Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2013

Le goût des livres ou "Your place to be...the library!"

Bibliothèque, Greenville, éducation, lecture, roumanie, Rowen

Update 12. Hier soir, au NJF, pour réécouter Maceo Parker. Son show était à 22:30, j'ai pris quelques images en arrivant, car mon Smart ne travaille que de jour..003.mp4

                                   *

Entre lire un livre et voir un film, il y a une différence. Lire permet de développer  l'imagination,  la sensibilité,  l'affectivité, grâce aux représentations que les mots peuvent véhiculer, et à l'effort individuel que cela implique, alors que l'image, qui est percutante, n'offre pas de distance, ni de délai de traitement, elle s'impose telle quelle. Bien sûr, votre cerveau en fait toujours quelque chose, car l'image a forcément un impact sur vous (même si vous la refusez, et que vous détournez les yeux, la fraction de seconde a rempli sa tâche). Dans la civilisation actuelle, le pouvoir de l'image est  fondamental, et c'est lui qui mène le monde. Consommer les images toutes faites est en corrélation avec la perception du temps qui, en plus de passer (communément parlant..), presse. Mais c'est aussi corrélé avec l'effet immédiat. Lire demande du temps, un retrait en soi-même, un certain isolement du brouhaha extérieur afin de pouvoir plonger dans un univers, de partir en voyage, de rencontrer des personnes, d'être témoin de destins et d'actions..J'aime toujours cette phrase de Wellek et Warren dans leur Théorie de la littérature: on ne peut dire que Hamlet ait existé, et on ne peut dire qu'il n'ait pas existé. L'invitation de Flaubert: "ne lisez pas comme les enfants lisent, pour vous amuser, ni comme les ambitieux lisent, pour vous instruire. A non, lisez pour vivre", rejoint la réflexion de Bernard de Clairvaux, quelques siècles plus tôt, à propos de ces clercs dont certains étudient pour vendre leurs connaissances ("commerce honteux"), d'autres pour instruire leur prochain ("charité"), mais aussi, plus rares ceux-là, pour s'édifier eux-mêmes ("prudence"). Tout compte fait,  j'ai davantage confiance en ceux qui aiment lire, et qui lisent, car ils sont plus à même de comprendre ce qu'il leur arrive, et ce qu'il arrive aux autres. Lire m'apparaît comme un gage d'humanité (enfin, plutôt savoir lire), de capacité de concentration, prometteuse d'une nécessaire rigueur de l'esprit. Je crois aussi que notre temps s'est indubitablement accéléré, et qu'il est précieux (pensez au temps chez Kafka, chez Tchekhov...), et que, bien l'investir, c'est important. C'est pourquoi, il faut choisir soigneusement les livres, les films, les programmes..Il y en a qui volent votre temps,  ou qui vous sont carrément  nuisibles, à moins que vous ne soyez extrêmement ouvert, par générosité, snobisme ou intérêt (pour en rester là..) à l'égard des multiples expériences esthétiques qui viennent se proposer à vous, et dont le seul mérite serait celui d'avoir été financées. C'est un peu comme penser que le fait d'être né plus tard soit un mérite personnel..

Je me souviens qu'à une époque, à l'Est, on n'avait que deux heures de programme à la télévision, et celui-ci consistait en Journal d'informations (soi-disant..) et en chants patriotiques (ça doit être valable encore pour les Nord-Coréens). Faute d'autre option, tout le monde lisait (de la vraie littérature, philosophie, je vous assure). Aujourd'hui, il vous faut beaucoup de vigilance pour éviter de vous faire voler. Si vous êtes un adulte responsable et doué de discernement, vous vous en sortez, mais le jeune public, il faudra en prendre grand soin. Je peux me considérer heureuse de l'avoir bien fait en Roumanie pour mon fils, qui le fait à son tour, là où il vit. C'est ce qui me console de la trop grande distance dans l'espace. La petite Rowen Valentina, six ans,  vient de recevoir de la part de la Bibliothèque municipale de Greenville sa première carte de lectrice. Mais, en dehors de la dimension personnelle de l'événement, j'ai apprécié objectivement la manière dont cela pouvait se présenter là-bas. 

J'ai demandé la permission de  reproduire ici la lettre que Rowen avait reçue, juste pour vous inviter à visiter cette belle bibliothèque (où j'ai eu l'occasion d'aller aussi), et la section pour enfants. On peut accéder au joli site, comme c'est indiqué, mais voici le lien des photos (Rowen est le numéro 14, elle a un serre-tête bleu et elle est toute souriante). http://www.flickr.com//photos/gclskidspics/show/ 

"Dear Rowen,

We just wanted to tell you how happy we are here at the Hughes Main Library that you decided to get your first library card. Your card will make it possible for you to borrow books, movies, music, and much more.

 To see your photo, please go to our website at www.greenvillelibrary.org. Click on Kids (at the top of the page). Click on Events. Click on Check out our Flickr page! Here you will see First Library Card photos, including yours, and other pictures from the Greenville County Library System’s children’s programs.

 Thanks for visiting your library, and we hope to see you again soon.

 Sincerely,

Miss G.,Youth Services Specialist, Greenville County Library System, 25 Heritage Green Place, Greenville, SC  29601-2034", 864-527-9280, www.greenvillelibrary.org

Your place to be...the library! "

P.-S. Rowen adore Pippi Longstocking, ses parents lui lisent des chapitres, mais souvent elle lit elle-même  http://en.wikipedia.org/wiki/Pippi_Longstocking

25/06/2013

Faut-il tuer les pauvres?


roumanie,france,évasion fiscale,business pauvreté,gouvernance
Update. July, 1st. Close your eyes and imagine yourself driving on an American road and listening to this: http://youtu.be/qBPAjwQymm4  -that's what I'm doing to forget..
                          *
Les pays ne sont pas des entités naturelles, il n'y a pas de Roumanie éternelle, ni d'Allemagne éternelle, ni de Paraguay éternel.. Les pays sont les constructions artificielles des hommes, et il faut les cultiver et les entretenir constamment, car le succès ou le désastre d'une nation peut se produire en un intervalle de temps très bref, à peine une génération. La Roumanie est en train de s'éteindre avec chaque jour qui passe, sous le poids de sa propre gouvernance. Le commissaire européen à l'énergie M.Günter Oettinger se dit préoccupé par le fait que le pays ne soit pas gouvernable. Le ministre roumain des affaires étrangères M. Corlatean a réagi, en demandant "des explications officielles et convaincantes", et le député européen socialiste Mme Cretu a demandé au président Barroso de "se délimiter des déclarations de son commissaire" au motif qu'il n'est pas démocratique de critiquer un gouvernement élu à 56%. Alors, si la Roumanie est gouvernable et bien gouvernée, pourquoi a-t-il fallu qu'un pacte de cohabitation entre le président et le premier-ministre soit validé par les deux gardiens, l'UE et les US? La Roumanie vient de sortir du déficit au prix des coupes opérées dans les investissements, c'est aussi simple que ça. Elle a un chômage des jeunes de plus de 22%, et l'une des productivités les plus basses en Europe, à cause d'un entreprenariat faible et d'un soutien insuffisant à la recherche et au développement (savoir décoder les termes: là où le rapport de la CE écrit "capacité administrative insuffisante", il faut comprendre "catastrophique"). (Source: http://www.romanialibera.ro/opinii/editorial/cum-se-sting... )
 
Au point où en est l'Europe actuellement, il me semble bien que ces quelques observations à propos de la Roumanie pourraient s'appliquer aussi à d'autres pays, en respectant les nuances et les proportions. Et là, il me vient à l'esprit une comparaison. Supposons que vous écoutiez quelqu'un s'inquiéter pour le paiement de son loyer de 3000 euros par mois, alors que vous, vous inquiétez pour votre loyer de 400 euros par mois. Vous réfléchissez, en vous essayant aux méthodes d'empathie bienveillante, sans vraiment y parvenir. Alors, vous faites plus simple, vous dressez une sorte d'inventaire des choses décentes que l'autre peut se permettre normalement, lorsque vous, vous faites tout par vous-même:  aller chez le coiffeur (pédicure, esthéticienne), prendre un taxi vers ou de l'aéroport, boire un verre d'eau ou un café sur un aéroport, se soigner correctement grâce à une mutuelle correcte (par exemple, ne pas accepter un antibiotique générique dont l'un des excipients est la laque aluminique, et qui vous brûle encore plus que votre gastrite, mais se payer l'original à 40 euros -oui, bien sûr, "c'est exactement pareil"...), acheter parfois chez le traiteur. Que des basiques..Conclusion: un autre standing, et les même soucis.. Monsieur Tapie, à qui il ne resterait que 100 millions (sur les 400 reçus après le fameux arbitrage), serait d'accord.
 
Il en va de même pour l'évasion fiscale, dont le montant pourrait résoudre pas mal de choses - j'ignore s'il existe une estimation exacte quant à la Roumanie, mais la France perdrait quelques 80 milliards d'euros.. Pendant ce temps, des impôts et des taxes sont payés par les autres, mêmes par les plus insignifiants, ceux que l'Urssaf, le Rsi, le Trésor public, la Cipav, retrouvent implacablement, avec cette exactitude digne de toute administration performante. 
A se demander si l'idée ne serait pas de tuer les pauvres. Non, parce qu'ils faut qu'ils consomment.. Et la pauvreté, c'est un marché qui ne connaît pas la crise. Voir dans Marketing Magazine, novembre 2012, "Le business de la pauvreté". On comprend mieux pourquoi il existe des déodorants à 1,99 euros (à l'aluminium, triclosan etc..), des chaussures à 10 et à 5 euros.., et ainsi de suite. Au cas où vous pourriez suspecter cet argumentaire-là de cynisme, on vous explique qu' il s'agit en fait de respect pour la dignité des pauvres..La classe! 


15/05/2013

Hackers et autres

Un article dans le journal EVZ nous explique le langage imagé des voleurs/falsificateurs de cartes bancaires: "les chèvres qui ont donné du lait" sont les cartes avec lesquelles ils ont pu faire des opérations, "l'essence" représente les fonds existant sur les comptes (il y a des comptes "à court d'essence", malheureusement ou heureusement...). C'est ce que révèlent des conversations téléphoniques interceptées sur un groupe de 25 hackers bucarestois. Les charmants prénoms féminins -Alina, Mariana, Vasilica - sont les non moins charmantes American Express, Mastercard, Visa. Les réseaux en Europe et dans le monde, bien structurés et fonctionnant avec la précision d'une montre suisse, note l'article, qui choisit ce cliché ambigü pour le contexte, sont toujours plus difficile à démanteler. La dernière action frauduleuse de grandes proportions (45 millions de dollars retirés en même temps en 27 pays, dont, bien sûr, la Roumanie) s'est soldée avec l'arrestation de sept hommes qui dirigeaient le réseau depuis New York, et avec la mort d'un huitième, le chef du réseau, en République Dominicaine. En dix heures, ils avaient effectué 36.000 retraits. Les procureurs américains ont collaboré avec des organismes anti-fraude au Japon, au Canada, en Allemagne, aux Emirats arabes unis, en République Dominicaine, au Mexique, en Italie, en France, en Espagne, en Belgique, en Grande Bretagne, en Estonie, en Lettonie, en Malaisie, et en Roumanie, afin de découvrir les membres du réseau et leurs projets. Car, les hackers ont, eux aussi, des projets. Par exemple, les récentes attaques coordonnées ciblant Apple, Facebook et Twitter, et qui seraient, selon les services américains, l'oeuvre d'un groupe basé en Europe de l'Est, visaient des informations sur des projets de recherche, des données protégées par le droit de propriété intellectuelle, et d'autres éléments susceptibles d'être commercialisés sur des marchés parallèles. 

Un hacker roumain résume: "Plutôt mourir, qu'être réduit à vivre sur mon salaire, ou sur ma retraite!" Comme on le comprend! Mais encore faut-il avoir les compétences techniques pour ne pas être réduit à vivre sur sa retraite ou sur son salaire. Sans compter que d'aucuns pourraient s'encombrer de quelques petites considérations d'ordre moral. Depuis un bon moment, je me triture les méninges en cherchant une source vitale pour ma (French) micro-entreprise, et je ne trouve rien, mais rien. Et l'Avocat du Diable, qui est toujours lucide et triste (je ne sais pas si vous l'avez remarqué), n'a pas raté l'occasion: "Et alors, les fraudes légales, honorables, celles qui ne demandent pas de compétences techniques et des heures de travail sur des logiciels sophistiqués, mais juste une signature, une promesse glissée le temps d'un cocktail, un coup de fil, une décision discrète, du donnant-donnant diplomatique? Celles-là ne sont pas visibles en 48 heures. Avec un coup de pouce du hasard, disons, certaines peuvent ressortir après de longues années, et on les appelle "des révélations" (comme quoi...)". Oui, d'accord.. C'est pour ça que je ne compatis pas aux malheurs juridiques et médiatiques du ministre Untel, ou de l'ex-ministre Untel, ou de tant d'autres responsables ou ex, ici, comme ailleurs, aujourd'hui, comme hier. Bien au contraire: je m'en réjouis! Des endorphines. Regarder parfois ces gens-là s'expliquer gênés et chercher avec soin les euphémismes et les litotes, c'est comme si je savourais un carré de chocolat noir à 80%. Pour le monde au col blanc, posé et présupposé comme respectable, il n'y a pas non plus de frontières: mêmes dossiers, mêmes affaires, mêmes banques..

02/05/2013

L'Orient

 Pour la fête de Pâques (cette année, le 5 mai), je ne serai pas en Roumanie, mais à Nice, chez les Grecs -15 minutes à pied.

Des freesias qui poussent dans la cour, et une chanson gréco-turque pleine de vie, interprétée par Nana Mouskouri. 

      001.jpg                                               http://youtu.be/g0BJiRmPdM8