Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2008

Halloween et les pétitions européennes

Je reçois par la poste une réponse du PE (Courrier du Citoyen). C'est bien celle à laquelle je m'attendais: administrative standard. Seulement, en arrivant à la signature, le déclic: la même personne qui m'avait répondu en 2001, et toujours Chef de division.. Donc, pendant que le PE a connu deux ou trois présidents depuis, les fonctionnaires sont restés vissés à leurs fauteuils (tout comme certains commissaires, qui datent de la même époque, par exemple le commissaire à l'industrie). Je bouillonnais et j'ai appelé au numéro en bas de la lettre: "Monsieur X est absent, appelez lundi prochain." J'explique que j'aimerais savoir si Monsieur X est bien à ce poste depuis au moins sept ans, car apparemment ce sont des postes à vie (enfin, je l'ai exprimé autrement, par une image...). "Malheureusement, oui", répond l'autre amusé, et ce fut, après tout, ma seule satisfaction. Demain c'est Halloween, et selon la tradition, les enfants se déguisent et vont sonner aux portes, en demandant des bonbons ou de l'argent, et les adultes vont voir des films d'horreur. Je profite de la coïncidence pour revoir mon propre film d'horreur des huit dernières années, en cherchant et en trouvant facilement dans mes dossiers des réponses quasiment identiques. Il en est du traitement du courrier du citoyen comme de la finance actuelle, c'est-à-dire du vague. Sur Euronews le clip faisant la pub (pardon, informant) de l'existence de la Commission des pétitions ("le PE à l'écoute des Européens") n'est pas mal du tout, comme langue de bois, mais je ne veux surtout pas décourager les 143 pétionnaires roumains, les 250 Espagnoles, les 212 Allemands, les 126 Italiens... "Imparfait ou mal appliqué, le droit européen c'est aussi votre affaire. Alors, comment le simple citoyen peut-il concrètement peser dans la balance? Rien de plus simple, il suffit d'exercer son droit de pétition auprès du Parlement européen..." C'est beau, n'est-ce pas? 
 

14/10/2008

Les Fonds (IV)

 
"La Mafia des fonds européens vole l'argent des agriculteurs" (FLAGRANT - Mafia fondurilor europene fură banii ţăranilor)
 
"La Roumanie est le seul pays qui, pendant la première année suivant son entrée dans l'UE (2007), n'a toujours pas eu accès à un seul euro des fonds européens. En revanche, elle a versé au budget de l'Union sa côte de 1,1 milliards euros. La réalité, c'est que l'accès aux fonds européens est filtré par une Mafia composée justement de fonctionnaires habilités à aider les investisseurs dans le montage des projets et dans l'obtention des subventions. Ces mafieux exigent un pourcentage de 5% des fonds débloqués. Ils proposent "du conseil" dans la rédaction et la validation du dossier. Voici plus loin le cas d'un haut fonctionnaire de l'Agence des Paiements et des Interventions pour les Agriculteurs (APIA), institution qui joue un rôle déterminant dans l'approche des fonds européens. (...) APIA est une institution mammouth qui comprend une armée de fonctionnaires grassement payés (des salaires en milliers d'euros) et qui n'ont toujours pas réussi à faire les démarches nécessaires pour recevoir les fonds UE (...)."   
 Le problème, c'est si/comment UE entend y réagir, elle-même étant composée de fonctionnaires fort bien payés, habitués à la lenteur des procédures.. Après, il y a les divers lobbies, les networks qui se tissent entre fonctionnaires, diplomates, représentants, etc, à un niveau autre que celui du petit investisseur ou entrepreneur qui lui, souhaiterait faire quelque chose de concret, avec des euros concrets..
 Les gestes du gouvernement roumain pour exporter une image du pays afin d'attirer les investisseurs ne se distinguent pas par le professionnalisme, malgré le joli graphisme des supports (CD, DVD, brochures, etc). Récemment, j'ai eu l'occasion d'assister à une telle rencontre sur la Côte d'Azur: pas de stratégie claire, pas de projets à long ou moyen terme, pas de plan de communication...Au mieux, un style activiste, comme au bon vieux temps. Camarades, je vous recommande une formation en authentique éthique des affaires (comme authentic happiness, les travaux de l'Université de Pennsylvanie). Cela n'existe pas? Eh bien, inventons-là! CEFRO est prête à mettre en place des stages ( à propos, elle a très bien réussi les deux sessions du cours Grundtvig -a Longlife Learning Program- qu'elle a proposé; quelques photos dans le dernier album, en bas, à droite).  

18/09/2008

Les fonds (III)

Les effets de la crise financière se font partout sentir, les bourses chutent, les actionnaires s'inquiètent, les scénarios des fusions se forment et se déforment. Comme je n'ai pas d'autres biens à part ma propre vie, je suis les événements avec un certain détachement. Je lis que le PM roumain a affirmé que la crise économique aux States est bénéfique pour ces Roumains qui pourraient y acheter, suite à la baisse dans l'immobilier. Je dirais que c'est de l'humour noir, si je ne connaissais pas la Roumanie d'aujourd'hui..
Le PE n'accepte pas (!!) que les fonds de l'UE soient détournés dans les réseaux de corruption en Roumanie et en Bulgarie. Deux parlementaires roumains se sont sentis fort offusqués (?!) et ont adressé une lettre au Président du PE...
Que Monsieur Elmar Brok, qui craint de voir l'argent des contribuables européens disparaître dans ces réseaux de corruption soit rassuré que tout se fera dans les meilleures règles de l'ingénierie financière actuelle, que la Roumanie (comme la Bulgarie) ont déjà beaucoup d'expérience, et que la vigilante CE (...) ne trouvera finalement rien de suspect à des projets destinés à booster l'économie, au sens le plus large possible..
 Entre temps, on apprend qu'en Bulgarie l'industrie du sexe produit 1 milliard d'euros par an, la prostitution arrivant en 3e position parmi les activités illégales, après le trafic de drogues et le vol de cartes bancaires. Et c'est l'ancien chef de la police bulgare qui l'affirme, et qui dit aussi qu'il faudrait que les liens entre la police et le crime organisé soient rompus...
  ll n'y a que Renault qui va bien dans ce monde pourri: "C'est le plus important projet d'investissment en Roumanie", dit avec fierté le PM roumain, 2 milliards dans les deux prochaines années, 22.000 emplois créés, un Centre Technique à Titu, entre Pitesti et Bucarest (Renault Technologie Roumanie - RTR) où seront réalisés les tests et où 3000 ingénieurs travailleront au développement de nouveaux produits (projet de 450 millions d'euros). N'oublions pas Ford, qui va arriver (ce sera du côté de Craiova, région où sont concentrés, entre autres, les réseaux de la mafia rrom -c'est juste pour distinguer les catégories). La Roumanie s'active et dépêche ses délégués ici et là (sur la Côte d'Azur la semaine prochaine, action du Consulat honoraire de Nice et de la CCI), afin de présenter des informations sur le pays, sur les opportunités d'investissement et, soit dit en passant, sur les 30 milliards d'euros qui vont lui tomber sur la tête prochainement...So, let's make projects together! Ma vidéo de la semaine:
 

31/08/2008

Living in Europe today

La classification des 10 villes européennnes ayant la meilleure qualité de vie est reprise dans le journal roumain en ligne, lequel ne manque pas de remarquer qu'aucune ville française n'y figure...(voir liens vers l'article roumain et vers l'article original). D'accord...Toutefois, rien n'empêche que les nouveaux riches roumains -ceux qui ont trafiqué pendant des années, ainsi que les actuels "nababs" de l'administration centrale, comme on les appelle (Topul nababilor din ministere) s'achètent une résidence et s'installent à l'étranger, maintenant qu'ils ont le droit, légalement. Pas besoin de passer parmi les Fourches Caudines pour une carte de séjour. Et voilà que tout va pour le mieux pour eux: non seulement ils n'ont souffert de rien, mais ils se sont enrichis, et vont profiter d'une vie plus civilisée ailleurs...Et cela sans aucun effort de leur part -sauf celui de frauder, et avec le coup de pouce historique et politique de l'intégration dans l'UE...Si je les déteste? Mais bien évidemment, et pas qu'eux! Il n'y a pas de mots pour ma révolte, quand j'ai ramé pendant des années ici, où ils viennent se promener, choisir, acheter, sans avoir rien perdu, au contraire...Ils sont gagnants sur toute la ligne. Comme quoi, les progrès de l'Histoire, ça dépend de l'angle de vue. Voilà, par exemple, moi, qui vis à Nice, j'aimerais bien vivre aussi à Genève -c'est d'ailleurs frontalier- mais comment faire si je n'ai pas les millions d'un X, Y, Z (on les reconnait...)?
 
 http://www.forbes.com/realestate/2008/07/21/cities-europe-lifestyle-forbeslife-cx_vr_0721europe_slide_12.html?partner=email
P.S. Je reçois un 'delivery to the following recipients failed' pour le destinataire olaf-press@ec.europa.eu. C'est beaucoup plus simple comme cela, sûrement...
Ma vidéo de la semaine:
Elvis Presley - There Goes My Everything (Take 1) in stereo sound.
Images are from 1970 in Vegas