Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2022

Boutcha

boutcha,ukraine,massacre,crimes de guerre

(Mes photos -Discours du Président américain en Pologne, le 26 mars

Ce dimanche, le 3 avril 2022, les informations du journal télévisé sont accompagnées d'images insoutenables, abominables. Des civils abattus dans la rue ou dans leur voiture, des cadavres qui jonchent le sol. Près de 300 personnes ont été enterrées dans des fosses communes, toutes ces personnes ayant été abattues, tuées d’une balle à l’arrière de la tête, affirme le maire de la ville. "Un massacre délibéré", déclarent les autorités ukrainiennes. Des crimes de guerre. Les Russes ne respectent aucune règle. Des atrocités qui ne permettent plus maintenant quelque interprétation ou justification que ce soit. Quelles négociations avec les terroristes ? Avec ce nouveau Daesh ?

Pendant les deux guerres mondiales, et aussi pendant la troisième (la guerre froide), nous avons eu en général des informations après le déroulement des événements, ce qui fait que nous n’avons pas pu mesurer l’étendue de l’horreur au présent, pendant qu’elle était en train de s’accomplir. C’est bien ultérieurement que la mémoire a été réactivée, que les témoignages ont commencé à être entendus et diffusés, que des procès ont eu lieu.  

Mais aujourd'hui, les moyens technologiques de la communication font que tout le monde est informé presque en temps réel de ce qui se passe. Nul ne pourrait y trouver une justification, à part celle de sa propre conscience défaillante. Ce qui se passe est inadmissible, irrationnel, indigne de l'humain.

« L’homme est inacceptable »

« L’espoir est la forme normale du délire »

« Je me permets de prier pour vous. » - «  Je le veux bien. Mais qui vous écoutera ? »

(E.M.Cioran, Ecartèlement)

A propos d’espoir, au sens spirituel, puisque nous voilà à quelques jours des fêtes pascales. Personnellement, je me suis décidée à faire une grève spirituelle symbolique : les passer sous silence, ne pas envoyer de vœux, ne pas réagir sur Facebook aux publications avec des lapins, des fleurs, des œufs, des Jésus, des prières, des messages dégoulinant de bons sentiments conventionnels et creux. Seule ma famille très proche, c’est-à-dire le premier cercle, fera exception (nous vivons dans des pays et sur des continents différents, nous nous verrons en appel vidéo pour nous souhaiter une bonne santé). Ma tristesse et ma révolte sont incommensurables, et elles n’ont rien en commun avec les considérations froides et intelligentes du philosophe français qui apparaît d’habitude le dimanche soir sur une chaîne d’information…

 

 

Écrire un commentaire