Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2012

Lectures

"Et en haut, en pleine lumière, Zeus. Aux manettes déjà depuis belle lurette. Sa combine, c'est la justice. Toujours tout rendre toujours plus juste. La combine des combines. Depuis le marasme a pour nom histoire. Avec, pour corollaire le mirage des promesses et de l'au-delà. On vous fait bouffer une utopie après l'autre, crois-y, condamne-là, voilà la suivante, bon appétit. Juste à la fin, le siècle qui a mis tout le monde au parfum. Staline, Hitler, il n'est pas possible de jamais associer assez étroitement leurs deux noms. Sans doute, un certain point de vue veut que les crimes de l'un soient plus vertueux que ceux de l'autre. Et pourtant: deux utopies pour un résultat identique. Aucun crime ne peut se passer d'utopie. Aucune utopie sans crime. Des crimes pour toujours plus de justice. Quant à la distinction que morale et justice doivent faire entre meurtriers et victimes, plus le meurtre est affreux, et moins je la comprends (...). Pour rire: favoriser l'injustice n'est rien d'autre que favoriser la plus grande justice contre ce qui est en vigueur en tant que justice. On n'échappe pas au cycle." ("Mort d'un critique", de Martin Walser)

"Toute bataille contient un symbole, et notre rôle est de le déchiffrer. Sais-tu comment on sort vainqueur dans la guerre ou dans la vie? (...) En s'adaptant à la réalité de manière intelligente et audacieuse, mais surtout, dans les moments importants, en osant une manoeuvre inhabituelle. (...) Tu peux vaincre ton ennemi si tu peux te vaincre toi-même, te dépasser, en faisant preuve de patience, de sagesse, et de ténacité. En souffrant comme tu n'imaginais même pas. Moralement, voilà le mot. (...). Mon "Traité" évalue la vie, comme les grands stratèges évaluent leurs grandes campagnes. En mettant en balance la chance et le malheur, les victoires et les défaites, sans désespérer ou nous enorgueillir, nous pourrons vivre sans nous perdre." ("Principe delle nuvole", de Gianni Riotta)

"Tout ce qui ne parvient pas à notre conscience nous revient sous forme de destin" (C.G.Jung)                                                         
 
 A propos de Jung et de ses synchronicités: les funérailles de Neil Armstrong ont eu lieu hier, un jour de pleine Lune  -la Lune "bleue" absolument magnifique, le meilleur hommage. 

Un brin de trèfle à...5 feuilles. C'est exceptionnel, comme dans la théories des probabilités (n'est-ce pas, maman, tu l'enseignais), une chance sur un million.. Disons une mutation spontanée. Je l'ai trouvé au pied de "mon" magnolia à Cimiez, je m'étais approchée "en sachant" qu'il était là - et il était là.livres,stratégie,justice,conscience
livres,stratégie,justice,conscience

03/08/2012

The Stone Bridge

800px-Rembrandt_-_Landscape_with_a_Stone_Bridge_-_WGA19244.jpgParfois, vous ressentez le besoin d'une réalité rafraîchissante - juste une image, un détail, quelque chose qui vous sépare un peu de la fournaise de votre vie ici et maintenant, tout en vous encourageant à continuer votre trajet (dans la fournaise), jusqu'à la destination (peut-être faudra-t-il se rappeler plus souvent la sémantique commune de ces deux-là: destin et destination).   
C'est pourquoi il peut vous arriver de plier et de garder précieusement le minuscule emballage d'un carré de chocolat sur lequel un fin marketeur a eu la bonne idée de reproduire cette toile.. 
 Update 7. Sound of this morning: http://youtu.be/5P49dpwy26s 
Update 8.
J'ai ouvert un compte sur Soundcloud (voir Links) et je me sens associée à la création..Très positif et très intergénérationnel, surtout..

16/07/2012

Beau pays

 "Get back to where you once belonged.."
Si cette chanson s'est présentée dans ma tête ce matin, c'est pour répondre à quelque chose qui m'agace depuis un certain temps. Je crois que j'en ai assez de voir circuler sur le net des images provocatrices:  les paysages de rêve de la Roumanie.. Pendant que des compatriotes restés sur place, ou émigrés revenus en visite (plutôt en pèlerinage), choisissent les angles les plus artistiques, moi, je fais exprès pour prendre en photo les centaines de câbles électriques qui pendouillent, les panneaux bidon sur les fonds UE, le pavé troué des boulevards à Bucarest..etc. Quelqu'un a eu la sincérité de me le faire remarquer. Car ce n'est pas "my tough love" qui gagnerait quelque chose au change, mauvaise patriote que je suis, "ennemie du peuple", comme on m'avait qualifiée en l'an de grâce 1995, quand j'ai quitté..(Tu te rappelles?..Oui, mais c'est plus fort que moi, alors..).

P-S. Les événements négatifs de la vie suscitent plus d'émotions que les événements positifs, ils sont plus marquants que les événements positifs, car le système cognitif traite prioritairement l'information négative. L'affect négatif pèse deux à trois fois plus que l'affect positif.

24/06/2012

La vie est une scène..

L'ancien premier-ministre roumain Adrian Nastase, accusé de corruption et condamné à une peine de deux ans avec exécution, s'est donc tiré une balle qui a traversé le cou, il s'est raté, et il a été transporté en réanimation à l'hôpital Floreasca à Bucarest. Tout s'est passé en présence des policiers qui s'étaient présentés chez lui pour l'emmener. Les spéculations vont bon train: l'ambulance était déjà là avant même que Monsieur Nastase ne se tire la balle, à l'hôpital le diagnostic a été posé par le docteur Bradisteanu, ancien sénateur PSD, également poursuivi pour corruption. Puis, il paraît que le ministre de l'intérieur aurait négocié des conditions de détention favorables, etc. En tout cas, c'est ce qu'observe l'europarlementaire Monica Macovei, la justicière roumaine reconnue par l'UE.. L'ex premier-ministre aurait laissé à son fils une lettre sur la classe politique, qui devait être rendue publique après, mais maintenant il est revenu sur sa décision. 
Cas de conscience pour les Roumains (comme pour les Ukrainiens, dont l'ex premier-ministre Timochenko, apparemment malade et molestée en prison, n'obtient toujours pas son transfert, malgré les soutiens appuyés des dirigeants européens):  la justice, doit-elle avoir vraiment les yeux bandés, ou bien, de temps en temps, ce bandeau-là pourrait être un peu plus transparent, au cas par cas?  
Les Roumains sont devenus extrêmement susceptibles dès que l'on évoque le sujet de la corruption régnante dans le pays, tout comme ailleurs, d'autres peuvent l'être devant des accusations de xénophobie, de discrimination - piqués au vif, surtout pas ça! Tout comme l'alcoolique honteux, qui ne reconnaîtra jamais qu'il a un problème, puisqu'il ne boit qu'un verre, "en mangeant".. Au-delà de la susceptibilité, les Roumains ont un doute presque philosophique: faut-il appliquer la même mesure? Comparer, c'est relativiser -et les exemples ne manquent pas. Surtout quand la justice roumaine est pressée par l'Europe d'attraper autre chose que du menu fretin -où sont les dossiers de la haute corruption? Pas un mois de prison pour un responsable politique... En voilà enfin un, dans un procès qui traîne depuis sept ans, avec les inévitables coups de théâtre. La justice en Roumanie s'apparente trop aux règlements de compte internes, mais en même temps, elle doit  répondre aux exigences de démonstration venues de l'UE. Alors, les citoyens sont partagés entre le scepticisme et l'indifférence ironique. Personne ne croit à la justice roumaine, elle n'a aucune indépendance, au contraire, elle ne peut faire autrement qu'être intimement liée aux réseaux d'intérêts, aux jeux, aux guerres invisibles -c'est ce qui est le plus grave.

Un quotidien publie les propos d'un universitaire (grec), professeur de droit de la concurrence à University College de Londres. En partant de la réalité qu'en Roumanie tous les acteurs essaient de tricher sur le marché, soit en obtenant des subventions imméritées de l'Etat, soit en formant des cartels illégaux, soit en bénéficiant de leur statut de compagnies nationales, Monsieur Ioannis Lianos nous encourage à "stimuler la compétitivité afin d'avoir davantage d'investissements en Roumanie, et moins de comptes en Suisse et de résidences secondaires dans le Midi de la France" (sic!). L'argumentaire tient la route d'un point de vue strictement théorique, car si vous voulez truquer un marché public, qu'est-ce qui vous empêche d'accepter des dizaines d'offres compétitives, puisque vous connaissez celle qui va l'emporter?  C'est vieux comme le monde, et pas qu'en Roumanie, la différence c'est qu'ailleurs, il peut exister aussi un revers de la médaille.
Je viens d'apprendre qu'en France 70% des CV sont "embellis", pour ne pas dire inventés -faux diplômes, faux emplois..Ce n'est pas une surprise, tant qu'il y a des offres pour des emplois inexistants (j'en recevais, à une époque où j'étais plus naïve qu'aujourd'hui), pourquoi pas des CV fabriqués? Il faut rester cohérent, la contrefaçon se décline sous toutes les formes, et aucun horizon ne semble épargné..
Quant à Monsieur Nastase, s'il a réussi à se rater, tant mieux pour sa vie. Mais, je ne crois pas qu'il faille induire l'idée d'un acte de "dignité courageuse", non plus.

N.B. J'avais oublié ma petite annonce. Après avoir enregistré mon projet de Center of Lifelong Learning Training sur le site Investment Project Database, je l'actualise à chaque fois qu'une liste d'investisseurs est publiée..Et je reçois ce genre de propositions: on m'envoie un formulaire à remplir (créé selon toutes les règles de l'art) par lequel j'autorise ces gens (un organisme dont la trace est introuvable sur internet, pas de téléphone, pas de fax.. -discrétion totale, quoi, il s'agit de financial matters...) à chercher (et à trouver!) des fonds pour CEFRO.. Petit détail apparaissant à la fin du formulaire: il faut "a retainer".. En clair, il faut que j'envoie de l'argent pour qu'ils me trouvent de l'argent...Après tout, il arrive de payer l'employeur pour qu'il vous embauche.. Je me suis dit que sûrement, je n'avais pas été assez explicite dans mes "remarks" -et j'ai rajouté: "Our request of financing does not mean a loan, but a subsidy/a grant. This is what the project needs in this phase. Partners (foundations, corporations...) may wish to support a project in the field of knowledge economy. In the same time, we will consider all suggestions for further perspectives." Bien entendu, je ne reçois pas autre chose. Pour l'instant. Dum spiro spero.
 
Donc:
Invest in Lifelong Training! CEFRO (France) needs partnership & secure support. 
 
 P-S. A propos de la Suisse, autre visage.. :  CH/Nouveaux pays de l'UE: plus de 200 projets prêts à être mis en ... 
P-S.  My Dear Klaws:  http://youtu.be/Wni3Jj_G0Tw