Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2020

Un quart de siècle

thèse,anniversaire,états-unisthèse,anniversaire,états-unis

(Mes photos - Premier voyage après le déconfinement à Villefranche-sur-mer)

Le 27 juin, c’est le jour anniversaire de ma belle Thèse, La Rhétorique de la Passion dans le roman médiéval, qui a été beaucoup plus qu'une Thèse. Elle a joué un rôle de rempart pour moi en France, me permettant de résister et de garder intactes l'estime de soi, la force, la persévérance. Je le marque chaque année, à ma manière, en publiant quelque chose sur mes espaces (blogs, page Facebook), et aussi en faisant le geste rituel qui consiste à descendre l'exemplaire de son étagère et à l'ouvrir au hasard. A la fin, je m’arrête sur l'énigmatique page 283 (énigmatique dans le sens de prophétique), où j'aborde le sujet du choix, de la volonté et du processus de délibération, et à chaque fois, c'est un nouveau départ pour la réflexion. Bien sûr, par amour de la sémantique, je m’offre toujours une glace au fruit de la passion.

Une amie de longue date me suggère de relire la Thèse, puisque c'est un anniversaire plus spécial (elle l'a relue plusieurs fois, elle possède un exemplaire), mais je lui réponds qu'aujourd'hui cela m’est impossible. Ce n'est pas à cause de ma propre évolution, mais parce que c’est paradoxalement douloureux. Ma Thèse de 450 pages (je l'avais tapée toute seule) se trouvait à la croisée des chemins de plusieurs disciplines: la littérature médiévale en langue vulgaire (le roman, principalement), la philosophie et la spiritualité, lues à la lumière des développements récents des sciences modernes (linguistique, sémiotique, psychanalyse). Le jury a apprécié mon point de vue comme étant "peu habituel et enrichissant pour examiner la littérature et la pensée des XIIe et XIIIe siècles", et m'a accordé la mention Très honorable à la majorité. Pour la soutenance (à la Faculté des lettres, salle 133, de 14h30 à 18h30), j'avais mis une blouse roumaine blanche, brodée au fil de soie blanc, et une jupe noire légère à pois. La blouse, c'est mon père qui me l'avait offerte et me l'avait envoyée de Roumanie pour cet événement, il était très ému et très fier de moi.. J'obtenais donc mon Diplôme de Docteur de l'Université de Nice au bout de seulement trois ans, ce qui s'expliquait facilement par le fait que je n'avais plus 25 ans, et que j'avais déjà l'expérience de la recherche dans mes travaux antérieurs. Je disais, amusée, que j'étais Docteur en Amour, au sens le plus large. Et c'est justement l'Amour, au sens le plus large (sur lequel je m'étais penchée avec mon sérieux et ma réflexion), qui allait me protéger, m'inspirer, me guider, me soutenir. 

Pour cet anniversaire, le hasard a ouvert ma Thèse à la page 233:

"L'amour (l'agapè) est donné à l'homme gratuitement (Dieu est amour), c'est une faculté de l'homme (affectus), mais qui se manifeste différemment parce que les hommes ne la possèdent pas (ils l'ont sans la posséder). Or, posséder c'est prendre conscience de ce que l'on veut posséder (nous rappelons que l'identité entre connaissance et amour, l'un étant la condition de l'autre, est une idée très chère au Moyen Age)."

J'ai sélectionné deux liens dans les Archives (ils envoient aussi à d'autres liens), et une photo, que j'ai prise récemment : 20 ans ; 23 ans...

Photo -Représentation du Saint Suaire, Chapelle de la Très-Sainte Trinité et du Saint Suaire, Confrérie des pénitents rouges, dans le Vieux-Nice.

Par une chaude après-midi de mai 2005, je me trouvais dans cette église pour assister à une conférence sur le Saint Suaire. J'avais déjà vu le linceul de près à Turin, où j'étais allée avec mon fils en 2000 pour l'exposition publique (l'ostension), parce que j'avais à l'époque un emploi auprès de l'Evêché de Nice. Au moment même où se déroulait la conférence dans la petite chapelle du Vieux-Nice, Claudiu était en train de survoler l'Atlantique pour retourner définitivement aux Etats-Unis. 

Thèse, anniversaire

01/04/2020

La Chine et nous

la chine,pandémie,relations commerciales,etats-unis,communisme

(Mes photos- Nice, l'Avenue Jean Médecin pendant le confinement)

L'article Chinavirus (que je traduis librement plus loin) met en perspective le contexte dans lequel nous vivons et nous fournit quelques données concrètes, que nous aurions pu oublier ou ignorer. Dans le texte d’origine, vous trouverez les hyperliens vers les articles en anglais cités par l’auteur.   

Lire la suite

15/07/2019

Ma retraite

L’unique chose que je puisse faire, c’est d’écrire cette note sur mon blog, sans la partager inutilement sur Facebook, le lieu de la sociabilité joyeuse. Un monsieur fait une tentative de suicide parce que des trimestres ne lui ont pas été reconnus pour sa retraite. Cela ne risque pas de m’arriver, tout simplement parce que ce sont la colère, la révolte et le dégoût qui, paradoxalement, me protègent. Néanmoins, je ne vais pas non plus me battre inutilement pour faire valoir mes droits, car je suis épuisée. Je l’ai fait pendant des années, je ne crois plus à la justice, même si, comme tout un chacun, j’en ai besoin comme de l’air.

Après de magnifiques années de survie dans le monde du travail français, me voici arrivée au moment où je dois faire ma demande de retraite auprès de plusieurs caisses. Et mon cauchemar récurrent, qui s’appelle la CIPAV, la caisse pour les indépendants, est plus effrayant que jamais. J’ai déjà écrit plusieurs notes à ce sujet: je vais me contenter de reproduire plus loin quelques extraits et des liens vers les notes archivées. Bref, la CIPAV vient de calculer d’une manière incompréhensible pour moi le nombre de mes trimestres. Bien que j’aie toujours réglé mes cotisations (au régime général, car la complémentaire dépassant mon entendement, j’ai été obligée d’y renoncer), je constate des années pour lesquelles on m'a accordé un ou deux trimestres, au lieu de quatre, ou bien des années qui sont complètement annulées de ma vie, aucun trimestre..

Pour 2018, la caisse m’a envoyé un chèque de remboursement: "Madame, Votre compte présente un excédent de...euros. Vous trouverez sous ce pli un chèque numéro..., correspondant au remboursement de cette somme". J’en ai profité pour acheter une nouvelle cuisinière. Mais voilà, la caisse prétend ensuite que je n’ai pas assez cotisé, et donc que je n’ai pas les trois trimestres auxquels j’avais droit. C’est dire qu’ils préfèrent rembourser des cotisations, pour invoquer ensuite que vous n’avez pas cotisé suffisamment, au lieu de vous accorder les trimestres. C’est pervers ou vicieux, en plus d’être injuste. Il y a quelques années, quand j’avais davantage d’énergie et qu'il me restait encore un brin de confiance, j’avais saisi le Médiateur de la République pour des montants aberrants qui m’étaient demandés comme cotisations. Ils avaient recalculé, ils avaient réduit quelque chose de l’ordre de mille euros, une bricole, vu que depuis 2008, j’ai réglé quelques milliers d’euros, pour avoir 10 euros de retraite de leur part. Vous appelez cela une forme de justice ? Je ne retrouve pas, sur le nouveau site de la CIPAV, trop bien réalisé, la trace de tous les versements depuis 2008, comme sur le site précédent. De toute manière, je me suis résignée à en rester là, avec cette histoire. Je reviens à l'affirmation d'origine: "Il n'y a pas de destin qui ne puisse être surmonté par le mépris". En 1992, je l'avais adaptée: "Il n'y a pas de destin qui ne puisse être surmonté par l'espoir fou". Mais c'est Camus qui a raison. 

Pour le moment, je souhaite poursuivre mon activité en tant que CEFRO, ne serait-ce que pour l’aspect psychologique, pour ne pas me flinguer, comme on dit en bon français, et je continuerai à payer des cotisations à fonds perdu. Ce sera pour l’action sociale, m’explique-t-on. Bien sûr.

"Entreprendre en France représente un véritable acte de courage (je le sais bien, en tant que condamnée à… la CIPAV).

http://elargissement-ro.hautetfort.com/archive/2016/05/02/tout-sauf-les-americains-5796484.html

http://elargissement-ro.hautetfort.com/archive/2014/11/25...

http://elargissement-ro.hautetfort.com/archive/2012/02/03...

http://elargissement-ro.hautetfort.com/archive/2015/03/13...

http://elargissement-ro.hautetfort.com/archive/2016/05/26...

 

12/12/2018

Le client est roi

 
7 mins · 
 
La Fnac ou Amazon?

Ce n’est pas vraiment la même chose. Je commande un livre en ligne sur le site de La Fnac (je suis obligée d’abord de créer un compte), je le règle avec une carte bancaire, je choisis de le retirer en magasin, le délai de livraison est entre 3-8 jours.. En attendant, je reçois beaucoup d’e-mails avec toutes sortes d’offres et de propositions, que je lis et auxquelles je ne donne aucune suite. Toujours pas de notification pour l’arrivée de ma commande, onze jours après. Le douzième jour, la notification est dans ma boîte e-mail. Seulement, voilà, pour retirer mon colis, je dois me munir de : le code barre en haut de l’e-mail (bon, c’est normal, je l’imprime), une pièce d’identité (?), la carte bancaire ayant servi de paiement, à mon nom (??). Je ne me souviens pas avoir eu besoin de cela pour une commande chez Amazon (où le colis est délivré en 3-5 jours, sous signature, et c’est tout). 
Et après, on s’étonne… Et surtout, on crie fort contre les GAFA, qui ont une arme redoutable pour leur puissance économique : ça s’appelle l’efficacité. Et sans doute, une autre forme de management.