Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2018

Dans l'air du temps

livre,la france interdite,extraits

(Mes photos- La librairie

C’est à propos de La France interdite, auteur Laurent OBERTONE. Après avoir regardé une vidéo de présentation sur Facebook, je suis allée chercher le livre en librairie. Je l’ai lu avec intérêt, pendant les quelques heures d’un après-midi de fin de semaine (il a 457 pages et une bibliographie sérieuse sur vingt pages). J'y ai reconnu dévoilés les ressorts d'un mécanisme idéologique qui ne m’est pas étranger, puisque j’ai connu à l’Est le totalitarisme. Mes systèmes d’alerte sont donc activés, et surtout, je vis en France depuis vingt-cinq ans.. J'ai décidé de m’appliquer à sélectionner des extraits du livre et à rédiger un document en format PDF d’environ dix-sept pages, pour donner une idée de son contenu. Ma sélection est ma lecture, bien entendu. Comme écrit l’auteur, ce livre, qui « brise le plus grand consensus, celui du vivre ensemble »,  « n’est qu’une agrégation de données publiques, de faits révélés que chacun peut vérifier, de milliers d’études publiées dans des revues scientifiques de premier plan ». Malgré son titre, il ne concerne pas que la France, mais également l’Europe, ou les Etats-Unis, vu qu'il est question de progressisme et de ses effets (à l’Est on l’appelle néo marxisme).

« Aucun rêve ne peut abolir le réel. Le pire ennemi de la vérité n’est pas le mensonge, disait Nietzsche. C’est la conviction. »

« Ce que ce livre peut révéler d’extrême, à mon sens, c’est bien ce totalitarisme qui nous accable, et qui cherche, par tous les moyens, à nous interdire de penser, d’écrire, de débattre, et pourquoi pas d’exister. »

« Il importe de ne pas nous tromper de cible. (…) Le problème n’est pas l’étranger. Le problème n’est pas tel ou tels individu (s). Le problème n’est pas que « l’immigration ». Le problème n’est pas que « l’islam ». Le problème n’est certainement pas la diversité, la profusion de ce monde, que nous aimons réellement. Nous aimons les autres, dans leur altérité. C’est aussi ce que nous voulons sauver. Le problème est l’idée que l’on peut et que l’on doit vivre ensemble, et tout y sacrifier, et tous y disparaître. Cette utopie ne peut qu’avoir la peau de notre société. » 

La France interdite. Extraits. 

25/03/2018

La Passion

la passion du christ,film,archives blog

(Mes photos -)

En 2004, le film La Passion du Christ, réalisé par Mel Gibson, avait suscité une vive polémique. Comme le dimanche des Rameaux est aussi le dimanche de la Passion, j’ai cherché dans les Archives deux notes que j’avais écrites il y a quatorze ans (c’est aussi l’âge de ce blog…).

La première, c’était après avoir lu le numéro spécial du magazine Newsweek consacré à la présentation du film. La seconde, c’était "ma lecture" après avoir effectivement vu le film au cinéma lors de sa sortie en France, quelques jours plus tard. Le sujet de la Passion est venu à moi en tant que sujet de Thèse, mais sous une forme initiale un peu différente. J’avais proposé un travail sur la rhétorique de la passion amoureuse au Moyen Age, et mon directeur avait modifié le mot dans le titre, en l’écrivant avec le « P » majuscule.. Et ce fut le défi de ma recherche passionnante, et de ma vie aussi.

 

Le film de Mel Gibson (février 2004)

Réflexions sur un événement artistique (avril 2004)

 

11/03/2018

Le bonheur (d'entreprendre..)

cefro,bonheur,rapport onu,entreprendre

(Crédit photo -Le printemps à Greenville

En tant que Ideas Reporter pour CEFRO, j’ai rédigé une note sur le bonheur. On y trouve aussi une référence au Rapport de l’ONU 2017. La Norvège, le Danemark, l’Islande occupent les premières places. Voici quelques autres pays qui me parlent: la Nouvelle Zélande (8), le Costa Rica (12), les US (14), l’Allemagne (16), La Grande Bretagne (19), le Chili (20), la République Tchèque (23), l’Argentine (24), le Mexique (25), la France (31), l’Espagne (34), la Slovaquie (40), la Pologne (46), l’Italie (48), la Roumanie (57), la Hongrie (75), la Grèce (87), le Portugal (89), la Bulgarie (105).

La Nouvelle Zélande, parce que j’ai appris récemment qu’une ancienne collègue de ma vie antérieure en Roumanie y avait émigré (très bon choix) au début des années 2000. Justement, à cette époque-là, je gâchais ma vie (mais je l’ignorais) en essayant de trouver des soutiens pour mon projet de Centre de formation au bénéfice des cadres roumains (voir le A propos de ce blog), au lieu de tourner définitivement le dos à mon pays d’origine et de changer de logiciel dans ma tête.. Je voulais réaliser, à ma manière, un pont entre la France et la Roumanie - rien de plus naïf. Car des ponts il y en a sans doute, mais autrement..En plus, en France on n'aime pas beaucoup entreprendre (j'envoie à la fin à une note des Archives, laquelle envoie à une Lettre ouverte...). 

Pendant une semaine, je crois, j’ai été obsédée par la Nouvelle Zélande, j’ai fait des recherches sur sa culture, son système politique et administratif, le mode de vie, les conditions d’immigration. Juste pour voir, comprendre, comparer, réfléchir... Le Costa Rica, parce que c’est l’actuelle destination des grands corrompus roumains, ceux qui ont un dossier en attente de jugement, et qui, bien étendu, n’ont reçu aucune interdiction de quitter le territoire (la Roumanie n’a pas un accord d’extradition avec le Costa Rica). Les US, parce que c’est ma vie qui est là-bas. Ensuite, que les US, l’Allemagne, la Grande Bretagne se placent devant la France, cela ne m’étonne pas, mais que dire du Chili, du Mexique, de l’Argentine (toujours en crise), de la République Tchèque (un pays de l’Est) ? Finalement, il n’existe pas un énorme écart entre la France et la Roumanie. J’ai toujours trouvé que les deux pays se ressemblaient de plus en plus… La Roumanie avait importé d'ailleurs, lors de la création de son Etat moderne, le modèle institutionnel français. Quant à l’écart important entre la Roumanie et sa voisine la Bulgarie, les derniers pays de l’élargissement 2007, il faudrait regarder de plus près le document dans son intégralité  (le Rapport en PDF) afin de saisir pour lesquels des six indicateurs pris en compte la Roumanie bénéficierait de cette longueur d’avance.

Les facteurs suivants sont corrélés au bonheur national: le PIB par habitant, la liberté de faire des choix dans la vie, la générosité, la santé/la longévité, le soutien social/avoir sur qui compter dans les moments difficiles, la gouvernance digne de confiance. Peut-être que c’est pour la liberté de faire des choix dans sa vie, à savoir la liberté d’émigrer. Pour les autres, je ne vois vraiment pas, ni la santé, ni la générosité (comment être généreux quand on est pauvre ou très modeste, puisque quand on est riche on est forcément corrompu - l’équation est simple). Et encore moins pour la gouvernance digne de confiance. A propos de celle-ci, le parti social-démocrate qui a la majorité, le continuateur du parti communiste, vient d’organiser son congrès extraordinaire : un remake des congrès de l’époque Ceausescu, et dans la même Salle du Palais.. C’est pour mieux asseoir officiellement sa stratégie consistant à subordonner la justice et à gouverner selon son incompétence autoritaire et risible.

 

Archives: Entreprendre (2013)

01/09/2017

Le travail vs l'emploi

travail,emploi,recrutement,film

(Mes photos -Coup de coeur, dans un Centre commercial à Stockholm

Serait-il possible, dans le monde actuel, de s’épanouir au travail ? Rappelons qu’étymologiquement, « travail » signifie instrument de torture, « tripalium » en latin, et que « s’épanouir » avait au XII e siècle le sens de s’ouvrir (une fleur), et au XVII e le sens de « se détendre en rendant heureux ». S’épanouir au travail semble bien un paradoxe ou une contradiction. Nous ne sommes pas égaux au travail, mais nous sommes tous des êtres de désirs, de projets, et nous avons tous inscrit au plus profond de nous « le besoin d’actualisation de soi » comme l’appelle Maslow. Ou bien, si nous préférons Spinoza, nous avons l’effort pour persévérer dans l’existence, dont le bien est la joie, et non la tristesse, qui est toujours mauvaise…La joie active, seule en mesure d’exprimer la meilleure part de l’essence du désir (c’est-à-dire de l’individu), et non la joie passive, produite par la passion ou l’imagination...On pourrait envisager le problème de notre rapport au travail sous cinq aspects, des composantes qui devraient être équilibrées entre elles pour optimiser l’épanouissement de l’individu: l’individu face à lui-même (connaissance de soi, son projet, son capital –agir, motivation, compétences), l’individu et son poste de travail (s’il est en phase avec le poste), l’individu et ses conditions de travail (comment l’organisation du travail de son employeur influe sur son bien-être), l’individu et son collectif de travail (environnement social professionnel, valeurs partagées), l’individu par rapport à la société (le travail est une composante parmi d’autres qui contribuent à construire sa vie en société). Rappelons aussi la définition de la santé donnée par l’OMS: la santé n’est pas seulement l’absence de maladie ou d’infirmité, mais aussi « un état complet de bien-être physique, psychologique et social ».

 Après ces quelques considérations (que je développe dans mon Cours sur les compétences émotionnelles), j’aimerais partager un film d’environ 90 minutes, « La gueule de l’emploi », réalisé en 2011, sur le travail. Plus exactement, sur l’emploi qui peut nous recruter, nous modeler, nous écraser, nous diviser, nous soumettre, nous humilier, nous infantiliser, nous jeter.. Vous direz que cela dépend. Du recruteur (dans le film, il s’agit d’un cabinet de recrutement), de l’employeur (la stratégie de la compagnie, son type de management, ici une grande compagnie d'assurances), de la culture d’entreprise, qui elle, dépend de la culture nationale aussi, il ne faut pas l'oublier..Une culture de la compétition n'est pas la même qu'une culture de la corruption, par exemple.. Vous aurez un bon moment de réflexion, très opportun, d’ailleurs. Et si vous trouvez cet exemple de recrutement glaçant, cynique ou paralysant (malgré la rationalisation qui adoucit chaque exposition de soi, ou chaque confrontation), vous pouvez vous offrir deux minutes d’émerveillement spinoziste (Deus sive natura…), en regardant la meilleure vidéo de la récente éclipse du siècle aux Etats-Unis