Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/07/2017

Je reste en France

DSC_3442.JPG

(Mes photos- Laveurs de carreaux, Nice Etoile)

Voilà un quart de siècle que je vis en France, et son administration ne m’est plus étrangère. La qualité fondamentale que je lui trouve, c’est qu’elle n’est pas corrompue (du moins au niveau des services de base). Vous ne glissez pas quelque chose (argent, cafés, chocolats, parfums, etc…) pour obtenir un document auquel vous avez droit, comme c’est la coutume dans certains pays, vous ne payez pas en même temps votre billet de train et le guichetier qui vous le donne, comme en Inde. Si les fonctionnaires français ont de nombreux privilèges, c’est bien pour empêcher la corruption. Seulement, la nature humaine étant ce qu’elle est, il existe un revers de la médaille. On ne se sent pas forcément motivé pour accomplir attentivement ou correctement les tâches de son poste de travail (on a la sécurité de l'emploi), on peut faire preuve d’un manque de souplesse élémentaire à établir des connexions entre les cases, ce qui peut créer des bugs ou des dysfonctionnements surprenants.. Je me suis parfois demandé si la personne en face de moi était hostile, ou simplement stupide ou obtuse.

Lire la suite

08/05/2017

La France a élu son Président

DSC_000001 (4).JPG(Mes photos- Nice, la plage du Lido)

Une campagne présidentielle suivie avec intérêt dans le monde entier, et qui, en France, a montré à quel point la société était fragmentée. Au lendemain du second tour et quelques jours après un débat déroutant pour certains et salutaire pour d’autres, le soulagement quand même. Le plus terrible aurait été d’avoir une finale entre l’extrême droite et l’extrême gauche -et quoi que l’on puisse dire, on l’a frôlée. Leurs idées sont faciles à retrouver dans les régimes totalitaires d'essence nationaliste et socialiste, il existe encore beaucoup de nostalgiques parmi ceux qui ont vécu dans ces régimes-là, et aussi beaucoup d'idéalistes parmi ceux qui ne les connaissent pas par expérience directe. 

Monsieur Anders Fogh Rasmussen, l’ancien secrétaire général de l’OTAN, écrit sur Facebook :

"Félicitations à Emmanuel Macron. Ce soir, l'Europe a poussé un soupir de soulagement après une victoire pour le monde libre. Cependant, la lutte est loin d'être terminée.

A présent, tous les regards se tournent vers les élections législatives de juin, qui décideront si M. Macron obtient sa majorité au Parlement seul ou en coalition.

La priorité de M. Macron sera évidemment la réforme de l’économie française et, une fois leurs élections terminées, la coopération avec Berlin pour réformer l’architecture de l’eurozone.

Néanmoins, j’espère également que nous verrons M. Macron faire évoluer le rôle de la France dans le domaine des relations internationales, afin qu’elle joue un rôle moteur pas seulement vers le sud, mais également vers l’est, ou le soutien est vital. Après tout, M. Macron a été lui-même la cible de la stratégie de désorganisation de M. Poutine, à travers ses tactiques de guerre hybride."

Le pays dont je suis ressortissante, membre de l’UE et de l’OTAN, semble s’enfoncer irrémédiablement, rongé, plus que jamais, par ses problèmes insolubles qu’il traîne et amplifie depuis 27 ans. Je n'ai d'autre choix que celui de regarder, comme depuis le début de l'aventure en '90, avec un espoir relatif mais seul envisageable, vers ces instances-là, imparfaites et perfectibles. Il y aura finalement, sur notre planète petite et précieuse, des solutions intelligentes pour faire coexister la Lexus et l’olivier - les deux sont indispensables.  

01/03/2017

Fonds, subventions..

subventions,manifestations anticorruption,roumanie

(Photo- Place de la Victoire, Bucarest, février 2017)

Un quotidien français titrait dimanche à la une de sa rubrique Europe: Roumanie. Des manifestants  forment le drapeau de l’UE à Bucarest. Plus loin: « Un Etat très corrompu. Selon Transparency International, la Roumanie fait partie des Etats les plus corrompus. Son système judiciaire a été mis sous surveillance spéciale par Bruxelles ». Le journal Le Monde consacre son éditorial à "cette révolte-là qui refuse de s'éteindre": L'Europe doit entendre la révolte roumaine. "La lutte contre la corruption cristallise les aspirations d'une société civile qui accède à un meilleur niveau de vie et d'éducation. La réalité d'un pouvoir confisqué par des élites s'enrichissant aux dépens de la population n'est plus supportable. Internet et les réseaux sociaux jouent un rôle crucial dans ce combat, en multipliant l'effet mobilisateur des initiatives civiques".

Cela fait un mois qu’une partie de la Roumanie (pas plus d'un tiers, que j’appellerais le tiers évolué) descend dans la rue, Place de la Victoire à Bucarest, et dans plusieurs grandes villes. L’autre Roumanie, celle qui ne fait pas partie « du tiers évolué » mais qui est majoritaire, manifeste pour soutenir le gouvernement ("le Parti a remporté les élections démocratiquement, laissons-le gouverner.."). Le Parti en question (social-démocrate..) leur a confectionné et distribué des pancartes semblables, en lettres rouges, et les slogans qui vont avec - on se croirait à un meeting de l’époque de Ceausescu, exactement pareil. Les personnages politiques qui se trouvent sur l'estrade portent tous des parkas rouges. Quelques personnes plus âgées se bousculent pour toucher et baiser la main de la ministre des Fonds européens, qui s’époumone dans un ahurissant exercice de démagogie néo-communiste. Elle possède, par ailleurs, une grosse fortune inexplicable…(elle habite une villa sur plus de 600m2, et a offert à son fils d'une vingtaine d'années une BMW à 240.000 E). « Peut-être que, si elle est déjà aussi riche, elle ne va plus voler », me dit une amie. Rien n’est moins sûr…Voici une anecdote à ce propos. Un député bulgare invite chez lui un député roumain. Celui-ci, ébloui par le domaine, la villa luxueuse de son collègue lui demande comment il est arrivé à faire tout cela. Le député bulgare lui répond : "ça, c’est le Fonds international pour le développement". L’année suivante, le député bulgare rend visite à son collègue roumain, il voit un domaine encore plus grand que le sien, une villa encore plus luxueuse, trois bolides dans le garage: "ça, c’est l’Europe", répond le Roumain. 

On est ici dans une configuration de corruption identique à celle d’un Etat africain, d’une république africaine, pour être précis: des dirigeants qui sont motivés exclusivement par leurs intérêts personnels, et qui s’ingénient à détourner et à siphonner l’argent public, les divers fonds et subventions via des programmes, des projets et des montages financiers. Mathématiquement, cela donne un Etat faible: pas d’infrastructure renouvelée et entretenue, pas de système médical cohérent et décent, pas de compétences professionnelles réelles, pas d’éducation efficace, etc. C’est pourquoi, la corruption tue effectivement: à long terme, à moyen terme, à court terme. Ici, il n’est pas question d’une quelconque idéologie, mais de corruption à l’état pur: historique, traditionnelle, culturelle. Comme celle à laquelle faisait référence la Reine Marie de Roumanie en 1917: « Nous avons une meute d’oligarques en politique dont le seul idéal est de faire tomber l’autre, de voler l’autre. Je suis dégoûtée, écoeurée, mais je n’ai pas où aller.» (Journal de guerre)   

Il est également possible de tirer bénéfice de l’idéologie qui a cours, ce que l’on voit dans d’autres contextes « caractérisés ». Je pense à une catégorie d'exemples qui me parle plus que d’autres. Ces derniers jours, la presse française a informé de l’ouverture d’une enquête financière visant la famille du jeune homme noir qui avait subi une interpellation brutale le 2 février, en Seine-Saint-Denis. « L’affaire, qui a débouché sur la mise en examen d’un policier, a déclenché des violences urbaines et a eu un grand retentissement politique ». Cette enquête fiscale concerne une subvention d’Etat à une association de quartier censée lutter contre les violences dans le département. C’est « une affaire qui embarrasse les autorités », « l’association aurait reçu, entre janvier 2014 et juin 2016, 678.000 E de subvention d’Etat par le biais de contrats d’accompagnement à l’emploi », « les investigations des policiers (…) auraient montré que huit membres de la famille L., tous habitant à Aulney-sous-Bois, ont perçu de l’association plus de 170.000 E de rémunération par virement, et 80.000 E ont été retirés en espèces », « les enquêteurs cherchent à savoir s’il s’agit d’un véritable système familial d’escroquerie aux aides d’Etat ou d’une mauvaise gestion ». Entre la neutralité de l’information et les euphémismes de rigueur, on est libre de se faire sa propre idée, quand même. Surtout quand on connaît les réalités, de près ou de loin. Il existe aussi les célèbres associations/centres dont le but serait la déradicalisation des jeunes qui basculent dans l’islam radical, et qui reçoivent d'importantes subventions d'Etat. Pour moi, c’est une théorie fumeuse, mais je ne suis pas spécialiste. Elle est portée par une anthropologue qui a des origines algériennes, marocaines, corses, françaises - nous informe Wikipédia-, et qui est la voix qui fait autorité (vraisemblablement la seule depuis Claude Lévi-Strauss..). 

Souvent, la pression d'ordre idéologique, dans une société dite libre, est encore plus insupportable, car elle agit comme un carcan qui vous étouffe, avec votre accord. Ce n'est pas parce que je n'ai jamais obtenu le moindre soutien à mon projet (ce dont témoigne ce blog), que je retiens toujours les exemples de détournements, de malversations, de fraude concernant les subventions. Non, c'est par un esprit de révolte juste. Cela concerne également la myriade d'agences et d'organismes européens dont il est difficile de comprendre l'utilité, et qui sont financés à hauteur de millions d'euros..Je suis souvent dégoûtée et écoeurée, pour reprendre les mots de la Reine Marie, par les nombreux exemples qui sortent quotidiennement, un peu partout.. Mais simplement, je ne connais que ces deux pays, par une assez longue expérience directe. En Roumanie, je n'ai jamais fait partie des réseaux, en France, je n'appartiens pas à une minorité ethnique.   

20/11/2016

En France

France, primaires, présidentielles, Fillon

(Mes photos -Le grand tilleul du jardin Jean Moréno)

Hier soir, j’ai visionné sur mon Smartphone la vidéo live du discours de Monsieur François Fillon, candidat à la présidentielle, tenu devant un public de plusieurs milliers de personnes, et je suis restée pratiquement collée à cet enregistrement du début à la fin. Cela ne m’est jamais arrivé, ou du moins je n’en ai pas le souvenir, qu’un discours politique me touche à ce point par son authenticité et sa justesse. Peut-être est-ce aussi un symptôme signifiant le rejet de tout ce qui, à mes yeux, a fini par devenir irrespirable dans ce pays où je vis et j’entreprends stoïquement depuis 26 ans. Je pense vraiment que le programme qu’il a présenté pourrait être une chance réelle pour la France, celle qu'elle est aujourd'hui, et en tenant compte de l'actuel contexte international et des enjeux mondiaux. Subitement, j’ai eu un sursaut d’enthousiasme que je croyais quasiment impossible. Et comme je ne peux lui donner ma voix, je formulerai une petite prière, ça, je peux toujours..