Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2008

La surveillance/The Bug

 
En Roumanie, pays européen démocratique, la surveillance des citoyens n'a jamais faibli, bien au contraire, en prenant appui sur les moyens technologiques actuels, elle s'est amplifiée. J'ai eu l'occasion de réagir plusieurs fois contre les abus d'une surveillance qui est, bien entendu parfaitement légitime uniquement lorsqu'il s'agit de la sécurité de l'Etat. Mon destin personnel et professionnel entre la Roumanie et la France, et celui de mon fils entre la Roumanie, la France et les US n'ont absolument rien de menaçant à l'adresse de l'Etat roumain (nous sommes toujours citoyens roumains).
Je viens d'adresser une fois de plus une lettre au gouvernement roumain, au Ministère de l'intérieur et de la Réforme administrative (oui, c'est bien son nom..) pour signaler le viol et/ou l'arrêt de la correspondence que j'adresse depuis la France en Roumanie (Galati) aux proches qui me restent, ou que mon fils leur adresse depuis les US. L'écoute des téléphones est déjà de règle (Statul român a autorizat S.I.E. sã asculte fãrã mandat telefoanele românilor - une décision interne du Conseil Suprême pour la Défense autorise la mise sur écoute de toute personne et à tout moment, sans besoin de mandat, ainsi que le contrôle de toutes les communications sur Internet, en utilisant l'équipement le plus sophistiqué).
Bien que j'aie reçu la confirmation que ma pétition a été adressée au Ministère de l'intérieur, aux Service des renseignements, à la Poste nationale, et qu'elle sera traitée, je suis sûre que ma réaction est, une fois de plus, un coup d'épée dans l'eau, et que son unique bénéfice est celui d'avoir fait circuler également en bcc la lettre écrite en roumain et en français, en guise de témoignage.
Quelqu'un avec qui j'en parlais récemment remarquait que c'est justement dans un pays comme la Roumanie qu'il faut surveiller le citoyen ordinaire, c'est lui qui est potentiellement dangereux, et prenait l'exemple de l'Italie, où il arrive que la Mafia ait des accointances dans l'Etat, mais où elle ne se confond pas tout à fait avec l'Etat...
 
De toute manière, rien ne pourrait m'empêcher de considérer la réalité d'un regard lucide et surtout honnête, et de l'exprimer comme je peux. Il n'est pas question que de la Roumanie, malheureusement. Quand vous lisez que l'UE enjoint la Roumanie de dépenser 8 millions d'euros par jour afin que les fonds soient absorbés, et que vous savez fort bien qui et comment utilise cet argent, vous ne pouvez pas ne pas réagir, même si vous êtes un grain de sable qui croit toujours que la machine pourrait être enrayée (UE ordonã României: cheltuiþi 8 milioane de euro pe zi! ). La machine, ce n'est pas que la Roumanie, je répète, mais également l'institution mammouth qui verse des millions démocratiquement, sans se soucier vraiment de ce qu'il en est (d'accord, on en voit pire - les aides qui tombent dans le désert, et les villas des présidents sur la Côte, et leurs comptes ailleurs, pendant que la démocratie se règle à la machette...etc, etc.).
En réfléchissant les yeux ouverts sur la marche de notre monde, j'affermis ma conviction que la justice et l'intégrité peuvent exister, mais seulement au niveau de l'individu dans la structure, et non pas au niveau des institutions. C'est-à-dire, à un moment donné, c'est un individu qui dit non ou oui à quelque chose, et c'est ce qui permet, d'ailleurs à la conscience de ne pas disparaître complètement du monde, et de faire avancer imperceptiblement mais constamment la pointe d'un triangle ou d'une pyramide imaginaire dont la base serait l'humanité, au sens large. J'ai de plus en plus le sentiment de vivre dans un monde où c'est la contre-façon de la démocratie qui a cours, en tout cas dans un monde fait de mots mais d'où le contenu s'est retiré..
Ma chanson de la semaine: Dire Straits/The Bug. Je viens de m'offrir le DVD "On the night"/1992, et j'écoute en boucle...The Bug! http://www.youtube.com/watch?v=_0wkxYUdT2c

03/08/2008

Activité Cefro/Mini album

Quelques images de la toute récente session de mon cours Grundtvig organisé à Nice: les trois participants de Roumanie, les deux aimables intervenants, la belle salle Verdi du Scribe, enfin moi aussi, le tableau papier et le café, le matin de bonne heure. Pour cette première activité de Cefro, il n'est pas question de gain financier, il est quasi nul. Il est question simplement du gain psychologique, moral, lequel, on peut deviner facilement, est très important pour moi, après tout ce temps...Pour cinq jours, j'ai été moi-même, je me suis retrouvée, sans pouvoir pour autant m'empêcher de penser à ceux qui m'ont volé ces treize dernières années après mon Doctorat français..

04/07/2008

4th of July

A ce pays lointain et proche, où mon fils gagne son pain, où il espère, où il rêve, où il fait découvrir à sa petite fille les premiers mots en anglais et en roumain: Happy Independence Day!

PS. J'ai reçu ce link qui m'a envoyée aux quatre dernières années: des photos pêle-mêle, prises aux US, en Roumanie, en France, dans des allers et des retours souvent décidés par son destin (ou le mien), des amis, le mariage, sa musique surtout, sa chère grand-mère qui n'est plus, la petite Rowen Valentina...http://smg.photobucket.com/albums/v179/klaws/

02/04/2008

The Summit

Summit NATO. Ce se întâmplã de fapt între 2-4 aprilie; George W. Bush a sosit la Neptun; George W. Bush a fost întâmpinat în România de maidanezi;
http://www.evz.ro/articole/detalii-articol/798354/Romania-sub-scutul-antiracheta/ (La Roumanie sous le bouclier anti-missile que l'Otan a décidé de construire afin de protéger le sud-est de l'Europe. Les aspects techniques et financiers seront discutés en 2009);
Putin: "Noi am eliminat bazele militare din strãinãtate. ªi ce am primit? Baze în România" ("Je crois que l'adhésion à l'Otan ne mène pas automatiquement à la démocratisation des pays respectifs. Nous avons éliminé les bases au Viêtnam, à Cuba. Et qu'avons-nous obtenu? Une base en Roumanie, une autre en Bulgarie, une autre en Tchéquie").