Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2011

9/11 (2001-2011)

016.jpgCela fait dix ans que cet événement a marqué à jamais nos esprits. Il y a des souvenirs qui ne s'atténuent pas, auxquels on n'ajoute rien et auxquels on n'enlève rien, et dont l'émotion est intacte. J'ai regardé dans les Archives de ce blog et j'ai trouvé une note sur le 11 Septembre écrite en 2006, avec toute l'émotion accompagnant ma mémoire épisodique. Je revoyais le moment où la nouvelle était tombée, les premiers coups de fil chez mes parents en Roumanie, car Claudiu venait juste d'arriver au Collège de Charleston et commençait son chemin qui allait être américain, en fin de compte. Je finissais mes petites lignes en disant que les rêves blessés avaient besoin de solidarité pour cicatriser, mais, dans le fond, je ne sais pas. Ce que je sais, c'est que nous pouvons toujours faire l'effort de la solidarité.
 
Le récent numéro en ligne du Time publie "Beyond 9/11: Portraits of Resilience", avec en couverture une photo particulièrement inspirée (voir Time.com Cover ou Archives Covers)
 
 

01/09/2011

Littérature/Update

Valérie Jourdan, "Le Dossier roumain", Balland, 2011 (thriller, 438p, 22,90E)
 
C'est le mot "roumain" dans le titre qui a attiré mon attention, ensuite le genre "thriller". D'abord, je me souviens que je suis Roumaine ("poursuivis par nos origines, nous le sommes tous"), ensuite je lis assez de thrillers -bien que jamais français. D'ailleurs, ce ne sont pas les thrillers qui abondent dans la littérature française contemporaine, mais plutôt l'autofiction (pourquoi? en voilà une question), que je ne préfère pas. Je pense qu'il s'agit, en ce qui me concerne, d'un lien subtil entre la qualité de mon exil (choisi) en France, et une certaine perception de l'écriture française, dont la spécificité n'avait aucun impact négatif sur moi auparavant, quand je vivais ailleurs et que je l'enseignais. Mais cet espace-ci n'est pas vraiment le lieu pour développer de telles nuances.. C'est juste pour dire que, en matière de littérature française (après tout, ma spécialité de base), je suis restée à un point "t" sur l'axe de ma vie: je me tiens informée, sans consommer, je vis en France et je lis d'autres littératures (petite confidence: il en est de même pour les films..). En général, c'est dans les bibliothèques que je choisis mes lectures, en même temps, je lis aussi volontiers chez "Virgin", quelques heures, assise sur le canapé (ils ont enlevé les fauteuils et ont laissé le strict minimum, le canapé rond, rapé - un beau jour, il disparaîtra aussi, et finie la lecture découverte..). Bien sûr, il m'arrive d'acheter des livres dans les librairies, mais ce sont des achats bien réfléchis..
 
Le sujet du roman en question, dont l'action se passe en Roumanie, rappelle le scandale réel des adoptions internationales. En effet, il y a quelques années, le rapporteur pour la Roumanie au parlement européen, Madame Emma Nicholson of Winterbourne, avait parlé de l'existence des divers trafics (organes, prostitution) derrière ces adoptions. Cela a représenté la pomme de discorde entre l'UE et les US, et la Roumanie, membre de fraîche date de l'OTAN, mais pas encore de l'UE, avait maintenu l'arrêt des adoptions. Par la suite, les choses se sont avérées plus complexes: des premiers-ministres européens, des lobbies/des ong sont intervenus... J'ignore où en sont les choses aujourd'hui (remarquez, il suffirait de lancer un simple search), mais je suis presque certaine que l'on est assis, comme toujours, entre deux chaises, c'est le propre de la Roumanie, elle ne peut se permettre d'opter pour une chaise (en théorie, oui, en pratique, c'est différent...).
Sans lire effectivement le livre, j'ai saisi son courant. Voici les quelques lignes sur la quatrième de couverture:
Un homme décide de faire échouer le prochain vote au parlement roumain qui condamne les orphelins du pays à leur triste sort. Dévoué à la cause de ces milliers d'enfants, il ne se doute pas qu'il touche à de nombreux enjeux politiques et financiers dans la Roumanie post-Ceausescu. Une chasse à l'homme s'engage dans ce pays encore entre les mains de la Securitate, où s'affrontent les politiques de l'ancienne garde et de jeunes roumains rêvant d'un autre avenir pour leur pays. Kidnapping, chantage et meurtre dans un thriller haletant qui commence dans les couloirs du parlement européen pour se terminer au coeur du Palais de Ceausescu.
Valérie Jourdan réalise des reportages pour la télévision. Grâce à une documentation minutieuse sur la situation des enfants abandonnés en Roumanie et l'entrée du pays dans l'UE, elle offre un thriller inspiré de faits historiques réels.
Bonne lecture!
 
Update (7 Septembre). Le lendemain du match FR-RO sur le méga stade inauguré à Bucarest, à propos de la pelouse surréaliste: on connaissait bien l'état de la pelouse, la municipalité de Bucarest décline toute responsabilité, celle-ci appartient entièrement au constructeur, qui, lui, a conclu le contrat avec une compagnie d'Italie, laquelle a conclu le contrat avec une autre compagnie de ...Roumanie. C'est aussi ça l'Europe. Le méga stade National Arena a coûté 234 millions d'euros (il paraît que le constructeur a encore quelques millions à récupérer). P.S. J'ai bien regardé le match sur la 6, ai envoyé des sms aux US pour le décrire à Claudiu, qui ne pouvait le regarder et me demandait quel était le score...(??).

14/08/2011

Outcome

006.jpg(photo: L'Europe ou Au pied du mur)
 
Pendant les quelques jours qui ont suivi la dernière session de Juillet, j'ai pris des vacances sur place, c'est-à-dire à Nice - plage, soleil, lecture, la Prom'. J'ai surtout réfléchi à l'avenir de CEFRO et décidé de diffuser une annonce sur plusieurs sites européens/internationaux (pour dénicher les sites, j'ai demandé de l'aide à la petite famille américaine). Un bilan a pris contour à cette occasion. Et c'est malgré tout réconfortant de constater qu'avec des moyens vraiment infimes, CEFRO a concrétisé une activité d'entreprise, pour laquelle elle s'est correctement acquittée de ses diverses taxes et cotisations. Depuis sa création en 2008, elle a rédigé et organisé des cours de type EFTLV (Education et formation tout au long de la vie), validés par l'Agence Europe-Education-Formation-France et publiés dans le Catalogue: 4 cours différents, 10 sessions, 41 participants détenteurs d'une bourse Grundtvig (Education des Adultes) venant de Roumanie, Italie, Finlande, Allemagne, Autriche, Espagne, Belgique, Bulgarie.
Pour certaines raisons que je ne vais pas détailler (dont l'une est que je toucherais à nouveau au délicat aspect de la gestion des fonds européens dans les programmes, ce qui serait finalement inutile..), j'ai envisagé que cette activité exclusive de fournisseur de cours Grundtvig, que CEFRO déroule depuis quatre ans,
pourrait s'arrêter là. Le plus réaliste serait d'entrer comme conseil (recherche, traitement, évaluation) dans un projet porté par d'autres. Malgré la logique de bon sens de cette démarche, je sais bien que CEFRO aura besoin d'une chance dans la rencontre avec un projet.
Mais là aussi, je reconnais que, si les porteurs de projets ont leurs critères dans le choix des partenaires et des collaborateurs (réseaux professionnels, amicaux, d'intérêts, de pouvoir..), j'ai également les miens, beaucoup plus nets et plus simples, et il m'est arrivé de décliner des propositions que j'ai jugées pas trop sérieuses ou équilibrées dans la distribution des tâches..C'est vrai que CEFRO se trouve sur la Côte d'Azur, mais être le partenaire à tout faire...En voici une illustration que j'ai sauvegardée, car elle est amusante (peu importe d'où vient la proposition):
"Dear Carmen,
> thanks for your reply.
> According with the topic of the project we need to have the opportunity to
> compare approaches to quality evaluation in primary & secondary schools &
> vocational colleges, to observe lessons and have the opportunity for
> discussion with teachers and headteachers.
> The role of the host partner [ CEFRO] is to identify these institutions, to
> receive the participants,
> to provide accommodation, meals, to offer Certificates of the training
> period, collaboration with the sending organization during the periods of
> preparation, placement, evaluation, and dissemination of results. (....)
>
"Thank you. CEFRO doesn't work at all in that field, and unfortunately, has
no enough possibilities to identify and contact those institutions.
I wish you succes in your project.
Best regards, Carmen Lopez, CEFRO"(...)
 
podcast
Little Wheel va très bien là..
 

01/08/2011

Cours 2011

La session de Juillet de CEFRO avec le cours Grundtvig FR-2011-343-003 sur les compétences émotionnelles vient de s'achever- quelques photos dans le photoblog http://myshots.hautetfort.com (aller plutôt dans les Archives 2011-07 pour afficher les photos récentes, parfois je ne comprends pas comment se fait l'enregistrement..). Un minimum d'images prises avec mon minuscule digital fétiche, basique, à 100 euros, qui m'a accompagnée partout depuis 2007. L'important, c'est qu'il fonctionne. Les participants, eux, ont pris beaucoup de photos, ont filmé. Les Roumains surtout sont toujours très équipés de ce point de vue. Pour la prochaine session de Septembre il n'y a plus de participants roumains, et quelque part, je suis impatiente de voir une configuration inédite -Belgique, Bulgarie, Espagne..

P-S. Je lance une petite annonce ici (car je ne vois pas trop autour de moi), à la demande de notre participante d'Autriche, intéressée par un tandem linguistique français-allemand via webcam (un locuteur français natif qui souhaiterait perfectionner son allemand en échangeant avec un natif). Me contacter pour les coordonnées.


I say like in the video (on youtube): please note this is not a confession of any kind. This only makes me dream of Charleston Market where I bought nothing else but a five dollar necklace, twice, in 2007 and in 2009, from the same lady, and the same kind of necklace (but different colours). Just a few days ago, the first necklace yellow and black dropped on the bathroom floor, the string broke, and I paid 18 euros in Nice to string again the pearls.. 

Update. Prom'Party du 5 Août: Baila, Baila..(le groupe est différent, la chanson est la même, indémodable)018.jpg

Gipsy Kings - Baila Me [HQ Audio]019.jpg