Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2016

Thérapie nationale

Sa Majesté le Roi Michel de Roumanie lit en ce moment les dernières pages du livre de sa vie. Il a 95 ans, et il a un double cancer. Chaque destin est un livre, le sien a été triste, mais digne, courageux et fidèle, autant que cela a été possible, car lié à l’Histoire et à son pays. Il n’y a pas dans son livre cette page-là où il retrouvait son trône, après avoir été forcé, par le premier gouvernement roumain soviétique, à abdiquer et à s’exiler en 1947. Et donc il n’y a pas, dans le livre commun des dernières générations de Roumains, cette page-là à partir de laquelle ces générations auraient vu autre chose que le communisme-caméléon. On se souvient bien comment, quelques mois après « la révolution » de ’89, le Roi Michel a été empêché d’entrer et a dû rester à l’aéroport, à Bucarest, pour être finalement acclamé par une marée humaine à son passage sur le boulevard Nicolae Balcescu..Les années qui ont suivi ont été quelque chose d’autre, mais pour des raisons élémentaires de respect et de compassion, je vais m’abstenir, cette fois-ci, de mettre ne serait-ce que la pointe du pied sur le terrain marécageux de la politique roumaine et de ses tactiques spéciales..

Néanmoins, je pense profondément que nous devrions, au moins tant que la vie est encore là et que le Roi n’est pas encore passé dans l’histoire, offrir une réparation symbolique. C’est-à-dire reconnaître ce qui est notre part de responsabilité, en tant que peuple. Au lieu de souhaiter quasiment l’impossible à celui qui est maintenant un homme sur un lit d’hôpital, nous ferions peut-être mieux de nous voir tels que nous avons été et que nous sommes vraiment, et de le dire, de le formuler, comme dans une thérapie, pour nous délivrer de l’impuissance, de la duplicité, de la lâcheté qui nous collent à la peau comme une seconde nature. Cela vaudrait cent fois plus que des prières..

Je garde les réponses que j’ai reçues de Versoix (en 1998, 2000, 2001, étape à laquelle je cherchais un soutien à mon projet avec la Roumanie), peut-être plus précieusement que les diverses réponses que j’ai pu accumuler de la part de responsables roumains, européens ou autres, au fil des années. Mais il existe un temps propice pour toute chose, et il faut saisir les moments de grâce ou de chance lorsqu'ils se manifestent. Et s’ils ne se manifestent pas tant que vous en avez encore le désir et l’espoir, il faut tourner le dos, et prendre une autre route. En ce qui me concerne, la Roumanie ne représente plus le but de ce projet-là. A la limite, elle peut être un élément de l'ensemble, mais absolument pas indispensable. 

 le roi michel de roumanie,correspondance,histoire,peuplele roi michel de roumanie,correspondance,histoire,peuplele roi michel de roumanie,correspondance,histoire,peuple
 

30/01/2016

Il y a 12 ans, sur ce même blog

blog, 2004, claudiu, us customs broker license, Cefro, ue (Mes photos- Janvier à Nice)

Je publiais la version en français de cette lettre adressée à mon fils fraîchement diplômé de College of Charleston, en Business Administration. Je viens de la relire aujourd'hui, un jour de mémoire pour nous deux. C’est aussi avec le soutien de son grand-père, en plus de mes emprunts bancaires, que Claudiu a pu mener brillamment ses études coûteuses en France et aux Etats-Unis. Je réalise, encore une fois, que ce que moi j’appelle la part du Destin, c’est-à-dire les 50% lui appartenant dans notre travail en commun, est plus rude, mais beaucoup plus lucide et plus réaliste. Ce n’est que le recul qui rend possible une sorte de consolation, voire de réconfort. Claudiu ne vit pas en Roumanie, mais aux Etats-Unis, et depuis 2006, et dans l’esprit américain, il a constamment évolué au sein de sa compagnie. Il vient d’ailleurs d’y obtenir une nouvelle position, et sa persévérance pour passer une licence de Customs Broker, il y a deux ans, a payé. Il est donc, d’après son profil Linkedin, "Global Freight Forwarding Account Manager at UPS SCS (Supply Chain Solutions) Licensed Customs Broker". Bien entendu, il n’est plus question de notre structure créée initialement en Roumanie dans les années ’90, et qui a toujours été en sommeil, faute de financement.. Il est question de CEFRO, que j’ai créée en France (www.cefro.pro et www.cefro-trading.com). Cette fois-ci, elle n'a pas besoin de financement, seulement de clients, à condition qu'ils soient différents de ceux que Claudiu aurait sur son territoire américain, et cela afin que tout conflit d'intérêts soit exclu. Donc, des clients de l'UE ! 

30/11/2015

Le 1er Décembre

fête nationale, Roumanie, archives blog

(Mes photos- Castelul Peles) 

Pour la Fête nationale de la Roumanie, j'ai préféré choisir plusieurs notes dans les Archives.

2005

2007

"Identité nationale/Procès du communisme"

"La Roumanie culturelle"

"Voter, fêter"

"Identité/Origine"

"Anniversaire"

"Addictive music" 

 

31/07/2015

25 ans

nice,1990,voyage,roumanie,vacances,sighisoaranice,1990,voyage,roumanie,vacances,sighisoara(Photos: Sighisoara, Roumanie- La maison où est né Vlad Tepes/Dracul; Une pension)

 

Il y a 25 ans, jour pour jour, j'arrivais à Nice, à l'Université internationale d'été. Ce matin, j'ai entendu à la radio une expression qui allait bien avec le film de ma vie: "manger avec le diable et payer l'addition". Sauf que normalement, c'est à lui de la payer, s'il est fair-play. Enfin, ce n'est pas fini, il n'a pas dit son dernier mot, ça sera peut-être la révélation.

L'année dernière, j'écrivais cette note pour la même occasion. Aujourd'hui, puisque c'est un chiffre qui marque un quart de siècle, et que je reviens des vacances passées en Roumanie, exactement au pays de Dracula, je vais choisir la version roumaine de ma chanson fétiche, qui m'a toujours fait un clin d'oeil, de temps à autre. A Sighisoara, accoudée à la fenêtre de la jolie pension Casa barocaje suis restée presque toute la nuit à contempler la tour éclairée au loin, dans un silence absolu, et à essayer de percevoir le fil qui traversait les siècles. Je revenais avec ma petite-fille qui a beaucoup aimé le pays de son papa (Rowen Valentina a huit ans, tout est nouveau pour elle). J'ai eu en permanence le sentiment d'être une touriste qui parlait couramment la langue des lieux, mais c'est à peu près tout.. 

 Donc, Marinahttps://youtu.be/8zU3EHVbZtQ ("Care-o fi pricina/Lumea asta-i mare/Dar tu n-ai asemanare/ O, nu, nu, ...")