Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/07/2017

Je reste en France

DSC_3442.JPG

(Mes photos- Laveurs de carreaux, Nice Etoile)

Voilà un quart de siècle que je vis en France, et son administration ne m’est plus étrangère. La qualité fondamentale que je lui trouve, c’est qu’elle n’est pas corrompue (du moins au niveau des services de base). Vous ne glissez pas quelque chose (argent, cafés, chocolats, parfums, etc…) pour obtenir un document auquel vous avez droit, comme c’est la coutume dans certains pays, vous ne payez pas en même temps votre billet de train et le guichetier qui vous le donne, comme en Inde. Si les fonctionnaires français ont de nombreux privilèges, c’est bien pour empêcher la corruption. Seulement, la nature humaine étant ce qu’elle est, il existe un revers de la médaille. On ne se sent pas forcément motivé pour accomplir attentivement ou correctement les tâches de son poste de travail (on a la sécurité de l'emploi), on peut faire preuve d’un manque de souplesse élémentaire à établir des connexions entre les cases, ce qui peut créer des bugs ou des dysfonctionnements surprenants.. Je me suis parfois demandé si la personne en face de moi était hostile, ou simplement stupide ou obtuse.

Lire la suite

04/08/2014

Mr.Clapson

sb10062615l-001desk office (cubbicle).jpg

(Photo Web: Illuminated cubicle and workstation in dark office)

Cet article que j'ai lu hier soir, dans le très sérieux quotidien The Guardian, m'a touchée jusqu'aux larmes, et je dois reconnaître, beaucoup plus que les explosions couvertes ces jours-ci par les médias. Un chercheur d'emploi âgé de 59 ans, mort dans une totale solitude, entouré de ses CV, avec 3 £ sur son compte bancaire, l'estomac vide, et le frigo, où il gardait son médicament contre le diabète, hors service, puisque l'électricité était coupée. Cette tragédie silencieuse est finalement très occidentale, si l'on pense à l'isolement personnel, et surtout, à la fierté s'efforçant d'étayer la dignité (il n'y a pas la multitude de cousins, de frères, la masse de la communauté pour vous porter, ou pour crier..). Elle nous fait voir une autre facette cruelle de l'actualité, celle du rouleau compresseur de l'administration, dont les victimes ne sont pas moins humaines que les autres, qui succombent violemment, mais à cause de l'escalade de la haine et de l'acharnement. On sait bien que l'administration accuse toujours ceux qui ne trouvent pas d'emploi de ne pas chercher suffisamment, en les culpabilisant pour les maigres allocations dont ils bénéficient, et en oubliant que ces maigres allocations retournent dans le circuit de la consommation.. Les sanctions émanant de ces dispositifs de réinsertion (que j'appelle "pénitentiaires") sont mises en application par des fonctionnaires qui, eux, à part le fait qu'ils sont sécurisés par un emploi et un salaire, n'ont ni le temps, ne les moyens pour s'attarder sur un dossier, afin de comprendre une situation, un cas. L'image que j'en ai est celle d'une plantation sur laquelle certains travaillent, pendant que d'autres les surveillent.. Les vrais maîtres, c'est une élite de plus en plus riche, de plus en plus concentrée, et malheureusement, de plus en plus politique. 

20/04/2013

"We got him"

A 8h54 pm, The New York Times écrit: Breaking News Alert, "Boston Bombing Suspect Is in Police Custody". Sur CNN, la bande qui défile en bas de l'écran affiche le tweet lapidaire de la police: "We got him". Voilà, c'est tout, ils l'ont fait, et avec une rapidité formidable, avec le soutien de toute une ville, que le président Obama s'est empressé de remercier. Maintenant, nous allons assister aux commentaires et aux analyses -en France sûrement plus approfondis. Et comme on devrait s'attendre, on va souligner que c'est un cas isolé, car des fous, il y en a partout. Parce qu'il faut, mordicus, éviter le fameux "amalgame", sinon toucher à l'islam deviendrait hautement sensible. Sauf que ce n'étaient pas des fous, mais des jeunes islamistes caucasiens (Tchétchènes Russes) qui s'étaient radicalisés (via Internet, apparemment), après avoir vécu et aussi étudié aux US.. On a tous vu les images de ces jeunes, ils n'étaient pas des banlieusards (au sens français du terme), et ils n'avaient pas l'air d'être mal intégrés (toujours au sens français du terme). Il faut rappeler qu'une fois que vous vous trouvez de manière légale sur le sol américain, vous avez des chances égales pour étudier, pour travailler, pour réussir - mais vraiment égales. Vous n'êtes pas pris dans un dispositif d'insertion ad vitam aeternam, un dispositif purement administratif, dont vous ne sortez pas si vous êtes étranger (car à part ce dispositif, vous n'avez aucune autre chance), et que j'appelle, pour ma part, "administration pénitentiaire". Vous pouvez passer toute votre existence dans un tel dispositif d'insertion, et n'aboutir à rien, puisque c'est quasiment impossible. 


Donc, on est obligés de voir, dans le cas de l'attentat américain, que le facteur social ou économique n'y est pratiquement pour rien. Il est culturel. J'ai entendu un commentateur français affirmer que le problème des US serait qu'ils n'arrivent pas à intégrer leurs étrangers (certains de leurs étrangers, ceux-là, plus exactement). Mais une vraie démocratie, c'est la liberté de conscience, n'est-ce pas? Et ce n'est pas, d'ailleurs, ce même discours que ce sont parfaitement approprié les jeunes femmes voilées que l'on invite sur les plateaux de télévision, et dont le bagout vaut trois doctorats? On reprend les concepts de liberté, etc., et on les utilise à l'envers, c'est connu, c'est la vertu du langage. 

Le politiquement correct, qui veut éviter à tout prix l'acceptation de toute idée de motivation culturelle (religieuse, puisque la religion est une composante de la culture), sera sans doute présent dans l'explication des événements qui viennent de se produire à Boston.  


P-S Je n'ai rien contre les commentaires, simplement, je supprime les pubs déguisées. Sur ce blog il n'y a pas beacoup de commentaires.. Mais, j'apprends que l'un de mes lecteurs laisse parfois des commentaires, dont certains apparaissent, et d'autres non. En attendant la réponse (technique, sans doute) de mon hébergeur, je vais poster plus loin les quelques lignes de mon lecteur, qui a eu la gentillesse de les retrouver et de me les envoyer. 

 


Ecrit par Claudiu: " Great commentary - as days go by, it becomes more and more obvious that socio-economical integration factors have little to do with the motivation behind the bombings. The 2 young men were naturalized american citizens and once again, radical religious views make their mark. It is not the first time however, let's not forget the "mighty" crusades. Whatever the religion, when it turns radical it turns dangerous for the mankind itself."