Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2013

L'Orient

 Pour la fête de Pâques (cette année, le 5 mai), je ne serai pas en Roumanie, mais à Nice, chez les Grecs -15 minutes à pied.

Des freesias qui poussent dans la cour, et une chanson gréco-turque pleine de vie, interprétée par Nana Mouskouri. 

      001.jpg                                               http://youtu.be/g0BJiRmPdM8 

07/02/2013

Knowledge economy

http://youtu.be/x8mLM-WGJss 


Despite some criticism brought to materials written on Emotional Intelligence, the popularity and support this subject has had among business management in the United States and other parts of the world during the past 15 years proves it can successfully be applied in the workplace.


Through training sessions offered by CEFRO during the past years, I have engaged European participants sponsored by the Grundtvig program in courses designed to encourage developing Emotional Intelligence in the workplace.

 

These very well received courses gave me the opportunity to look deeper and reflect upon the principles guiding, inspiring and driving our actions as well as the path we choose for our lives and our careers. I found it interesting to look at this subject from an ethical perspective, the only one capable of bringing long-term solutions.

 

At a time when “life-coaching” has proved to be limited in forming personalities, I believe the quality of goals and actions is capable of justifying and bringing happiness to a positive existence. In a recent discussion, a friend argued she did not know anyone around her who makes happiness a goal to strive for, and there surely would be other values one would seek in their lives. Certainly, religion and psychoanalysis approaches are different from philosophy; however it is the latter which can truly provide tools for an independent thought process. 

 

Therefore, I updated my Lifelong Learning project to include the idea of training in Emotional Intelligence from a philosophical and positive psychology perspective (see description in “Liste Cefro” on the right column -CEFRO Professional Services).


Parmi les critiques qui sont faites (surtout par des non-Américains) aux ouvrages traitant de l'Intelligence Emotionnelle, on retrouve celles-ci: des relations sociales dé-contextualisées, dépolitisées, sans aucune vie psychique, déculturées, ou encore, dénuées d'éthique. Néanmoins, la grande popularité que connaît cette notion au cours des quinze dernières années dans le domaine de la gestion en Amérique du Nord et par voie d'influence, dans d'autres parties du monde, prouve que le management est sensible à des réponses pratiques.
 
Avec CEFRO, au cours de plusieurs sessions, j'ai proposé et fourni aux participants européens détenteurs d'une bourse Grundtvig un cours sur le développement des compétences émotionnelles dans le monde du travail. Ce cours, qui a été très bien reçu, m'a donné l'occasion d'approfondir une réflexion sur les principes qui orientent, inspirent et animent nos actions, sur le sens que nous conférons à notre vie et/ou à notre travail. J'ai trouvé qu'il serait intéressant de reprendre le sujet dans une perspective éthique, la seule capable, à mes yeux, d'apporter des réponses viables et à long terme. A une époque où le coaching prouve ses limites dans le formatage des personnalités, je suis persuadée que la qualité des buts et des actions reste capable de justifier l'existence, en lui conférant aussi bien les raisons d'être, que le plaisir de vivre affirmativement. 
 
Mais, il n'y a pas que cela. Dans une récente discussion amicale, je me suis vue opposer un argument étonnant. Mon interlocutrice a remarqué qu'elle ne connaissait personne autour d'elle pour qui le bonheur représentait une valeur à rechercher, et qu'il existait d'autres valeurs sur lesquelles on pouvait bâtir sa vie. Certes, le discours religieux et le discours psychanalytique sont différents du discours philosophique, mais c'est ce dernier qui peut offrir véritablement des outils à manier de manière indépendante. 
 Alors, j'ai actualisé mon projet de Lifelong Learning, en y rajoutant la possibilité d'une formation en compétences émotionnelles à la lumière de la philosophie et de la psychologie positive (résumé dans la Liste Cefro, colonne de droite).
 

20/01/2013

Quand l'histoire de la Roumanie explique son présent

 Cela suffirait-il? En tout cas, un miroir est toujours le bienvenu s'il peut aider à démonter des mythes qui ne servent à rien d'autre qu'à s'enivrer avec de l'eau courante (quand on l'a, car la Roumanie est déficitaire à ce chapitre aussi).

"Le mensonge est le mythe fondateur de la Roumanie moderne" (dans adevarul.ro) est un entretien avec l'historien roumain Lucian Boia, autour de son dernier livre "De ce este Romania altfel?"("Pourquoi la Roumanie est-elle autrement?"). J'y ai trouvé un argumentaire de bon sens, que je partage, et j'ai voulu le résumer ici. 


Le jeu politique en Roumanie donne l'impression d'être artificiel. Le Roumain, tout critique qu'il soit envers les réalités qu'il vit, s'y adapte, il est donc juge et partie. Néanmoins, cela n'a rien d'une fatalité psychologique, puisque le Roumain s'intègre bien dans d'autres pays, dans une société philosophique de type occidental. L'auteur explique pourquoi la Roumanie est le pays qui accumule le plus grand nombre d'écarts par rapport à une norme, pourquoi elle est différente des pays occidentaux, mais aussi des pays d'Europe Centrale. Il s'agit d'un retard historique, que la Roumanie ne réussit pas à rattraper. 

L'auteur observe que la Roumanie est un pays frontalier, ce qui présente le paradoxe de l'isolement (accepter difficilement les influences externes), et de l'ouverture. On prend des modèles et on les adapte, c'est-à-dire, on adopte les formes, tout en rejetant le fond. A travers l'histoire (l'instabilité politique, les conflits permanents, les interventions externes), le retard économique s'est transmis du Moyen Age jusqu'à nos jours. A cela s'ajoute une fracture sociale considérable -l'absence d'une classe moyenne. Selon un autre historien, Xenopol, le peuple roumain serait le résultat d'une erreur (parce que l'empereur Trajan a tenu a traverser le Danube au nord, où les Romains ne sont restés d'ailleurs qu'un siècle et demi). Ultérieurement, l'espace roumain sera tout à fait extérieur, également par rapport à l'Empire Byzantin et à l'Occident. Ce qui fait qu'à l'époque moderne on est dans une configuration intéressante: en marge et au milieu, par rapport aux trois empires qui se partagent la région - les Habsbourgs, les Ottomanes, les Russes. Condition qui a été intériorisée par les habitants de cet espace, les ancêtres des Roumains d'aujourd'hui- et le résultat paradoxal perdure: isolement et ouverture

Est-ce que l'entre-deux guerres a été l'époque d'or de l'histoire de la Roumanie? L'auteur considère que c'est après 1989 que cette construction idéologique a pris forme, parce que les Roumains voulaient se trouver un mythe  fondateur..En fait, la Roumanie avait tous les signes d'un pays sous développé: un grand nombre d'analphabètes, la plus grande natalité, la plus grande mortalité (dont la plus grande mortalité infantile). Seule la classe intellectuelle était d'un niveau élevé. Quant au communisme, il est surprenant qu'il ait pu se répandre aussi bien dans un pays qui avait les plus réduites tendances communistes avant 1944. Les Roumains se sont mieux accommodés que d'autres avec le régime communiste. Ce n'est pas l'absence de liberté qui dérangeait (cela dérange ceux qui apprécient la liberté, et qui savent en faire quelque chose), mais la détérioration des conditions de vie, dans les années 1980. Le communisme s'est effondré premièrement pour des raisons d'ordre alimentaire, et non idéologique. Tout en rappelant des conjonctures historiques défavorables (l'entre-deux-guerres, le communisme), l'auteur remarque l'absence d'une vraie dissidence en Roumanie (aucun livre clandestin, aucune opposition). Les Roumains n'ont pas la culture de la résistance, et cela vient du Moyen Age. Ils ont la culture de la soumission (le paysan envers le boyard, le Prince envers la Porte Ottomane), sauf que soumission rime souvent avec tentative de rouler celui envers lequel on est soumis. Le mensonge actuel: le parti communiste n'existe plus, mais toute la classe politique y retrouve ses racines, les dirigeants étant les héritiers du système qu'ils ont répudié. Les Roumains ont la culture du silence, et les explosions sont rares, tous les 100 ans. L'idéal serait d'avoir une conscience civique capable de régler les choses en permanence. Or, les Roumains sont apathiques, ne réagissent pas, et leur indifférence à l'égard de l'espace public, en général, s'explique aussi par le fait que le communisme a voulu créer une société collectiviste, et a rendu les gens extrêmement individualistes. En Roumanie, il n'y a pas la culture de l'intellectuel critique envers l'espace politique, car les intellectuels sont plutôt dépendants du pouvoir, et opportunistes.

La Roumanie n'a pas de projet, elle est dépendante des projets de l'UE, qui, elle, n'a pas de projet. Nous traversons une crise, une déroute, qui n'est pas qu'économique, mais qui est aussi une crise de civilisation, d'identité. Le monde actuel est en mutation, les cartes se distribuent  autrement, l'histoire s'accélère, les changements sont rapides. On ignore ce qu'il adviendra finalement de la construction européenne. Bien sûr, la Roumanie fait partie de l'UE, mais on est en train d'exaspérer les européens, car le monde occidental est fondé sur des règles, tandis que le monde roumain ne fait que mimer les règles. Nous avons des lois pour mieux les contourner, ou pour feindre de les respecter. Pour ce qui est de l'orthodoxie, ce n'est pas elle qui a fait que les Roumains soient ce qu'ils sont, mais c'est la situation dans laquelle sont les Roumains, qui fait que l'Eglise orthodoxe soit ce qu'elle est -à  savoir, le niveau de civilisation entre beaucoup en ligne de compte.  

  
 

 

Exemplification: (j'adore le chef DIICOT/Direction pour l'Investigation des Infractions de Criminalité Organisée et Terrorisme, à la fin de la vidéo, lorsqu'il parle de réglementations).

 

http://www.euronews.com/2013/01/18/is-the-mafia-s-dirty-m... 


P.-S. (21/01) Je viens de suivre en direct sur Euronews la cérémonie d'investiture du Président Obama. En entendant cette phrase: "que tous puissent s'épanouir et évoluer au sein de notre nation", j'ai eu un pincement au coeur de regret de ne pas avoir vingt ans de moins, pour émigrer aux States, au lieu de pourrir, parce que ces deux verbes-là, "s'épanouir" et "évoluer" n'ont rien d'européen. Mais les jeux semblent faits, et je n'ai pas vingt ans de moins (du courage, j'en ai pourtant eu..).

J'ai mis sur le photoblog (http://myshots.hautetfort.com) des photos américaines, comme ça...


15/01/2013

Lettres

Update 16. Choses plus graves que le sacré à travers le langage poétique: mauvaises nouvelles pour le géant UPS, l'UE n'a pas donné son accord. Il se trouve que cela m'affecte, puisque un projet personnel commun avait pris forme, et tenait à un fil, mais il tenait.. Je me fais violence pour ne pas penser à d'autres "petits" aspects politiques, économiques, sociaux, qui  vous font déchanter. Ce serait fatal pour le moral. En plus, en ce moment, ce serait aussi me couper l'unique branche sur laquelle je suis assise en équilibre précaire (comme tant d'autres..). Par exemple, hier, on m'a demandé, dans la rue, l'adresse du Pôle Emploi - un très jeune garçon, frêle, habillé soigneusement comme pour aller à un entretien d'embauche, il tournait en rond dans le centre ville, sans découvrir que sur trois agences il en restait une seule, assez loin..Je lui ai souhaité bon courage, et son visage s'était éclairé, comme si je lui avais proposé un emploi.. Et j'ai senti les larmes me monter aux yeux, car il était au début de sa vie professionnelle, et je suppose qu'il avait beaucoup d'espoir, avant de faire connaissance avec l'engrenage broyeur..

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/anticip... 

 

HPIM3182.JPGIl y a quelques années, j'ai apporté de ma bibliothèque de Roumanie, pour ma (plus) petite bibliothèque de Nice, ce recueil de poésies de Mihai Eminescu, Editions de la Jeunesse, collection "Bibliothèque de l'Ecolier", Bucarest, 1967. Chaque 15 Janvier, je le prends sur l'étagère, et je le place sur mon bureau. Je relis surtout Luceafarul, et bien que je connaisse le poème  par coeur (depuis toujours..), c'est toujours l'émotion, comme si  je l'entendais pour la première fois. Et je me rappelle que la poésie, c'est de l'ordre du langage sacré, et que probablement, le sacré "est capable de se communiquer", en tant que "bien véritable", comme écrit le philosophe qui s'était résolu de le chercher (heureusement qu'il a été excommunié, sinon il ne l'aurait pas trouvé...).

Ce matin, je passais devant une librairie qui exposait des ouvrages de l'artiste Tobiasse, et j'ai aimé ceci: "seule la mémoire donne une existence à l'image et aux mots qui forment la conscience du moment présent que nous vivons"

 http://youtu.be/PutB0_FSvok