Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2018

9/11

11 septembre,archives,livre régis debray extraits

(Mes photos -Nice)

"Au contact des Français, on apprend à être malheureux gentiment". (Cioran)

Deux notes des Archives : 9/11 (2001-2011) et  "The peaceful majority were irrelevant".  (2014)

Un court extrait du tout récent livre de Régis Debray, L’Angle mort, en PDF ici. « L’acte souvent suicidaire du terroriste nous force à penser ce qu’on ne veut plus et même ce qu’on ne peut plus penser: la place de la mort dans notre vie.» 

22/08/2018

Bucarest, le 10 août

DSC_0425.JPG

(Mes photos- La transmission en direct)

Dans la note antérieure, plusieurs commentaires m’appartenant envoient à des liens sur ma page Facebook, au sujet de la manifestation du 10 août dernier à Bucarest. Une amie vient de m’envoyer, par la poste, l’article paru dans Le Figaro le 18 août, et auquel je me réfère dans mon dernier commentaire. Il est signé par un intellectuel roumain, Alexandru Calinescu, Professeur de littérature française à l’Université d’Iasi. L’article résume de manière claire pourquoi ce qui se passe à Bucarest est bien plus grave que ce qui focalise l’attention des médias européens à Varsovie ou à Budapest, car l’homme malade de l’Europe, ce n’est pas la Pologne ou la Hongrie, mais la Roumanie. J’en ai choisi quelques extraits: 

Lire la suite

01/05/2018

Marx?!

DSC_3971 (2).JPGDSC_3973.JPG

(Mes photos- La Promenade, Nice

Quelques minutes avant d’ouvrir (pour la première fois) mon nouveau parapluie, transparent et léger, j’ai l’occasion de l’utiliser dans un geste citoyen, en ce jour du 1er mai. Je reste plantée là, devant la petite statue de la Liberté, à repérer la taille et le visage susceptibles de répondre à ma demande, et finalement ça y est, comme on voit sur ces photos. Sur la Promenade, je croise un groupe de militants PCF s’apprêtant à manifester. Peu de temps avant, dans la matinale sur France Culture j’écoutais, d’une oreille distraite mais j’entendais quand même, une discussion sur Marx, pour lequel un regain d’intérêt sévit dans le monde universitaire et dans les courants gauchistes et gauchisants. A cette analyse spéculative intellectuelle qui a quelque chose d'arrogant à mes yeux, je préfère de loin le point de vue des intellectuels de ces pays-là qui ont vu la théorie du grand homme appliquée à leurs propres vies. En voici un de ces commentaires, lu sur Facebook :

L’Europe ne pourra être unie tant que la mémoire européenne ne sera pas unifiée. Les élites occidentales ne devraient pas s’attendre à ce que nous jubilions parce qu’elles rendent hommage à Marx ! Le communisme n’a pas été une idée mal appliquée, mais une horreur criminelle, une misère sans limites, un crime contre l’humanité, et cela depuis le « Manifeste » de Marx à ce jour, en Corée du Nord. Commémorer l’anniversaire de celui qui a écrit le « Manifeste du Parti Communiste » est tout aussi scandaleux qu’organiser des symposiums autour de la pensée politique révolutionnaire de l’ouvrage « Mein Kampf ». Comme Hitler, Marx a été honnête sous un aspect : il a annoncé dans son « Manifeste du PC » (1848) toutes les horreurs violentes, criminelles et antidémocratiques de son mouvement politique : « Le prolétariat utilisera sa domination politique pour arracher des mains de la bourgeoisie, pas à pas, tout le capital, afin de centraliser tous les outils de production aux mains de l’Etat, c’est-à-dire, aux mains du prolétariat organisé en tant que classe dominante, et afin d’augmenter au plus vite la masse des forces de production. Au début, cela ne pourrait se faire, bien entendu, que par le non-respect autoritaire du droit de propriété et des relations de production capitalistes. » Marx n’a pas été un philosophe inoffensif et honorable, et dont les idées auraient été détournées par des bourreaux, il a été un radical à l’origine d’une pensée antidémocratique et dangereuse que les ennemis de la liberté, installés confortablement dans des chancelleries et des universités, continuent d’inoculer aux jeunes. S’il avait vécu au XXe siècle, Marx aurait eu l’occasion d’accomplir ses crimes, et ç'aurait été lui à la place de Lénine ou de Staline. Rendre hommage à Marx, c’est rendre hommage à cette idée, c’est rendre hommage au radicalisme politique et à la violence, ainsi qu’aux crimes qui en ont découlé par une correcte, et non mauvaise, mise en pratique des idées marxistes ! Juncker et Poutine sont tout aussi sinistres : l’un glorifie Marx, l’autre glorifie Staline.

Un groupe classique libéral espagnol, El Club de los Viernes, réagit: Il faut que Juncker renonce à sa "décision insolente" de rendre hommage à Karl Marx. Cette décision de rendre hommage a Marx lors de la cérémonie de dévoilement d'une statue géante du fondateur du communisme offerte par la Chine à la ville allemande de Trier est une illustration de "la dérive progressiste de l'eurocratie bruxelloise". Tout comme les fascistes et les nationaux-socialistes, les communistes sont les ennemis des valeurs occidentales qui ont rendu possibles le marché libre, l'Etat de droit, les libertés civiles et l'égalité devant la loi. La décision de commémorer Marx pourra porter atteinte à l'UE, en alimentant le sentiment euro-sceptique.(In Linie Dreapta)

J’ai partagé un album sur Facebook, avec des photos du « Paradis communiste » en Roumanie.

 

12/04/2018

La Brigade Anti-émigration

(Commentaire publié sur Facebook, ce 12 avril)

L’Unité UM 0225, le Département de la Sécurité de l’Etat (DSS), qui s’occupait de la surveillance de la diaspora roumaine. La Brigade Anti-émigration, une police politique de l’exil roumain. Sa cible : les Roumains qui avaient réussi à s’échapper du grand pénitencier qu’était la Roumanie, les émigrés, c’est-à-dire ceux qui dénigraient les réalisations « de la patrie socialiste ». Plus de 200 noms sur une liste de collaborateurs, dont certains sont actifs et bien connus par le public, comme l’actuel président de l’Académie Roumaine et ancien Recteur de l’Université de Cluj. (Justement, mon sixième sens m’avait alertée au moment où je lisais le CV de ce grand homme, bardé de titres et de diplômes, de participations aux universités internationales etc., etc., et dont l’élection à la tête de l’Académie avait suscité des hommages de la part du troupeau Facebook pour « notre éminent intellectuel »).

En quoi consistaient les actions de la Securitate à l’étranger ? Attentats à la bombe, agressions contre les dissidents commises avec l’aide des groupes mafieux, menaces à l’adresse de ceux qui critiquaient le régime. Bien qu’elle ne fût pas directement impliquée dans l’exécution de ces actions de terrorisme international, l’unité UM 0225 et ses agents ont joué un rôle important. Durant leurs missions à l’étranger, les collaborateurs de la Securitate recueillaient des informations concernant les schémas des maisons où ils étaient invités par leurs compatriotes de bonne foi, la routine quotidienne des amis, leurs projets d’avenir, leur état psychique, les membres de la famille etc. Des informations exploitées pour élaborer des plans d’annihilation de l’émigration hostile. N’oublions pas l’Eglise et ses ecclésiastiques envoyés en mission pour capturer les évêchés et les congrégations de fidèles à l’étranger. 
Le « Règlement-cadre de l’organisation et du fonctionnement du Centre de Renseignements externes » comprend plusieurs articles, dont les 22-28 sur le modus operandi de l’Unité. J’en ai retenu trois qui me semblent toujours valides, en cours.. Art.23 : [l’Unité] organise des actions d’information pour attirer la diaspora roumaine vers des positions loyales à notre pays, de soutien des intérêts de la RSR à l’étranger. Art. 25 : [l’Unité] met en place des organisations et des associations de Roumains de l’étranger, édite des publications, forme des conseils paroissiaux autour des églises roumaines, prend l’initiative d’autres actions ayant pour but d’attirer la diaspora dans la promotion et le soutien des intérêts politiques, économiques, techniques, scientifiques et culturels de la RSR à l’étranger. Art.28 : [l’Unité] envoie en mission et implante illégalement, par des méthodes adéquates, dans les espaces et les objectifs ciblés, des cadres et des sources qui utilisent des identités couvertes et d’autres moyens spécifiques.

Cet article, signé par un jeune historien chercheur des Archives de la Securitate, aura une deuxième partie, que j’attends avec une certaine impatience. Tous ces aspects-là ne pouvaient pas disparaître complètement. La structure, l’ossature de l’Etat communiste n’a pas disparu. Il y a eu une adaptation à la nouvelle configuration et aux nouveaux enjeux, d’autres moyens aussi. Comme en Russie, par exemple..