer correctement les signes avant-coureurs.

La Grande Bretagne n’est pas la Grèce, qui elle, était sur le point de quitter l’UE et a été sauvée in extremis par des rallonges et des prêts. Le plus douloureux pour l’UE, si elle voulait l’admettre, c’est le départ d’une puissance européenne. Ce ne serait pas du tout le même effet si l’un des pays de l’Est, entrés dans l’UE suite aux élargissements de 2004 et de 2007, faisait la même démarche. Hypothèse absurde, bien entendu, quand on sait ce que signifie l’appartenance à l’UE pour des pays pauvres et gangrenés par la corruption: la législation et les réglementations européennes représentent la seule garantie d’un Etat de droit après la dictature communiste, bien que cette garantie ne soit pas absolue, comme on a pu voir en Roumanie en 2012, lorsque l’intervention des instances européennes a empêché un véritable coup d’Etat. L’UE est l’unique rempart de ces pays-là, même si tous ne sont pas au même niveau (la Bulgarie et la Roumanie ne sont pas la Pologne ou la Slovénie).

La décision digne et courageuse de la Grande Bretagne est la chance qu’une vraie démocratie et une grande nation donne à la construction européenne, ou plutôt à l’idée de construction européenne, pour se repenser autrement. C’est le sens premier du mot « crise », qui comporte contrairement au terme « catastrophe » un versant constructif et salutaire. La question à un million d’euros, disons, est si l’UE saura en faire quelque chose.

26/05/2016

La CIPAV se déplace

"La CIPAV, votre caisse de retraite et de prévoyance organise deux Réunions en région, réunions d’information qui se dérouleront au: NOVOTEL NICE ARENAS AEROPORT 455 Promenade des Anglais 06299 NICE Cedex 3

Les Jeudi 26/05/2016 de 14h00 à 17h30  et Vendredi 27/05/2016 de 9h00 à 12h30

Précédées d’un café d’accueil, ces demi-journées seront l’occasion pour nous de vous présenter lors de la réunion collective, les 3 régimes gérés par la CIPAV (régimes de retraite de base, de retraite complémentaire et invalidité décès) mais aussi de vous informer sur les actualités, et l’ensemble des services offerts par votre caisse.

Nous vous offrons également la possibilité de bénéficier d’un entretien avec l’un de nos conseillers pour faire le point sur votre situation individuelle lors de ces réunions.

Pour répondre au mieux à vos attentes, ces réunions s’effectuerons exclusivement sur rendez-vous , le nombre de participants étant limité.

Vous devez dans un premier temps obligatoirement confirmer votre participation à l’une des deux réunions en vous inscrivant via le portail CIPAV adhérent:

Un e-mail de confirmation vous parviendra dans les minutes suivant votre inscription, vous y trouverez un lien vous permettant de prendre un rendez- vous pour un entretien individuel.

Bien cordialement "

C’était inespéré: rencontrer la CIPAV en chair et en os. Un moment unique dans ma brève existence d’entrepreneur en France, c’est pourquoi j’ai pris des photos - des traces mnésiques pour mes possibles vieux jours. Je me suis enregistrée et choisi le thème de l’entretien individuel : cotisations et règlements - quoi d’autre ? J’ai attendu impatiemment le jour, j’ai même appelé ce matin à Paris pour savoir si la réunion était toujours maintenue, vu les grèves et les perturbations dans les transports. Oui, c'était maintenu, les conseillers avaient pu arriver à Nice. Eux oui, mais moi, comment me rendre au Novotel, à l’aéroport, s’il n’y a pas de bus.. Mon rendez-vous était fixé pour 15 heures. J’ai mis des ballerines plates et je me suis mise en condition mentale pour les 6 km sur la Prom’ - il y avait du vent, la mer était un peu agitée, mais il faisait beau. Je n’ai pas de voiture et prendre un taxi aurait été simplement ridicule, dans la circonstance.. Après un km, je profite des bus qui ont repris à 13 heures, après l’interruption dans la matinée, et je continue à pied un bout de chemin. A l'hôtel, je prends en vitesse le café d’accueil – pour moi, ce sera un ristretto et un jus d’ananas -, et je monte dans la salle de réunion où s’affichent, sur des panneaux géants, les chiffres fascinants de l’équilibre financier de la CIPAV. Mes milliers sont dans les 438 M Euros de cotisations recouvrées en 2014, cela me fera quelques euros pour ma retraite, dans quelques années. Sujet sensible, les cotisations. Je sais qu’il existe déjà trois associations de victimes de la CIPAV, avec des avocats, des procédures engagées.. (dans la note du 2/05). L’intervenant  commence à nous expliquer pourquoi la décision qu’avait prise une adhérente, de ne pas régler ses 25.000 euros de cotisations et de les investir dans un bien immobilier, n’était pas une bonne idée économique. Mais je ne saurai jamais pourquoi, car on m’appelle pour mon entretien. Le conseiller devant son écran a accédé à mon espace adhérent, et des documents me concernant sont déjà prêts. J’expose mon problème, qui n’est pas du tout compliqué, et je fais une demande de remise pour les pénalités des années précédentes que j’avais réglées avec des efforts surhumains. Ce sera déduit du montant de 2016. C’est déjà ça, je ne suis pas venue pour rien, si j’ajoute le café, le jus, les stylos et l’agenda, la petite bouteille de Badoit. En plus, comme tout le monde sait, la misère est moins pénible au soleil. 


DSC_1982.JPG DSC_1980.JPGDSC_1979.JPG

DSC_1985.JPGDSC_1987.JPGDSC_1988.JPGDSC_1989.JPG 

02/05/2016

Et surtout, pas les Américains..


travail,ue,us,ttip,brics,économie,idéologie(Mes photos: Nice, à la Réserve)

Hier, le 1er mai, fête du travail et du muguet. Les manifestations contre la Loi travail en France (une loi qui propose quelques réformes censées débloquer ce qui semble figé sur ce marché) ont continué à Paris, avec les aléas de la démocratie: du vandalisme et des casseurs cagoulés, des ripostes violentes contre les forces de l’ordre. Quant au phénomène « Nuit debout », ce rassemblement qui se prolonge depuis un mois en plein centre de la capitale française, et qui se voulait un think tank de masse, il paraît que la police même vient de demander sa dissolution..

Entreprendre en France représente un véritable acte de courage (je le sais bien, en tant que condamnée à… la CIPAV). Tout comme être hospitalisé en Roumanie peut représenter un risque vital (voir le récent scandale sanitaire concernant les produits désinfectants dans les hôpitaux, dilués 10 et 70 fois). Toujours en Roumanie, l’Etat commence à s’apercevoir que la démographie est en chute libre, que les gens qualifiés s’expatrient mais qu’ils envoient beaucoup moins d’argent, et que les compétences professionnelles manquent de façon inquiétante. Bientôt, ils vont rester entre eux, les politiciens populistes et démagogues et pleins aux as.

Pendant ce temps, un épouvantail est agité avec conviction surtout en Europe (et Greenpeace vient juste d’être de la partie): le traité entre l’UE et les US (le TTIP/le Tafta) 

Pendant ce temps, la Nasa travaille avec conviction sur un prochain modèle d’avion supersonique . Aux Etats-Unis, pas de grèves, pas de manifestations, pas de chômage au-dessus de 5%. L’esprit entrepreneurial se caractérise par l’innovation et la prise de risque, et il représente la partie essentielle de la capacité d’une nation à réussir sur un marché global compétitif et en perpétuel changement - nous explique le dictionnaire du business. Le concept de créativité n’est plus associé exclusivement aux professions artistiques, le besoin de réflexion créative est passé des arts vers le business quotidien. Qu’est-ce que la créativité? Un processus mental et social qui génère des idées, des concepts et des connexions aboutissant à l’exploitation de nouvelles idées. Autrement dit, de l’innovation. Un environnement propice à la créativité en est la condition essentielle.

Je lis un article dans ILD qui explique assez bien comment finit le mariage entre l’idéologie et l’économie de marché (en voici quelques extraits).

"Qui se souvient encore des BRICS ? Il y a 10 ans, c’était le nouveau modèle de développement matérialisé dans ces cinq Etats: de grandes économies, en dehors du monde occidental, réussissaient à être performantes sur la base d’un scénario novateur dans lequel la démocratie politique était facultative. Bien des admirateurs des BRICS soutenaient également le tiers monde et se voyaient vengés: voilà que le travail des sociétés défavorisées portait ses fruits, et que le temps des économies réglées sur des principes classiques était révolu. Le mainstream media et les grands journaux spécialisés ont célébré la nouvelle force économique du monde: le système des BRICS. Seulement, ce système ne s’est jamais trop soucié de détails. Le succès était quantifié en fonction de la croissance, et personne ne s’est empressé à expliquer d’après quelle formule. Ces 5 Etats avaient, il y a 10-15 ans, une croissance solide, débordante même, et cela suffisait. Les nouvelles stars s’étaient prises au sérieux réciproquement et avaient commencé à organiser des réunions de coordination. Parallèlement, les économies occidentales semblaient confirmer, par leur stagnation, que la solution des BRICS était viable. Et rapidement, la mode des BRICS est devenue une manière de contester les fondements économiques du monde occidental. Si l’Inde, la Chine, le Brésil, l’Afrique du Sud et la Russie croissent pendant que les économies occidentales stagnent, c’est que la voie est là. Et petit à petit, l'idée a commencé à germer et à faire son chemin: une économie de succès n’a pas besoin de liberté politique, bien au contraire, les exigences de la démocratie pourraient la gêner.

La Chine est devenue un repère important, et nombre de théoriciens ont commencé à voir que le modèle chinois limitait peut être les libertés, mais il offrait un modèle de vie plus que décent à une population énorme. Des analystes, des politologues et des sociologues ont migré vers la conclusion que, dans le fond, un régime qui assurait le bien-être de sa population aura rempli sa mission, le reste comptait beaucoup moins. L’époque où la philosophie des BRICS était à la mode est dépassée. A présent, ces stars du modèle non-occidental sont en panne, sinon pire. Et les anciens partisans de l’insurrection des BRICS ne souhaitent plus s’exprimer. Une seule exception: l’Inde, seul exemple de démocratie constante et de capitalisme classique - un capitalisme primaire, combatif et plus agressif que sa version occidentale. Pour les autres, rien que des histoires sans happy-end.

La Chine: les années de croissance spectaculaires ont pris fin, le pays a rencontré inévitablement la contradiction qui oppose la liberté économique à l’absence de liberté politique (…). L’Afrique du Sud est un cas dérisoire: comptant parmi les prochaines puissances économiques seulement par sympathie politique à l’égard des administrations de couleur, elle a succombé définitivement à l’économie réelle. (…) La Russie est tombée du système des BRICS sans trop de complications. La tyrannie des exportations de matières premières a eu l’effet classique. L’augmentation des prix sur le marché a permis la croissance. La baisse des prix a assuré la baisse de l’économie. Le Brésil constitue l’exemple le plus spectaculaire. Presque 20 ans d’illusions et de bonne presse s’achèvent dans le dérisoire, avec une économie en régression massive, une crise politique totale, et une chasse aux leaders politiques. Les deux apôtres de la nouvelle économie brésilienne ont été descendus du piédestal, l’ex-président Lula da Silva fait l’objet d’une enquête, et la présidente Rousseff est sur le point d’être suspendue. (…) La corruption sous la houlette de l’Etat a augmenté et a créé un fabuleux réseau de fonctionnaires-protégés. Les investissements ont été sacrifiés, l’exportation de matières premières est devenue la seule source de revenus. L’économie a refusé d’obéir à la réputation des BRICS et s'est effondrée. La leçon finale n’est pas vraiment nouvelle et elle nous rappelle toujours ceci: il n’existe pas d’économie docile et obligée de suivre l’idéologie ou les désirs des médias. L’économie suppose de l’argent, du travail et des idées. C'est la productivité et la capacité à mettre sur le marché des produits désirés qui restent finalement le critère décisif. " 

 
 

30/01/2016

Il y a 12 ans, sur ce même blog

blog, 2004, claudiu, us customs broker license, Cefro, ue (Mes photos- Janvier à Nice)

Je publiais la version en français de cette lettre adressée à mon fils fraîchement diplômé de College of Charleston, en Business Administration. Je viens de la relire aujourd'hui, un jour de mémoire pour nous deux. C’est aussi avec le soutien de son grand-père, en plus de mes emprunts bancaires, que Claudiu a pu mener brillamment ses études coûteuses en France et aux Etats-Unis. Je réalise, encore une fois, que ce que moi j’appelle la part du Destin, c’est-à-dire les 50% lui appartenant dans notre travail en commun, est plus rude, mais beaucoup plus lucide et plus réaliste. Ce n’est que le recul qui rend possible une sorte de consolation, voire de réconfort. Claudiu ne vit pas en Roumanie, mais aux Etats-Unis, et depuis 2006, et dans l’esprit américain, il a constamment évolué au sein de sa compagnie. Il vient d’ailleurs d’y obtenir une nouvelle position, et sa persévérance pour passer une licence de Customs Broker, il y a deux ans, a payé. Il est donc, d’après son profil Linkedin, "Global Freight Forwarding Account Manager at UPS SCS (Supply Chain Solutions) Licensed Customs Broker". Bien entendu, il n’est plus question de notre structure créée initialement en Roumanie dans les années ’90, et qui a toujours été en sommeil, faute de financement.. Il est question de CEFRO, que j’ai créée en France (www.cefro.pro et www.cefro-trading.com). Cette fois-ci, elle n'a pas besoin de financement, seulement de clients, à condition qu'ils soient différents de ceux que Claudiu aurait sur son territoire américain, et cela afin que tout conflit d'intérêts soit exclu. Donc, des clients de l'UE !