Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2017

Le bonheur dans son contexte

attentat Manchester, OCDE, étude, bonheur, monde occidental(Mes photos- La Promenade des Anglais, Nice)

Hier, dans la soirée, la barbarie s’est à nouveau manifestée, cette fois-ci à Manchester, lors d’un concert où étaient présents des enfants et des adolescents -un individu s’est fait exploser, il y a eu des morts et des blessés. La constante la plus importante peut-être, parmi les gestes et les réactions dont nous avons maintenant l’habitude (discours de condamnation, drapeaux en berne, hommages), est l’idée que le monde occidental doit défendre et préserver son mode de vie, sans céder à la peur. Le monde occidental poursuit son idéal de bonheur dans le monde réel, et cet idéal comporte quelques paramètres qui représentent le prix de plusieurs siècles d’efforts civilisateurs.

L’OCDE produit régulièrement des rapports sur l’indice mondial du bonheur, sur la mondialisation, réunis sous la catégorie « Better policies for better lives ». En 2015, j’écrivais une note sur le bonheur selon l’OCDE, en voici un extrait, surtout pour le lien envoyant à l’étude menée à Max Planck UCL:

"Oui, comme un nouvel Evangile, mais infiniment préférable..Le bonheur, le bien-être, le vivre mieux font l'objet, ces dernières années, d'études et de statistiques. L'indice mondial du bonheur, ou le bonheur national brut donnent la mesure du développement des pays, et si nous voulons nous faire une idée, nous n'avons qu'à consulter le site de l'OCDE. Un livre paru l'année dernière, "Heureux comme un Danois", dont l'auteur est une expatriée danoise en France, nous présente les paramètres de ce bonheur: la confiance, l'éducation, l'autonomie, l'égalité des chances, le réalisme, la solidarité, l'équilibre famille/travail, la relation avec l'argent, la modestie, l'égalité hommes-femmes. Dans cette infographie animée nous pouvons voir le rang qu'occupent les pays riches (34) selon l'indicateur du bien-être: l'Australie 1/34, le Canada 2/34, la Suède 3/34, la Norvège 5/35, le Danemark 6/34, les Etats-Unis 7/34..., mais aussi la République Tchèque 23/34, la Pologne 25/34, la Hongrie 29/34. Bien évidemment, la Roumanie et la Bulgarie n'entrent dans aucune statistique sur ce sujet. 

Une récente étude menée à Max Planck University College London Centre for Computational Psychiatry and Ageing Research vient de mettre en équation mathématique la prédiction du bonheur. Les chercheurs sur le bien-être sont d'accord sur les différentes variables liées au bonheur, mais ils n'arrivent toujours pas à comprendre comment les événements quotidiens se combinent pour influencer notre état d'esprit à chaque instant. Affirmer que le bonheur c'est lorsque des bonnes choses nous arrivent, ce n'est pas tout à fait exact. D'où cette étude sur le lien entre les récompenses et le bonheur, et une conclusion: le bonheur ne dépend pas de la façon dont les choses se présentent, mais si elles sont meilleures ou pires que nous avons prévu. Donc, notre horizon d'attente, en quelque sorte…Voici l'équation, très chic.

Il existe de nombreux pays dans le monde où le problème du bonheur et du bien-être ne préoccupe pas spécialement les dirigeants ou la population, je veux dire en termes de stratégie nationale cohérente, d'objectifs politiques visant le développement sous ses formes fondamentales: éducation, santé, anticorruption. Il y a des sociétés où les religions et les traditions suffisent, et tiennent lieu de toute autre chose. Nous savons bien que nous rencontrons sur la même planète des modes de vie et de pensée figés dans des modèles très éloignés. Comme nous pouvons également rencontrer des sociétés hybrides, où ces modèles coexistent avec les constructions les plus mégalos. Pour ma part, si, par l'absurde, on m'offrait un voyage à Dubaï, par exemple, je refuserais, puisque je n'éprouve pas le moindre désir de voir en réalité des constructions et du luxe à vous couper le souffle, je serais terriblement angoissée par le contraste et la disharmonie de profondeur.."

 

 

  

03/04/2017

Les ennemis..

DSC_2795.JPG

(Mes photos: Nice)

Un post sur Facebook rappelle que ce 3 avril est une date anniversaire que les Roumains ne devraient jamais oublier (« Aide-mémoire 3 avril 1950») et envoie à un article publié sur le site historia.ro (« L’utilisation de la législation comme instrument de répression dans la Roumanie communiste »).

Le 3 avril 1950 fut émis l’Ordre n°100 relatif à la lutte « contre l’ennemi de classe », Ordre qui définissait « les catégories de citoyens » susceptibles de faire l’objet de poursuites de la part de la Securitate afin d’être envoyés dans des unités de travail :

1) Tous ceux qui lancent ou répandent des rumeurs tendancieuses et ennemies, qui écoutent et partagent la propagande immorale des postes de radios impérialistes.

2) Tous ceux qui profèrent des injures à l’encontre du Parti des Travailleurs Roumains, de ses dirigeants, de son Gouvernement, de l’Union Soviétique et de ses dirigeants, et des pays démocratiques et populaires.

3) Tous les citoyens roumains qui entretiennent des relations d’amitié avec les légations impérialistes, qui ont fréquenté ou fréquentent les bibliothèques, les concerts, et en général, les manifestations de propagande des légations impérialistes, ainsi que tous ceux qui ont des relations avec les familles des fonctionnaires des ambassades impérialistes.

La Décision du Conseil des Ministres n°1554 de 1952 stipulait : « Art.1. Compte tenu de la résistance toujours plus active des éléments ennemis, et du fait que ceux-ci continuent à saboter de manière systématique les mesures du Gouvernement et du Parti prises en vue du renforcement de la dictature du prolétariat et de l’édification réussie du socialisme ; afin de faciliter la surveillance de l’activité de ces ennemis étrangers à la classe ouvrière, et afin de les attirer vers un travail d’utilité sociale tout en les éloignant des centres vitaux de la société, il a été décidé qu’une mesure exceptionnelle et provisoire sera prise consistant en l’internement administratif pour travail obligatoire. Elle concerne: 1) les colonies de travail ; 2) le domicile obligatoire ; 3) les bataillons de travail. »

Je n’étais pas née à l’époque de ces deux actes du gouvernement communiste, mais j’ai eu tout le temps pour connaître la suite, les effets qui ont perduré et qui ont détruit des vies. A la fin des années ’80, on fabriquait encore des listes de personnes suspectées d’entretenir, sous une forme ou sous une autre, des « relations » avec l’Occident. Dans le lycée où j'enseignais, la secrétaire du parti communiste m’avait chuchoté que mon nom figurait aussi: je fréquentais la Bibliothèque française de Bucarest..Parmi les plus de cinq cents notes que contient ce blog, j’ai dû en écrire plusieurs sur le sujet, puisque mon propre chemin a été marqué par les paroles d’un ancien agent de la Securitate, converti en conseil juridique au Rectorat, après ‘90: « Vous êtes un ennemi du peuple » (il n’avait pas utilisé le féminin..). C’était en 1995, et je revenais de Nice, titulaire d’un Doctorat français de littérature, erreur impardonnable.. 

 
 

13/02/2017

Protestations historiques

Carmen Lopez 17 hrs 

Plus de 70.000 personnes en ce moment, et il fait très froid. Ils ont réalisé un drapeau aussi, la créativité et la communication sont impressionnantes.
 
Image may contain: one or more people, crowd, outdoor and text
 
La presse internationale en parle, et des images sont diffusées par tous les médias. Il y a, dans ce mouvement de contestation inespéré en Roumanie depuis 1989, une dimension internationale très actuelle: sanctionner la corruption de la classe politique, réclamer un vrai Etat de droit et des valeurs. Parmi les très nombreuses réactions rencontrées ces derniers jours dans la presse et sur les réseaux sociaux, j'en ai retenu et résumé deux. 
 
(ILD) L’estimation quantitative est évidente, regardons un peu la qualité. C’est la plus grande protestation de l’histoire de la Roumanie. (…) Supposons que, du jour au lendemain, tous les protestataires et leurs soutiens disparaissent. Imaginons une Roumanie sans eux. Une Roumanie dont la population soit réduite à ceux qui soutiennent l’actuel gouvernement [PSD, l’ancien PCR]. Cela se traduirait ainsi : un déficit de capital humain et social, d’expertise technique, de capacité de gestion, de niveau d’éducation, de capital relationnel, de productivité, de capacité de travail ; un déficit de civilisation et de contribution à la transmission informelle des normes de coexistence civilisée ; un déficit dans la culture citoyenne, dans les standards de la vie publique et politique, et dans les équilibres entre le système de pouvoir et la société. Sans ces protestataires, la Roumanie, qui se situe déjà à la dernière place dans l’UE, tomberait au-dessous des anciennes républiques soviétiques, au niveau africain probablement. Nous pouvons aussi imaginer l’inverse : de quoi aurait l’air un pays habité par le type humain et les groupes sociaux présents aux protestations. Simplement, il serait au niveau d’un pays de l’OCDE, vraisemblablement en top de liste quant aux indicateurs économiques, sociaux et de gouvernance..
 
(ILD) L’Académie roumaine vient de ressortir un vieux chantage classique, à savoir le discours nationaliste et patriotard. L’idée est simplissime : lorsque les corrompus, les irresponsables et les incompétents qui dirigent le pays le mènent vers le désastre économique, social, politique, culturel, en générant finalement une situation de conflit social, alors, à ce moment-là, brusquement, quelque chose apparaît. C’est "la menace extérieure", "la perte de l’unité nationale", "le démembrement territorial".. Le chantage se résume ainsi : vous vous sentez peut-être mal gouvernés, humiliés, volés, insultés, mais, attention, nous sommes tous des Roumains, nous devons garder notre intégrité nationale. Laissez donc la classe dirigeante diriger, car elle défend l’Unité du pays. Et si vous ne comprenez pas, c’est que vous n’êtes pas de vrais Roumains…Ce n’est pas du patriotisme, Messieurs les académiciens, c’est un acte de trahison..

01/02/2017

Corruption dépénalisée

protestations,roumanie,dépénalisation corruption(Mes photos- Sighisoara, Vlad Tepes)

Ce qui se passe ces jours-ci en Roumanie n’est pas rien. A la faveur de la nuit précédente, le nouveau gouvernement du parti néo communiste au pouvoir a pratiquement dépénalisé la corruption, d’un coup d’ordonnance d’urgence, en renvoyant ainsi le pays au début des années ’90. Certes, l’indépendance de la Justice en Roumanie n’est pas pour demain, ni pour après-demain, probablement..

Néanmoins, il va de soi qu’un pays membre de l’UE et de l’OTAN ne pourrait partager le même indice de corruption que la Russie -131, le Vénézuela -166, ou la Corée du Nord -174 (le rapport 2016 de Transparency International). Et même si l’on sait que toute enquête comporte certains biais (il s’agit d’un indice de la perception de la corruption), pour que la Roumanie se hisse au 57e rang sur 176 pays, il faut accepter que des changements aient été enregistrés.

Eh bien, maintenant on revient à la case départ. Les anciens Services (l’ancienne Securitate de l’appareil d’Etat communiste) ont encore les dents longues, et ils sont en train de gagner cette manche contre les nouveaux Services (la nouvelle Securitate): 1-0, donc, avec le soutien, tacite ou formulé, d’une partie de la population (et qui, bien entendu, n'est pas la même que celle qui est descendue dans la rue pour protester...)