Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2017

Civilisation(s)

 

livre, Régis Debray, civilisation, Amérique, extraitslivre, Régis Debray, civilisation, Amérique, extraits

(Mes photos- A Charleston, Caroline du Sud, juillet 2016

Un livre récent, qui m'a revigorée, et dont j'ai sélectionné quelques extraits: Régis Debray, Civilisation: Comment nous sommes devenus américains (en document PDF ici)

« Qu’est-ce que communiquer? Transporter une information à travers l’espace. Qu’est-ce que transmettre? Transporter une information à travers le temps. La communication a rongé, harcelé, puis finalement phagocyté la transmission, comme l’esprit d’Amérique, l’esprit d’Europe. Il n’est pas étonnant que la plus communicative des civilisations ait porté à leur meilleur art et les techniques de communication. »

 « L’Amérique est entrée dans l’histoire et dans nos cœurs par l’image; elle a la fibre optique. L’Europe dans l’histoire et nos cerveaux par des écrits; elle a la fibre logique. »

« Dieu n’est peut-être pas américain, mais il n’est pas non plus anti-américain, à en juger par une providentielle histoire des appareils de captation visuelle qui a fait rayonner dans le monde entier via des médias multiplicateurs, l’épopée de l’espace, terrestre, aérienne, spatiale. »

« L’Europe vante à bon droit les Lumières, rayonnement typographique de portée limitée, à des lecteurs. Les Etats-Unis ont choisi de prendre la lumière pour la renvoyer aux quatre coins du monde. »

« Commençons par la bonne humeur, si enviable. Dans la contrée où « tout est possible et tout est plus grand », l’optimisme est de fondation. Pour maintes raisons, dont la première est qu’il y a de l’espace, ce qui protège du tragique, lequel prospère dans un huis clos, si possible sans vasistas. »

(…) Une économie, aujourd’hui, de services et de consommation, qui a plus besoin du sourire de la vendeuse ou du vendeur que n’en avaient auparavant la production de machines-outils ou les mines de charbon. Le communicant doit se montrer avenant, cordial et engageant, ce qui n’est pas le premier souci du transmetteur ou de l’enseignant. (…) Le facteur ego, propre à une religion qui se passe d’intermédiaire institutionnel pour s’adresser à Dieu, où l’on peut vivre sa foi sans le secours d’un prêtre, a favorisé –c’est l’un de ses plus heureux effets –le sens de la responsabilité individuelle et de l’exploration psychologique. »

« Le djihad a certes ses enthousiastes et ses docteurs qui font des plans sur la comète, en commençant par l’Europe. Le bolchévisme en son temps a eu les siens et ne se cachait pas de vouloir vendre à brève échéance au dernier capitalise la corde pour le pendre (..). Une menace sécuritaire ne constitue pas une offre civilisationnelle crédible, et l’islamisme n’a aucune à proposer. Il peut causer des désordres, non constituer un ordre de rechange. (…)…on cherchera en vain le cyclotron, les brevets industriels, le sex appeal, la découverte scientifique, les films, les ingénieurs, un modèle économique original, un élément de confort domestique, une beauté insolite; bref un nouvel aménagement de la vie. »

L'Amérique est entrée dans ma vie par la France. Ceci est le télégramme (ce moyen de communication existe-t-il encore?) qui a tout déclenché, il y a 27 ans jour pour jour.. livre, Régis Debray, civilisation, Amérique, extraitsCe précieux bout de papier m'informe que je suis invitée par l'Université d'été de Nice (cours, hébergement et restauration à sa charge), et que la brochure et la lettre officielle ont été envoyées par la Direction à mon adresse. Le courrier en question n'arrivait toujours pas, et comme je m'en doutais, il était 'retenu' à la Poste par la censure habituelle des Services roumains.. J'y suis allée, personne ne savait rien, bien entendu. Quand j'ai dit que j'enverrais un télégramme en France, ils ont retrouvé le courrier...Les étapes se sont enchaînées, avec le coup de pouce de l'Histoire. 

12/07/2017

Je reste en France

DSC_3442.JPG

(Mes photos- Laveurs de carreaux, Nice Etoile)

Voilà un quart de siècle que je vis en France, et son administration ne m’est plus étrangère. La qualité fondamentale que je lui trouve, c’est qu’elle n’est pas corrompue (du moins au niveau des services de base). Vous ne glissez pas quelque chose (argent, cafés, chocolats, parfums, etc…) pour obtenir un document auquel vous avez droit, comme c’est la coutume dans certains pays, vous ne payez pas en même temps votre billet de train et le guichetier qui vous le donne, comme en Inde. Si les fonctionnaires français ont de nombreux privilèges, c’est bien pour empêcher la corruption. Seulement, la nature humaine étant ce qu’elle est, il existe un revers de la médaille. On ne se sent pas forcément motivé pour accomplir attentivement ou correctement les tâches de son poste de travail (on a la sécurité de l'emploi), on peut faire preuve d’un manque de souplesse élémentaire à établir des connexions entre les cases, ce qui peut créer des bugs ou des dysfonctionnements surprenants.. Je me suis parfois demandé si la personne en face de moi était hostile, ou simplement stupide ou obtuse.

Lire la suite

26/06/2017

Un problème constant

fonds social européen, Roumanie, projets, absorption(Photo- Le Danube)

Sur les 4,77 milliards d’Euros du Fonds Social Européen, attribués à la Roumanie au titre de l’exercice 2014-2020, le gouvernement a attiré 0,00%. Rappelons que le FSE est l’instrument utilisé par l’UE pour la création d’emplois, l’inclusion sociale, la lutte contre la pauvreté, l’instruction et l’enseignement vocationnel, la mobilité des travailleurs. Dans le même temps, en Roumanie il n’existe que 2 organismes de gestion accrédités UE sur 10, donc habilités à débloquer les fonds européens dans le cadre de projets. La Bulgarie, la République Tchèque en ont 10 sur 11, la Pologne 24 sur 25, la Hongrie 9 sur 10. La Roumanie n’a aucun projet majeur d’infrastructure qui soit démarré à l’aide des fonds UE pour 2014-2020, mais elle n’a pas non plus les autorités de management censées approuver les paiements et les soumettre à la CE. Par exemple, le Ministère des Fonds Européens, le responsable du Programme Opérationnel d’Infrastructure Majeure au Ministère des Transports, n’est pas accrédité. En 2018, la CE effectuera une évaluation de la performance des Etats membres. La Roumanie risque de perdre 280 millions d’Euros du FSE, puisque, étant à zéro à présent, elle ne pourra absorber en un an ce qu’elle n’a pas absorbé au cours des années précédentes. Elle risque aussi de perdre 6% du total de la politique de cohésion, à savoir 1 milliard d’euros. Elle va donc perdre 1 milliard d’euros parce qu’elle n’est pas capable de mettre en œuvre des projets, lesquels sont prédéfinis, pour la plupart. (Source)

Le problème des fonds structurels et de leur utilisation dans des projets (ou de leur détournement, bien que cela soit devenu plus compliqué) est constant en Roumanie. J’ai fait une recherche dans les Archives, et ce que j’écrivais il y a six ou neuf ans est toujours valable. Rappelons-nous que dans les cultures orientales le facteur Temps est perçu autrement, et que l’évolution peut rester juste un concept que l'on s'approprie, si besoin, sans l'intégrer pour autant. L’Absorption, toujours…  ; Les fonds (I); Les fonds (II); Les fonds (III); Les fonds (IV) 

01/03/2017

Fonds, subventions..

subventions,manifestations anticorruption,roumanie

(Photo- Place de la Victoire, Bucarest, février 2017)

Un quotidien français titrait dimanche à la une de sa rubrique Europe: Roumanie. Des manifestants  forment le drapeau de l’UE à Bucarest. Plus loin: « Un Etat très corrompu. Selon Transparency International, la Roumanie fait partie des Etats les plus corrompus. Son système judiciaire a été mis sous surveillance spéciale par Bruxelles ». Le journal Le Monde consacre son éditorial à "cette révolte-là qui refuse de s'éteindre": L'Europe doit entendre la révolte roumaine. "La lutte contre la corruption cristallise les aspirations d'une société civile qui accède à un meilleur niveau de vie et d'éducation. La réalité d'un pouvoir confisqué par des élites s'enrichissant aux dépens de la population n'est plus supportable. Internet et les réseaux sociaux jouent un rôle crucial dans ce combat, en multipliant l'effet mobilisateur des initiatives civiques".

Cela fait un mois qu’une partie de la Roumanie (pas plus d'un tiers, que j’appellerais le tiers évolué) descend dans la rue, Place de la Victoire à Bucarest, et dans plusieurs grandes villes. L’autre Roumanie, celle qui ne fait pas partie « du tiers évolué » mais qui est majoritaire, manifeste pour soutenir le gouvernement ("le Parti a remporté les élections démocratiquement, laissons-le gouverner.."). Le Parti en question (social-démocrate..) leur a confectionné et distribué des pancartes semblables, en lettres rouges, et les slogans qui vont avec - on se croirait à un meeting de l’époque de Ceausescu, exactement pareil. Les personnages politiques qui se trouvent sur l'estrade portent tous des parkas rouges. Quelques personnes plus âgées se bousculent pour toucher et baiser la main de la ministre des Fonds européens, qui s’époumone dans un ahurissant exercice de démagogie néo-communiste. Elle possède, par ailleurs, une grosse fortune inexplicable…(elle habite une villa sur plus de 600m2, et a offert à son fils d'une vingtaine d'années une BMW à 240.000 E). « Peut-être que, si elle est déjà aussi riche, elle ne va plus voler », me dit une amie. Rien n’est moins sûr…Voici une anecdote à ce propos. Un député bulgare invite chez lui un député roumain. Celui-ci, ébloui par le domaine, la villa luxueuse de son collègue lui demande comment il est arrivé à faire tout cela. Le député bulgare lui répond : "ça, c’est le Fonds international pour le développement". L’année suivante, le député bulgare rend visite à son collègue roumain, il voit un domaine encore plus grand que le sien, une villa encore plus luxueuse, trois bolides dans le garage: "ça, c’est l’Europe", répond le Roumain. 

On est ici dans une configuration de corruption identique à celle d’un Etat africain, d’une république africaine, pour être précis: des dirigeants qui sont motivés exclusivement par leurs intérêts personnels, et qui s’ingénient à détourner et à siphonner l’argent public, les divers fonds et subventions via des programmes, des projets et des montages financiers. Mathématiquement, cela donne un Etat faible: pas d’infrastructure renouvelée et entretenue, pas de système médical cohérent et décent, pas de compétences professionnelles réelles, pas d’éducation efficace, etc. C’est pourquoi, la corruption tue effectivement: à long terme, à moyen terme, à court terme. Ici, il n’est pas question d’une quelconque idéologie, mais de corruption à l’état pur: historique, traditionnelle, culturelle. Comme celle à laquelle faisait référence la Reine Marie de Roumanie en 1917: « Nous avons une meute d’oligarques en politique dont le seul idéal est de faire tomber l’autre, de voler l’autre. Je suis dégoûtée, écoeurée, mais je n’ai pas où aller.» (Journal de guerre)   

Il est également possible de tirer bénéfice de l’idéologie qui a cours, ce que l’on voit dans d’autres contextes « caractérisés ». Je pense à une catégorie d'exemples qui me parle plus que d’autres. Ces derniers jours, la presse française a informé de l’ouverture d’une enquête financière visant la famille du jeune homme noir qui avait subi une interpellation brutale le 2 février, en Seine-Saint-Denis. « L’affaire, qui a débouché sur la mise en examen d’un policier, a déclenché des violences urbaines et a eu un grand retentissement politique ». Cette enquête fiscale concerne une subvention d’Etat à une association de quartier censée lutter contre les violences dans le département. C’est « une affaire qui embarrasse les autorités », « l’association aurait reçu, entre janvier 2014 et juin 2016, 678.000 E de subvention d’Etat par le biais de contrats d’accompagnement à l’emploi », « les investigations des policiers (…) auraient montré que huit membres de la famille L., tous habitant à Aulney-sous-Bois, ont perçu de l’association plus de 170.000 E de rémunération par virement, et 80.000 E ont été retirés en espèces », « les enquêteurs cherchent à savoir s’il s’agit d’un véritable système familial d’escroquerie aux aides d’Etat ou d’une mauvaise gestion ». Entre la neutralité de l’information et les euphémismes de rigueur, on est libre de se faire sa propre idée, quand même. Surtout quand on connaît les réalités, de près ou de loin. Il existe aussi les célèbres associations/centres dont le but serait la déradicalisation des jeunes qui basculent dans l’islam radical, et qui reçoivent d'importantes subventions d'Etat. Pour moi, c’est une théorie fumeuse, mais je ne suis pas spécialiste. Elle est portée par une anthropologue qui a des origines algériennes, marocaines, corses, françaises - nous informe Wikipédia-, et qui est la voix qui fait autorité (vraisemblablement la seule depuis Claude Lévi-Strauss..). 

Souvent, la pression d'ordre idéologique, dans une société dite libre, est encore plus insupportable, car elle agit comme un carcan qui vous étouffe, avec votre accord. Ce n'est pas parce que je n'ai jamais obtenu le moindre soutien à mon projet (ce dont témoigne ce blog), que je retiens toujours les exemples de détournements, de malversations, de fraude concernant les subventions. Non, c'est par un esprit de révolte juste. Cela concerne également la myriade d'agences et d'organismes européens dont il est difficile de comprendre l'utilité, et qui sont financés à hauteur de millions d'euros..Je suis souvent dégoûtée et écoeurée, pour reprendre les mots de la Reine Marie, par les nombreux exemples qui sortent quotidiennement, un peu partout.. Mais simplement, je ne connais que ces deux pays, par une assez longue expérience directe. En Roumanie, je n'ai jamais fait partie des réseaux, en France, je n'appartiens pas à une minorité ethnique.