Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2005

Le vrai OUI à l'Europe

Pour ce qui est de la Roumanie, le vrai oui à l'Europe consiste d'abord à savoir résoudre son grave problème de corruption. En feuilletant la presse roumaine de cette semaine, j'ai retenu un article qui résume bien l'actuelle situation ("Dégagez le ring, le règlement de comptes commence!", dans Evenimentul Zilei du 17 Février).
Le nouveau gouvernement affiche ouvertement son ambition de s'attaquer aux structures mafieuses et apparemment, il vient de frapper ça et là. Mais, comme affirmait le Président de la Chambre de Commerce américaine à Bucarest, "corruption in Romania is endemic and systemic". Le bruit court que les intimidations et les menaces de mort commencent à pleuvoir, quelques maires qui se sont risqués au nettoyage, et aussi le Président lui-même (c'est nouveau, car l'ex-Président n'avait jamais été menacé...).
Néanmoins, je dirais qu'en Roumanie il faut tout prendre cum grano salis, car le jeu des diversions a toujours été très complexe. Logiquement, si l'on touche aux clans, ceux-ci vont réagir d'une manière ou d'une autre. C'est ce que révèle l'article.
"Ce qui se passe n'est pas mal du tout. Mais si l'actuel pouvoir vient de commencer cette guerre, il doit être bien préparé à la mener jusqu'au bout. A savoir, il lui faudra prendre en compte ceci:
qu'il a à lutter contre des milliardaires fort puissants, que bien des journaux et des postes de télévision obligés à respecter la loi lui seront hostiles, que le monde interlope prépare ses épées, que les barons locaux ont suffisamment de force pour subminer les actions des autorités, que la justice regorge de canaille, que les généraux évincés de l'armée et de la police n'attendent qu'à se venger, que les services secrets font double jeu ["jouent aux deux bouts"], que les menaces physiques, sociales (syndicats) et médiatiques ne manqueront pas.
Est-ce que Basescu, Tariceanu, ...et les autres sont prêts à affronter ces dangers? Si oui, la Roumanie a un avenir. Sinon, il ne nous reste plus qu'à émigrer au Congo, comme nous avions l'intention du temps de Bombonel." [N.B. l'ex-premier ministre Nastase].


Pour ce qui est des autres pays déjà membres de l'UE, le vrai oui devrait exprimer une volonté réfléchie et une attitude à l'égard d'une construction qui a favorisé leur propre développement. C'est, d'ailleurs sur cette évidence exprimée de manière très simple par le Premier-Ministre espagnol ("L'Europe est bonne pour nous") que porte toute la campagne pour le oui au Traité constitutionnel. Et l'on sait bien que les progrès spectaculaires de l'Espagne pendant la dernière décennie sont dûs à son intégration.

Pour moi, la France reste un pays paradoxal. D'abord, la place importante du non et de son argumentaire ("oui" à l'Europe, mais "non" à celle-ci...) m'a quelque part surprise. A vrai dire, je ne devrais pas. Que mes tentatives pour monter un petit projet européen n'aient rencontré que des formes de rejet plus ou moins argumentées, dans un style sèchement administratif ou perfidement démagogique, est à mes yeux significatif. Je trouve même amusante la langue de bois (qui par ailleurs, m'est familière) en lisant dans le magazine de Nice le mot du Président du Conseil Général :"il faut libérer les énergies créatrices..."(la langue de bois n'a pas d'appartenance spécifique, elle est essentiellement politique et à la portée de tous ceux qui veulent s'exprimer sans dire quelque chose, pour autant). En réalité, rien de plus figé.
Et dire que ce n'est pas le projet futuriste d'un TGV Nice-Bucarest que j'ose avancer, mais celui d'un simple centre de formation pour cadres roumains, basé sur le transfert de savoir-faire français, et tout cela à propos de l'Elargissement, si l'on y est toujours.
Ceci dit, je ne crois pas que le non à l'Europe l'emporte en France. J'ai remarqué qu'il y avait dans ce pays un certain esprit qui passait par-dessus, quelque chose on dirait d'immatériel qui fait qu'à un centimètre près, le basculement dangereux ou ridicule ne se produise pas. Mais c'est serré.

Carmen Lopez
serghie_carmen@yahoo.com

28/01/2005

La semaine européenne -74


La Roumanie à la traîne
Bruxelles envisage l'utilisation de clauses de sauvegarde



La Roumanie doit intégrer l'Union européenne le 1er janvier 2007. Mais le pays est en retard en matière d'application du droit communautaire, de lutte contre la corruption et de respect des libertés. Cela préoccupe la Commission et certains Etats membres. L'autorisation donnée à cet état de l'ancien bloc soviétique, fort de 22 millions d'habitants, dont le territoire s'étend de la Hongrie à la mer Noire, pourrait bien être revu par l'application de clauses de sauvegarde.

Les Roumains ont du mal à libéraliser leur secteur étatique, notamment dans la sidérurgie, ainsi que pour lutter contre la corruption. Cela inquiète un certain nombre d'Etats membres, notamment les pays scandinaves, qui y voient le non-respect du droit communautaire le plus essentiel.

Clause de sauvegarde renforcée
La Commission a obtenu du Conseil européen qu'il assortisse son feu vert d'une menace inédite : les Vingt-Cinq pourront décider, à la majorité qualifiée, de reporter d'un an l'adhésion de la Roumanie s'ils constatent qu'elle ne respecte pas certaines obligations en matière de concurrence, ainsi que de justice et d'affaires intérieures. Cette clause de sauvegarde renforcée s'appliquera seulement à onze secteurs du droit communautaire.

Clause de sauvegarde générale
Si le Conseil constate que, dans d'autres "domaines importants", la Roumanie, n'est pas en mesure de respecter les conditions d'adhésion pour le 1er janvier 2007, il pourra décider, à l'unanimité, de repousser leur adhésion au 1er janvier 2008. Cette clause de sauvegarde générale constitue, elle aussi, une nouveauté, mais elle sera plus difficile à activer, dans la mesure où elle imposera un consensus des tous les Etats membres de l'Union.

Source: Tiscali.Europe/Newsletter/la semaine européenne-74
serghie_carmen@yahoo.com



13/01/2005

ARTE, hier soir, sur l'époque Ceausescu et "les enfants du décret"

Bouleversant, ce documentaire réalisé avec la collaboration de la télévision roumaine et de ses images d'archive. J'ai revu toute une période douloureuse, qui aujourd'hui n'est qu'une page de l'histoire: la mégalomanie d'un dictateur rêvant d'une grande Roumanie, de l'homme nouveau, et le décret meurtrier de '67, qui a coûté la vie à des dizaines de milliers de femmes. Tout est exact. J'avais connu deux fois cette expérience, et je me souviens bien que, sans les enveloppes de rigueur mises entre les mains du médecin, j'aurais subi le même sort. A l'époque, il existait deux catégories de gens, qui, au milieu du désastre, se permettaient des croisières en Méditerranée: certains obstétriciens et certains agents de la Securitate. Aujourd'hui, les premiers chôment presque et les seconds se sont reconvertis en businessmen.
Mais si Ceausescu est mort, l'idée qui servait à étayer une idéologie, est toujours vivante, nourrie aujourd'hui ailleurs par des intégrismes religieux, par des commandos anti-IVG, par l'hypocrisie de l'Eglise à l'égard des moyens contraceptifs, enfin, par la législation de certains pays européens à ce sujet.
Hier soir, j'ai pu dérouler de nouveau dans mon esprit des scènes et des moments particulièrement poignants. Toute une époque qui laisse des traces importantes, sans doute, quoi que l'on dise sur la fameuse résiliance.
Mais aussi une époque qui vous aura appris l'endurance. Autrement, comment j'aurais pu résister en France?

Rien qu'un exemple: c'est une réponse de la part du CG des A-M au sujet du projet pour lequel j'essaie en vain d'obtenir un soutien. Cela fait des années que je me trouve en voie d'être "insérée" en France, par ce type de contrats de solidarité, avec un niveau Bac+11, un Doctorat français...

DE LA PART DE MADAME..., DILE CG06

Madame,
J'ai pris note de votre souhait de création d'un organisme de formation de cadres roumains par le biais d'une société. Ce projet est intéressant mais ambitieux dans son contenu. En conséquence, s'il devait se concrétiser, il nécessiterait une préparation importante s'inscrivant dans la durée, ainsi qu'un financement qu'à l'heure actuelle vous ne pouvez assurer. Aussi, la commission locale d"insertion lors de l'examen de votre contrat d'insertion le 11 janvier 2005 a validé la poursuite de votre contrat emploi solidarité. Afin de vous aider dans vos déplacements, une aide aux transports vous a été accordée pour une période de 3 mois.
Veuillez agréer, Madame, l'_expression de ma considération distinguée.


J'y ai répondu:

Madame,

Je vous remercie pour votre réponse.
Il n'y a pas de commentaires particuliers à faire à cette réaction du Conseil Général des Alpes-Maritimes, France. En effet, des courriers et aussi certaines notes publiées sur mon weblog à ce sujet évoquent des démarches antérieures que vos services connaissaient déjà.
Malheureusement, il semble évident que pour avoir un soutien dans la concrétisation de ce projet spécifique, prendre la voie des organismes administratifs et politiques susceptibles d'être concernés, du moins pour le principe, vu son objectif, est une stratégie vouée à l'échec d'avance, bien qu'elle soit parfaitement honnête et légitime.

Néanmoins, je n'abandonne pas pour autant la conviction que, quelque part, dans ce monde décisionnaire dont je suis vraisemblablement, en train de faire le tour, une porte s'ouvrira correctement.

Veuillez agréer, Madame, l'_expression de mes salutations distinguées.

Carmen Lopez
7, av. Thiers, appt. 406
06000 Nice
France
serghie_carmen@yahoo.com
http://elargissement-ro.hautetfort.com








11/01/2005

Pour le moment, je ne comprends pas vraiment

L'un des immortels de la littérature roumaine du début du 20e siècle, I.L.Caragiale, -dramaturge dont la satire mordante n'a rien épargné de ce qui fait le spécifique de notre vie politique, avec ses confusions et ses compromis burlesques- est, comme toujours très actuel. Dans les fusions des partis qui s'agitent maintenant, quelques semaines après les présidentielles, il est difficile de s'y retrouver. Comme d'habitude, après les coups bas, il vient le temps des alliances, des mains tendues pour le bien de la nation. J'ai fouillé la presse, j'ai essayé de saisir quelque chose, mais à part l' immense ennui d'entendre des airs que je connais déjà, je n'ai pas une image claire de ce qui se passe. J'ai lu qu'un leader socialiste européen avait conseillé au PSD un renouvellement nécessaire, vu les circonstances...
Certes, tout est trop récent, notre nouveau Président ("Base est cool", il paraît que c'est le slogan lancé dans la liesse de la Place de l'Université qui résume la situation) est encore dans la phase de la séduction. Je dois avouer que moi aussi, j'ai accepté d'y succomber, bien que des objectifs tels que combattre la corruption et relever le niveau de vie soient monnaie courante dans des démocraties-soeurs en Amérique Latine. Mais j'ai décidé d'y croire aussi parce que j'ai toujours eu un faible pour le Chevalier qui défend la veuve et l'orphelin, pour le héros justicier en général. C'est pourquoi, d'ailleurs mon intérêt littéraire s'est arrêté sur le Moyen Age, tout aussi bien que sur le polar et cela, dans l'une des perspectives les plus rigoureuses possibles -des thèses brillamment soutenues en Roumanie, en France, et qui m'ont apporté des diplômes et des titres qui ne me servent à rien, évidemment. Je vis dans l'UE et pas aux US.
Parfois, je me dis que si j'avais fait quelque chose du genre ENA ou son équivalent, quelque part, ou bien, plus simple, si j'avais accepté de demander la nationalité française, suite à mon mariage, je ne rêverais plus de justice aujourd'hui, comme d'un fruit inaccessible (pour éviter "défendu").
Carmen Lopez
serghie_carmen@yahoo.com