Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2022

My first 10-year US Visa

archives blog,guerre ukraine,visa usa(Mes photos- Voyage aux States, novembre-décembre 2021. Greenville, Dr.Charles Hard Townes)

L’avantage d'un blog lancé parmi les premiers (en 2004) et que vous alimentez régulièrement, c’est que vous pouvez bénéficier de la mémoire des Archives qui stockent les événements et vos expériences –professionnelles, émotionnelles. C'est dans sa version pour ordinateur que mon blog elargissement-ro.hautetfort.com (plus de six cents notes) permet de retracer un projet et une histoire grâce aux documents, aux témoignages, aux liens, qui sont classés par catégories, dans des colonnes faciles d'accès. Je n'ai d'ailleurs pas opté pour sa remise à jour dans une nouvelle formule, proposée par la plateforme d'hébergement. L'application pour mobile ne permet pas de voir les catégories, les documents, etc. La description qui figure en haut du blog en résume le contenu : « Quelle place dans le nouvel espace euro-atlantique ? Invest in Lifelong Training ! CEFRO (France) needs investment ». En 2022, la deuxième partie de la description n’est plus vraiment d’actualité (CEFRO a limité son activité et ne recherche plus de fonds), mais pour la formulation de la première partie, j’ai été assez visionnaire. Bien sûr, je n’avais pas imaginé que les Russes déclencheraient une guerre en Europe, mais je pensais à l’orientation de la Roumanie. Aujourd'hui, la question de l’espace euro-atlantique semble primordiale. Après trois mois de guerre en Ukraine, on commence à percevoir le clivage : comme écrit mon compatriote Andrei Caramitru, la France et l’Allemagne, le moteur de l’UE, jouent dans le camp de la Russie. L’Europe s’est fracturée définitivement : d’un côté les anciennes puissances impériales européennes – la Russie, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche-Hongrie -, de l’autre les Etats-Unis, la Grande Bretagne, la Pologne, l’Ukraine, les Pays Baltes (soutenus par les autres pays de l’Est et par la Suède et la Finlande).

J’ai retrouvé dans les Archives de 2007, l’année de l’entrée de la Roumanie dans l’UE, une note sur mon premier Visa américain de dix ans. J’en suis maintenant au deuxième, et je compte le  renouveler, malgré ma phobie de l'avion, car mon fils a raison : « On ne sait jamais ». En la relisant, j’ai tout revu, revécu. Comme je disais, c’est le pouvoir des souvenirs stockés sur un support écrit. Voici la note.

« Mon rendez-vous enregistré il y a plus d'un mois, j'arrive de Nice par le train bleu de nuit dans un Paris sous la pluie - mais quelle pluie! Heureusement, je suis équipée pour la circonstance, après avoir vérifié la météo sur le net. Je ne m'éloigne pas trop du quartier: quelques pas sur les Champs-Elysées qui conservent les gradins et les drapeaux du 14 Juillet, un moment de répit dans l'Eglise de la Madeleine, un autre dans une librairie anglaise, en face des Tuileries, un tour dans la rue Saint-Honoré, où je me réchauffe chez Le Castiglione, avec un chocolat chaud et une tarte aux fraises (ça coûte une petite fortune, à mes yeux, mais je dois le mériter, après la tension que je viens d'éprouver en attendant mon numéro pour passer deux fois et exposer le but de mon séjour et répondre aux questions...). Vers 16 heures, le soleil commence à chasser les nuages, je ne sais pas d'où sort tout ce monde qui remplit les allées des Tuileries jusque-là désertes, je demande à un Japonais de me prendre en photo, et je m'installe au bord du lac, mes petites bottes ayant droit, elles aussi, à une prise de vue.

Le train bleu du retour est à 21 h, Gare d'Austerlitz, donc je profite du Jardin des plantes, après avoir grignoté un morceau chez McDonald's (je ne mange jamais chez McDonald's, mais là, mon inconscient a voulu exprimer sa sympathie, sans doute...). Tout va bien côté train, je veux dire chez la SNCF - conditions confortables en soi, oreiller, sac de couchage, bouteille d'eau, le distributeur café en fonction-, c'est moi qui ai dû oublier mes vertiges, et occulté complètement la possibilité d'un vol aller-retour Nice-Paris. Trop cher, j'ai dû me dire, sans même vérifier, comme si j'avais tenu absolument à refaire l'expérience de mon premier voyage en train, à travers l'Europe, deux jours et deux nuits, en '90, pour arriver à Nice...Ou peut-être pour boucler une boucle, mais autrement, car tout impressionnant que soit un rendez-vous au Consulat US (contrôles, exactitude, coordination des agents), les centaines de personnes demandant un visa me rappellent les étrangers qui se massaient dans le hall de la Préfecture des Alpes-Maritimes...Mon trauma de Roumaine expatriée n'est plus à vif, mais pas mort, non plus.(…) »

06/05/2022

L'absurde spectaculaire

guerre ukraine,entretien kasparov,extraits orwellArrivé en Roumanie lors du championnat d’échecs Superbet Chess Classic Romania 2022, 3-15 mai, Garry Kasparov a accordé un entretien à une chaîne de télévision. Il affirme qu’il n’existe aucune différence entre Poutine, Hitler, Staline et Ceausescu. Les dictateurs sont les mêmes, et la guerre en Ukraine le montre bien. Les dictateurs ne se posent jamais la question Pourquoi ?, mais Pourquoi pas ? « Nous voyons que Poutine peut s’emparer d’un territoire, peut tuer des gens en Syrie, comme il l’a fait à Alep, par des bombardements massifs. Il a commis tant de crimes sans avoir à subir des conséquences. Il veut absolument faire le prochain pas : l’Ukraine. S’il n’y a avait pas eu la résistance héroïque de l’Ukraine et du gouvernement de Volodymyr  Zelensky, nous aurions assisté à une nouvelle capitulation du monde et à des négociations pour sauver certaines régions d’Ukraine ». D'après Kasparov, ce sont les leaders européens qui ont permis l’apparition du régime Poutine, le président russe étant leur création et celle de la politique indulgente et complaisante qu’ils ont menée à l’égard du Kremlin. Beaucoup d’hommes politiques européens vont reconnaître bientôt leur erreur d’avoir créé le personnage de Poutine, tel qu’il se révèle maintenant, mais ceux qui sont choqués par les crimes de guerre commis en Ukraine devraient se souvenir d’Alep, des armes chimiques utilisées en Syrie, de Grozny dans les années 2000, des assassinats contre des opposants politiques. Nous savons ce qu’est le KGB, je me trouve en Roumanie, et non en France ou en Grande Bretagne, mais nous constatons aujourd'hui que la menace est reconnue. Et je pense que nous vivons un moment qui changera l’histoire du XXIe siècle. Mais l’Ukraine est en train de payer un prix énorme. Zelensky montre qu’il est un vrai leader de guerre. Nous avons tant d’hommes politiques qui sont devenus des clowns et voilà un comédien qui est devenu un héros. C’est une leçon d’histoire.

Nous avons, une fois de plus, l'occasion de constater que le prophétique "1984" n'a pas cessé de nous parler. Je vais passer sur l'ironie politique qui fait que, au pays des droits de l'homme, en 2022, un trotskiste arrogant fédère une gauche en morceaux et rejoint ainsi l'extrême droite par les mêmes caractéristiques: populisme, antilibéralisme, euroscepticisme. Et ça, par les temps qui courent..

Je vais juste rappeler quelques extraits du livre qui pourraient tout aussi bien s'appliquer à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, guerre réelle, mais non assumée en tant que telle. "Peu importe que la guerre soit réellement déclarée et, puisque aucune victoire décisive n’est possible, peu importe qu’elle soit victorieuse ou non. Tout ce qui est nécessaire, c’est que l’état de guerre existe. (...) Les deux buts du Parti sont de conquérir toute la surface de la terre et d’éteindre une fois pour toutes la possibilité d’une pensée indépendante." Nous assistons sidérés, sans mots, aux préparatifs spectaculaires de la Russie pour célébrer la "grande guerre patriotique", le 9 mai (qui accessoirement est la fête de l'Europe..) à Marioupol, ville détruite à 90% par les bombardements russes. Sur les décombres et sur le terrain d'où les cadavres ont été enlevés, flotte le drapeau russe. L'absurde est saisissant. 

Théorie et pratique du collectivisme oligarchique, par Emmanuel Goldstein

Chapitre I L’Ignorance c’est la Force

 […]Tout citoyen, ou au moins tout citoyen assez important pour valoir la peine d’être surveillé, put être tenu vingt-quatre heures par jour sous les yeux de la police, dans le bruit de la propagande officielle, tandis que tous les autres moyens de communication étaient coupés. La possibilité d’imposer, non seulement une complète obéissance à la volonté de l’Etat, mais une complète uniformité d’opinion sur tous les sujets, existait pour la première fois. 

Chapitre III La Guerre c’est la Paix

 La division du monde en trois grands Etats principaux est un événement qui pouvait être et, en vérité, était prévu avant le milieu du vingtième siècle. Avant l’absorption de l’Europe par la Russie et de l’Empire britannique par les Etats-Unis, deux des trois puissances actuelles, l'Eurasia et l'Océania, étaient déjà définitivement constituées. La troisième, l'Estasia, n’émergea qu’unité distincte qu’après une autre décennie de luttes confuses. Les frontières entre les trois super-Etats sont, en quelques endroits, arbitraires. […] Groupés d’une façon ou d’une autre, ces trois super-Etats sont en guerre d’une façon permanente depuis vingt-cinq ans. […](…)L’hystérie guerrière est continue et universelle dans tous les pays, et le viol, le pillage, le meurtre d’enfants, la mise en esclavage des populations, les représailles contre les prisonniers qui vont même jusqu'à les faire bouillir ou à les enterrer vivants, sont considérés comme normaux. Commis par des partisans et non par l’ennemi, ce sont des actes méritoires.[…] L’acte essentiel de la guerre est la destruction, pas nécessairement de vies humaines, mais des produits du travail humain.[…] Peu importe que la guerre soit réellement déclarée et, puisque aucune victoire décisive n’est possible, peu importe qu’elle soit victorieuse ou non. Tout ce qui est nécessaire, c’est que l’état de guerre existe.[…] Les deux buts du Parti sont de conquérir toute la surface de la terre et d’éteindre une fois pour toutes la possibilité d’une pensée indépendante. » (George Orwell, 1984, Editions Gallimard, 1950)