Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2018

La Passion

la passion du christ,film,archives blog

(Mes photos -)

En 2004, le film La Passion du Christ, réalisé par Mel Gibson, avait suscité une vive polémique. Comme le dimanche des Rameaux est aussi le dimanche de la Passion, j’ai cherché dans les Archives deux notes que j’avais écrites il y a quatorze ans (c’est aussi l’âge de ce blog…).

La première, c’était après avoir lu le numéro spécial du magazine Newsweek consacré à la présentation du film. La seconde, c’était "ma lecture" après avoir effectivement vu le film au cinéma lors de sa sortie en France, quelques jours plus tard. Le sujet de la Passion est venu à moi en tant que sujet de Thèse, mais sous une forme initiale un peu différente. J’avais proposé un travail sur la rhétorique de la passion amoureuse au Moyen Age, et mon directeur avait modifié le mot dans le titre, en l’écrivant avec le « P » majuscule.. Et ce fut le défi de ma recherche passionnante, et de ma vie aussi.

 

Le film de Mel Gibson (février 2004)

Réflexions sur un événement artistique (avril 2004)

 

11/11/2017

Le communisme n'a que cent ans..

communisme, révolution, 100 ans, Securitate, monarchie

(Photo- Magritte, Golconde, 1953)

1953, Staline est mort. Octobre-Novembre 1917 – l’acte de naissance du communisme appliqué. Malgré toutes ses horreurs, il a ses partisans, ses idéologues, ses nostalgiques, de nos jours encore. Une sorte de néo communisme qui s’adapte et perdure en parasitant les efforts et les formes du capitalisme.

J’ai sélectionné quelques notes dans les Archives, dont voici des extraits. Ce sont, pour la plupart, des adaptations d'articles roumains publiés en ligne. 

 "L’esprit communiste ne fonctionne pas conformément aux canons habituels de la psychologie, mais suit sa logique propre, où se mêlent, à doses indécelables, l’habileté dialectique, l’auto-illusion, et le mensonge psychopathe. Par « communisme » nous entendons le régime communiste et le système de propriété, mais ils ne sont pas la même chose que le mouvement communiste, en tant que réseau d’organisations. Le « communisme » n’est absolument pas viable, et c’est justement pour cela que le mouvement peut croître indéfiniment, sans être obligé de le réaliser, en se limitant, en échange, à récolter les bénéfices de ce qu’il vole, usurpe, prostitue et détruit dans son chemin. (…) Le communisme comme régime, comme système économique n’existe pas et n’existera jamais. Le communisme peut exister seulement comme mouvement politique qui se nourrit en parasitant le capitalisme, et donc il croît avec celui-ci. (…) D’une part, les économies communistes survivent uniquement avec l’aide capitaliste de l’extérieur, d’autre part, dans chaque nation, la croissance de l’économie capitaliste alimente toujours plus la culture communiste. Et c’est justement parce que l’économie communiste n’est absolument pas viable et qu’elle ne peut être construite, que le communisme militant remporte des victoires dans son effort de jeter le capitalisme à la casse. Finalement, toute la logique du communisme dérive de l’idée d’Hegel de la négation ou de la destruction créatrice. Or, celle-ci est une figure de style. La destruction de quelque chose peut amener à la croissance d’une autre chose à condition que cette dernière possède à l’intérieur une force créatrice propre, qui ne doit rien à la destruction. Attendre que la destruction seule arrive à créer quelque chose, c’est comme vouloir qu’un poulet sorte d’un œuf cuit."   

 "Le communisme n’a pas été vaincu par l’Occident. Celui-ci a vaincu le nazisme, mais le communisme s’est effondré seul. (…) Le fait qu’il se soit effondré en silence a permis à tous les gauchistes bien placés dans les universités occidentales de n’en tirer aucune leçon, au contraire de combattre, sous l'accusation de crypto-fascisme, tous ceux qui essaient de retenir les conséquences de cet énorme échec humain, matériel et civilisationnel qu’est le communisme. L’esprit actuel de l’Europe n’est pas celui qui a vaincu le nazisme, car cette Europe-là qui a vaincu le nazisme est une Europe qui croyait au bien absolu, à la vérité absolue et qui était capable de juger très fermement la déviance nazie. (…) Le communisme s’est effondré d’une manière qui a permis à tous ses sympathisants de se replier sur des positions qui, en fait, après maximum 5-6-7 ou 10 ans d’hésitation, sont très agressives. Je crois que l’université américaine peut être facilement définie comme étant de gauche néo marxiste." (dans Points de vue )

"La violence et la répression ne sont pas secondaires dans l’instauration du communisme. Elles sont obligatoires. Ce que l’on peut dire, c’est qu’elles ne représentent pas un but en soi, mais un moyen au service d’un projet de grande envergure : le changement du monde. Un projet d’une telle ampleur ne pouvait être réalisé sans violence, mais pas seulement par la violence. Il avait besoin de la participation des gens qu’il fallait convaincre. Il serait réducteur de voir le communisme uniquement comme une dictature. Le communisme est un régime totalitaire, ce qui implique la dictature, mais il est davantage que cela. En tant que régime totalitaire, il s’apparente au nazisme et au fascisme, mais il est encore plus totalitaire."(dans Totalitarismes)

"En invoquant le caractère prétendument modernisateur du communisme ou de ses idées prétendument généreuses, ou d’un supposé bilan positif de ses réalisations sociales, un grand nombre de progressistes, peut-être animés de bonnes intentions, préfèrent oublier que les régimes communistes ont tué cent millions de gens, en l’espace de deux générations : cela reviendrait à 450 personnes par jour, à savoir 190 morts par heure, à savoir 3 personnes réduites à l’état de cadavre chaque minute –et pas qu’une fois, mais minute par minute, heure par heure, jour par jour, pendant 60 ans sans interruption. Pouvez-vous imaginer une aussi monstrueuse montagne de cadavres ? Certains progressistes, il faut le reconnaître, ne peuvent nier l’existence de cette montagne de cadavres. Néanmoins, s’ils souffrent du même aveuglement moral, ils ont tendance à soutenir que, quand même -et ce « quand même »  me glace – les victimes du communisme sont ces victimes collatérales d’une modernisation nécessaire qui autrement, vu le niveau arriéré des sociétés pré-communistes, n’aurait pas pu être accomplie. C’est-à-dire, cent millions de victimes afin que le PIB augmente de quelques chiffres: des victimes collatérales et non intentionnelles mais nécessaires à ce progrès. Il faut rejeter cette vision comme étant moralement inacceptable." (dans Les oraisons funèbres)

On ne pourrait parler de communisme sans rappeler son instrument principal: la sinistre police politique. En Roumanie, la Securitate, remplacée aujourd'hui par les Services (restructurés, réorganisés..). Qu’on ne se trompe pas, quand même, la Securitate n’a pas disparu, n’a pas été non plus complètement remplacée par des Services neutres. Elle s'est transformée un peu, s'est adaptée, et elle est d’autant plus puissante que la classe politique est pitoyable. Elle est protéiforme, toujours en train de consolider sa position en arrière-plan, telle une hydre qui ne cesse de se régénérer depuis ’89, la fin officielle du communisme. Comment réussit-elle ? Essentiellement par la persuasion « patriotique » et l’exacerbation identitaire, l’intéressement et le chantage. Bien sûr, l’infiltration. Après ’89, ils ont poussé le cynisme à récupérer, dans leur style spécifique, le symbole de la monarchie. Ces jours-ci, quand le Roi Michel de Roumanie se meurt (s’il n’est pas déjà mort..), ce jeu apparaît au grand jour.. En déchiffrant les derniers événements, et avec le recul, je peux mieux comprendre, et en plus, prendre la mesure de toute ma bonne foi naïve.. (Thérapie nationale). Ils sont forts. Il n’y a que la Russie avec son FSB/KGB qui peut faire mieux (mais la Russie n’est pas dans l’UE..), car la Corée du Nord n’affiche pas encore un visage humain trompeur. 

23/10/2017

Corruption kills

DSC_3910.JPG

(Mes photos - Fleurs d'artichaut)

Il y a une semaine, la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a été tuée par une bombe placée sous sa voiture. Les derniers mots qu’elle a écrits sont : There are crooks everywhere you look now. The situation is desperate. Voici son site et le post Facebook de son fils, publié dans le journal IndependentElle dénonçait la corruption d'Etat. Mais si vous cherchez et recoupez les infos (Malte, Panama Papers, Banque, Azerbaïdjan..), vous sortez vite des frontières d’un Etat, car c’est de la corruption généralisée transfrontalière qu’il s’agit. Les hauts responsables européens ont exprimé leur stupéfaction, etc. Le gouvernement de Malte (celui même sur lequel porte les investigations de la journaliste) a promis un million d’euros à qui pourra faire des révélations susceptibles d’arrêter l’assassin/le commanditaire (la bombe a été actionnée à distance). Mieux encore, il a fait appel au FBI dans cette enquête. On dirait un thriller politique, film ou livre, sauf que c’est la réalité dans laquelle nous baignons.

L’assassinat de la journaliste m’a beaucoup affectée. Elle avait choisi de dénoncer les rouages de la corruption, avait pris ce risque (dans un pays de l’UE..), et a finalement payé de sa vie. Elle avait quatre fils. « La corruption tue », « Corruption kills » dit le slogan de ces organisations démocratiques et honorables que nous connaissons tous, et il faudra lire ainsi l'avertissement: la corruption tue ceux qui la dérangent. « Tu n’as pas de voiture », m’a dit Claudiu, quand nous avons parlé au téléphone. Les pratiques d’intimidation contre les voix qui dénoncent, ou qui montrent où il faut regarder, couvrent une gamme assez large, de la plus soft (insultes, blocage de site ou de compte Facebook, Twitter..), à la plus radicale. Ce petit pays européen, dont le gouvernement était directement visé, n’a vraisemblablement pas hésité. Les hommes de main, c’est la chose la plus facile à trouver. Ceux qui dénoncent ne sont pas ceux qui décident, et ceux qui sont censés décider siègent normalement à des niveaux où les aspects dénoncés sont plutôt interprétables…Il me vient à l'esprit en ce moment une institution de l’UE, l'OLAF -l’Office européen de la lutte contre la fraude- qui n’a jamais trouvé la moindre irrégularité dans un pays gangrené comme la Roumanie. En tout cas, je n’ai jamais eu connaissance de quelque enquête commencée et aboutie, à part les conseils habituels en langue de bois dans les rapports annuels du Mécanisme de contrôle et de vérification mis en place déjà depuis quelques années.. Et là-haut tout le monde est au courant. Mais qui voyez-vous (nommément) agir en conscience pure et dure ? Moi, je ne vois personne.

Comment expliquer qu’un pays européen, auquel on alloue des centaines de milliards d’euros, en fonds et programmes, n’ait aucune autoroute, n’ait rien renouvelé de son infrastructure qui tombe en ruine, n’ait pas un système de santé décent et fonctionnel, n’ait pas un système d’éducation et de formation professionnelle digne du XXIe siècle? Comment sont siphonnés les fonds, où vont les milliards ? En général, dans les paradis fiscaux, au travers de montages sophistiqués et légaux. Certains de ces paradis sont si respectables, qu’ils propulsent leurs propres responsables à la tête des instances démocratiques. En même temps, il faudrait remarquer en parallèle la manoeuvre qui consiste à multiplier les supports d’information propageant, dans un langage abusivement optimiste, des « réalités » fabriquées de toutes pièces. On apprend ainsi que la Roumanie a la plus grande croissance européenne (on ne dit pas de quoi est faite cette « croissance »), qu’elle est très attractive pour les investisseurs, qu’elle bénéficie d’une formation d’excellence.., mais, que, c’est vrai, « malgré de récents progrès, la corruption demeure une source constante d’ennuis » (ah, l’euphémisme à la française!), bref, ce n’est pas mal du tout.. Les bras m’en tombent. Je cherche juste par curiosité : un journal français en ligne citant "The Guardian", où il a pu dénicher ces pépites, avec un commentaire élogieux sur la Roumanie posté par un cabinet français de conseil en stratégies Roumanie, Bulgarie, Moldavie et Serbie depuis 1992 (l’année et la durée font tilt chez moi, je n'y peux rien..). Je sais comment lire, en plus, il me semble connaître tout aussi bien la France que la Roumanie. Les bons réseaux fidèles ne meurent jamais. Ainsi tourne notre monde.  

Sur ce blog, d'autres notes au sujet de la corruption - autochtone ou européenne: Corruption CE (2007); Croissance (2014); Enjeux (2014)

Sur le site de CEFRO, une note ingénue, au sujet d'un projet ingénu: Bridge building (2014)

01/09/2017

Le travail vs l'emploi

travail,emploi,recrutement,film

(Mes photos -Coup de coeur, dans un Centre commercial à Stockholm

Serait-il possible, dans le monde actuel, de s’épanouir au travail ? Rappelons qu’étymologiquement, « travail » signifie instrument de torture, « tripalium » en latin, et que « s’épanouir » avait au XII e siècle le sens de s’ouvrir (une fleur), et au XVII e le sens de « se détendre en rendant heureux ». S’épanouir au travail semble bien un paradoxe ou une contradiction. Nous ne sommes pas égaux au travail, mais nous sommes tous des êtres de désirs, de projets, et nous avons tous inscrit au plus profond de nous « le besoin d’actualisation de soi » comme l’appelle Maslow. Ou bien, si nous préférons Spinoza, nous avons l’effort pour persévérer dans l’existence, dont le bien est la joie, et non la tristesse, qui est toujours mauvaise…La joie active, seule en mesure d’exprimer la meilleure part de l’essence du désir (c’est-à-dire de l’individu), et non la joie passive, produite par la passion ou l’imagination...On pourrait envisager le problème de notre rapport au travail sous cinq aspects, des composantes qui devraient être équilibrées entre elles pour optimiser l’épanouissement de l’individu: l’individu face à lui-même (connaissance de soi, son projet, son capital –agir, motivation, compétences), l’individu et son poste de travail (s’il est en phase avec le poste), l’individu et ses conditions de travail (comment l’organisation du travail de son employeur influe sur son bien-être), l’individu et son collectif de travail (environnement social professionnel, valeurs partagées), l’individu par rapport à la société (le travail est une composante parmi d’autres qui contribuent à construire sa vie en société). Rappelons aussi la définition de la santé donnée par l’OMS: la santé n’est pas seulement l’absence de maladie ou d’infirmité, mais aussi « un état complet de bien-être physique, psychologique et social ».

 Après ces quelques considérations (que je développe dans mon Cours sur les compétences émotionnelles), j’aimerais partager un film d’environ 90 minutes, « La gueule de l’emploi », réalisé en 2011, sur le travail. Plus exactement, sur l’emploi qui peut nous recruter, nous modeler, nous écraser, nous diviser, nous soumettre, nous humilier, nous infantiliser, nous jeter.. Vous direz que cela dépend. Du recruteur (dans le film, il s’agit d’un cabinet de recrutement), de l’employeur (la stratégie de la compagnie, son type de management, ici une grande compagnie d'assurances), de la culture d’entreprise, qui elle, dépend de la culture nationale aussi, il ne faut pas l'oublier..Une culture de la compétition n'est pas la même qu'une culture de la corruption, par exemple.. Vous aurez un bon moment de réflexion, très opportun, d’ailleurs. Et si vous trouvez cet exemple de recrutement glaçant, cynique ou paralysant (malgré la rationalisation qui adoucit chaque exposition de soi, ou chaque confrontation), vous pouvez vous offrir deux minutes d’émerveillement spinoziste (Deus sive natura…), en regardant la meilleure vidéo de la récente éclipse du siècle aux Etats-Unis