Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2022

Boutcha

boutcha,ukraine,massacre,crimes de guerre

(Mes photos -Discours du Président américain en Pologne, le 26 mars

Ce dimanche, le 3 avril 2022, les informations du journal télévisé sont accompagnées d'images insoutenables, abominables. Des civils abattus dans la rue ou dans leur voiture, des cadavres qui jonchent le sol. Près de 300 personnes ont été enterrées dans des fosses communes, toutes ces personnes ayant été abattues, tuées d’une balle à l’arrière de la tête, affirme le maire de la ville. "Un massacre délibéré", déclarent les autorités ukrainiennes. Des crimes de guerre. Les Russes ne respectent aucune règle. Des atrocités qui ne permettent plus maintenant quelque interprétation ou justification que ce soit. Quelles négociations avec les terroristes ? Avec ce nouveau Daesh ?

Pendant les deux guerres mondiales, et aussi pendant la troisième (la guerre froide), nous avons eu en général des informations après le déroulement des événements, ce qui fait que nous n’avons pas pu mesurer l’étendue de l’horreur au présent, pendant qu’elle était en train de s’accomplir. C’est bien ultérieurement que la mémoire a été réactivée, que les témoignages ont commencé à être entendus et diffusés, que des procès ont eu lieu.  

Mais aujourd'hui, les moyens technologiques de la communication font que tout le monde est informé presque en temps réel de ce qui se passe. Nul ne pourrait y trouver une justification, à part celle de sa propre conscience défaillante. Ce qui se passe est inadmissible, irrationnel, indigne de l'humain.

« L’homme est inacceptable »

« L’espoir est la forme normale du délire »

« Je me permets de prier pour vous. » - «  Je le veux bien. Mais qui vous écoutera ? »

(E.M.Cioran, Ecartèlement)

A propos d’espoir, au sens spirituel, puisque nous voilà à quelques jours des fêtes pascales. Personnellement, je me suis décidée à faire une grève spirituelle symbolique : les passer sous silence, ne pas envoyer de vœux, ne pas réagir sur Facebook aux publications avec des lapins, des fleurs, des œufs, des Jésus, des prières, des messages dégoulinant de bons sentiments conventionnels et creux. Seule ma famille très proche, c’est-à-dire le premier cercle, fera exception (nous vivons dans des pays et sur des continents différents, nous nous verrons en appel vidéo pour nous souhaiter une bonne santé). Ma tristesse et ma révolte sont incommensurables, et elles n’ont rien en commun avec les considérations froides et intelligentes du philosophe français qui apparaît d’habitude le dimanche soir sur une chaîne d’information…

 

 

28/02/2022

La guerre aux portes de l'Europe

ukraine,russie,poutine,guerre,ue,otan,roumanie

ukraine,russie,poutine,guerre,ue,otan,roumanie

(Mes photos -Couleurs symboliques)

Ce qui me touche particulièrement, en suivant les informations, c'est la responsabilité tragique que doit ressentir un président qui défend son pays encerclé et attaqué. Et sa solitude aussi, car l'Alliance atlantique ne peut intervenir, en tant que telle. Au-delà de toutes les explications historiques et politiques qui sont avancées ces jours-ci, je vois le cas psychiatrique du décideur de cette guerre, sa guerre. Il vient d'ordonner à son chef d'état-major et à son ministre de la Défense de "mettre les forces de dissuasion de l'armée russe en régime spécial d'alerte au combat", et on comprend ce que cela signifie.. Un historien roumain, Madalin Hodor, publie dans Revista 22 l'article "In capul lui Vladimir Putin" (Dans la tête de Poutine) et il explique que le leader russe ne voudrait pas réécrire l'histoire, mais plutôt lui apporter des corrections, car il n'aimerait pas comment les choses se sont passées. Il me semble que ce désir de vouloir corriger l'histoire est le délire messianique du président orthodoxe, ancien agent du KGB, un délire qui a dû évoluer sensiblement ces dernières années. Comme souvent, un délire peut être structuré, et c'est son cas.

Quatre jours après l'invasion russe en Ukraine, un quotidien américain (The Newyorker) remarque une évidence: la stratégie de l'Ouest aurait donné à Poutine une raison pour attaquer, mais maintenant il est clair qu'il en avait depuis longtemps l'intention, peu importe ce qu'auraient fait les Etats-Unis et l'Europe. Pendant vingt ans, des hommes politiques, des chefs d'Etat ont cultivé Poutine, en voyant en lui un facteur de stabilité en Russie. Cela s'est avéré faux, car l'histoire ne ment pas, et elle se répète, comme on le constate.

Aujourd'hui, on a l'occasion de voir concrètement que les deux seules réalisations de la Roumanie, depuis la chute du Mur, sont l'appartenance à l'UE et à L'OTAN.  

Update. 7 mars

Douze jours après, la situation en Ukraine s'aggrave, des villes sont tombées ou sont encerclées, l'expansion russe se poursuit. La Russie ouvre des couloirs humanitaires vers... la Russie et la Biélorussie, une manière de déporter les gens, de s'en servir comme des boucliers humains. Le président français a dénoncé "le cynisme moral et politique de V.Poutine", tout en affirmant la volonté de continuer à "mener la pression diplomatique pour que la guerre s'arrête".

Hier soir, j'étais en train de regarder un débat, et c'est avec tristesse que je constatais, pour la énième fois, que certains intellectuels, hommes politiques, n'arrivaient toujours pas à comprendre ce que le régime soviétique avait représenté dans les pays de l'Est. Autrement, ils auraient compris pourquoi ces pays avaient demandé à adhérer à l'OTAN dès la fin des années '90, ainsi qu'à l'UE. Et je sais pourquoi je ne lirais pas de poèmes d'Aragon, le stalinien (j'y ai été obligée, à l'époque où j'étudiais la littérature française, à l'université de Bucarest). Parce que même en ce moment, où les bombes russes tombent sur un Etat indépendant, au coeur de l'Europe, il existe des intellectuels et des hommes politiques qui s'efforcent de nuancer, en affirmant que nous n'avons pas bien su approcher Monsieur Poutine... 

20/07/2014

Langage et trahison

rebelles, Russie, crash, Ukraine, gaza, conflits, violence, langage

Update 24. Cet article résume comment l'Europe a décidé de "réagir" concrètement après le crash de l'avion de ligne abattu en Ukraine par les séparatistes pro-russes (on peut toujours en prendre connaissance dans la traduction offerte par Google, et s'apercevoir, par l'occasion, des limites de la traduction automatique, souvent drôle...). J'ai eu la patience de consulter la presse européenne. Si, depuis l'événement tragique, elle a été extrêmement abondante en images et en détails, maintenant elle reste assez discrète sur la division des pays européens quant aux sanctions à l'égard de la Russie. Le président roumain a été le seul à souligner que la sécurité du citoyen européen devrait peser davantage dans la balance des divers intérêts et liens économiques et financiers avec la Russie. Eh bien, il paraît que ce n'est pas le cas. 

                                                                                              **

(Mes photos: Le square Durandy, Nice)

 

Un quotidien roumain titre: "Les rebelles pro-russes soûls tirent dans l'air" (ce qui ne m'étonne pas de leur part...). Un ministre de l'intérieur avertit les proches des victimes de l'avion abattu de faire bloquer les comptes de celles-ci, afin que leurs cartes bancaires ne puissent être utilisées..Les rebelles semblent ne pas avoir attendu que la machine diplomatique embraye, en toussotant, et qu'elle envoie des experts sur place, d'autant plus qu'avec la chaleur, il fallait réagir rapidement. Apparemment, ils font régner leur loi sur ce bout de territoire, pendant que la diplomatie internationale a cessé de toussoter et devient plus ferme à l'égard de la Russie, dont le président était occupé à se rendre à une cérémonie orthodoxe nationale en l'honneur d'un grand saint d'il y a quelques siècles..

Dans un autre endroit, à Paris, lors de la manifestation concernant la récente réouverture du conflit à Gaza (je réalise que j'ai choisi ce terme-là, comme dans "réouverture d'un commerce", sans doute à cause du caractère cyclique de ce conflit), une jeune femme se révolte: "Y en a marre que nos enfants se fassent tuer...". Je suis quasiment certaine que la jeune femme n'avait aucune idée de la question du posé et du présupposé dans l'énoncé/l'énonciation, c'est-à-dire que maintenant on ne supporte plus ce qui, jusque-là, allait encore.. Mais, "ça parle", et ça est meurtrier, depuis la nuit des temps...La violence tolérée, justifiée, ou les degrés dans la violence.. Tous les conflits armés se fondent sur des considérations historiques, idéologiques, religieuses. C'est dans ces considérations que les humains excellent, puisque c'est du langage, l'arme absolue, celle qui décide et exécute. Il n'existe pas une échelle de la souffrance humaine, mais la mort ("et les taxes"...) reste l'unique vérité tangible et irréversible que l'humanité partage. 

 

Pourquoi pas, un rêve reste un rêve: http://youtu.be/EJmPWD-VjgI 

05/05/2014

Le nouveau Rideau

ukraine,frontière est,roumanie,russie,ue,otan(Mes photos: le Jardin Alsace-Lorraine, Nice )

 

En réfléchissant aux sujets d'actualité susceptibles de m'intéresser afin d'écrire quelques lignes sur ce blog, je n'arrivais pas à me motiver. D'abord, parce que je n'ai pas trouvé de "solution créative" au financement dont ma petite entreprise aurait besoin pour rester à flot, ensuite, parce que tout me semblait, pour ainsi dire, dérisoire. Les élections européennes, encore moins amusantes que les municipales, et les "débats" diffusés sur Euronews entre les candidats à la présidence de la CE me laissant de marbre (je me demandais pourquoi Monsieur Juncker tenait absolument à avoir aussi ce poste, au lieu de faire des randonnées, ou que sais-je encore, eh bien, c'est pour servir, comme tous ceux qui se bousculent vers les lieux de pouvoir). J'ai pourtant regardé avec un sentiment de résignation cette vidéo montrant les députés européens qui pointent à 7 heures pour repartir aussitôt, et qui empochent en tout plus de 14.000 euros mensuels pour nous représenter -pas étonnante la bataille des listes, tout le monde veut servir, comme je disais..).

Alors, j'ai décidé de résumer cet article paru dans la presse roumaine, à propos de la nouvelle guerre froide qui prend contour à la frontière Est de la Roumanie.

Lire la suite