Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2013

Isolationnisme, protectionnisme, extrémisme. Vers la fin de Schengen


001 (14).jpgschengen,ro,bg,diplomatie,allemagne,france,immigration,protectionnismeUn article clair et objectif, qui, en montrant pourquoi les deux pays de l'élargissement 2007 ne franchiront pas le seuil Schengen, relie aussi cette chance ratée au contexte diplomatique actuel ( http://bit.ly/HLZSiu). Je l'ai résumé plus loin. (En mars dernier, j'écrivais cette note sur le même sujet).

Lire la suite

22/10/2013

Entreprendre

003 (11).jpg

Update 22. Une page Facebook pour Cefro vient de voir le jour (facebook.com/cefro). Elle est en anglais, afin d'être plus visible, et  elle a besoin de vos Like. Merci beaucoup! 

 

                                           ***

Publié le 14 Octobre. C'est pour le cadre du miroir que j'ai fait la photo, il y a quelques jours.

En 2006, j'écrivais cette lettre ouverte, que j'envoyais aussi à son destinataire (pensez-vous que celui-ci ait daigné faire un simple reply?). Sept ans après (et la soi-disant crise entre temps), je la relis, et le présent m'apparaît identique. Sauf que depuis (pour le côté personnel), ma mère est décédée, j'ai vendu son appartement en Roumanie, et avec même pas trois dizaines de milliers d'euros, je me suis payé deux voyages aux States (ce qui est la moindre des choses, mon fils s'étant expatrié là-bas), et surtout j'ai pris le risque d'entreprendre en France, en créant CEFRO. Quand on sait qu'une entreprise créée ne va pas au-delà de trois ans (les deux premières années elle peut être exonérée de quelques charges  - véritable miroir aux alouettes), j'ai tenu voici 5 ans déjà. Le problème, c'est que j'y tiens toujours (à CEFRO, et à ses projets).

Je suis très touchée lorsque mon fils m'encourage, en me disant que si je voulais, je pourrais tout laisser, et aller vivre aux States (puisqu'il est Américain), mais surtout lorsqu'il me rassure que je donnerais des cours à l'université là-bas, par exemple.. Il ne m'a jamais dit de mettre une annonce chez le boulanger pour trouver du travail, ni de m'occuper d'une dame âgée. Certains amis français s'empressent à vous le suggérer de (leur) bon coeur, c'est pour cela qu'il est bien préférable de ne pas les avoir. Non, ce qu'ils veulent dire, malgré eux, c'est que vous restez une étrangère, et donc...Remarquez, quand j'ai pris la décision de ne plus l'être, et que je l'ai mise en pratique, après avoir longuement réfléchi au bilan de mes dures réalisations ici, la réponse a été que je n'avais pas assez de ressources financières.. Bon, maintenant, même si j'avais un million, je ne le referais pas. Mieux encore, je veux oublier de l'avoir fait. Heureusement, je suis résiliente (c'est une vraie qualité de leader, comme je l'explique dans mon cours). 

 P-S. "C dans l'air", pendant que je travaille, je jette un regard à l'écran (j'ai coupé le son): "Si l'Amérique craque...". Pas la peine de mettre le son.. La France qui se soucie de l'Amérique.. 

 

 

 

01/08/2013

23 ans...

004 (3).jpg

Update 9 

http://www.cagle.com/2013/08/holiday-in-europe/ 

                                         *

(Mes photos: le jardin derrière la Bibliothèque Romain Gary)

 

Autour des dates qui ont marqué un événement crucial dans notre vie, notre mémoire nous offre un coffret-cadeau contenant le meilleur et le pire, pas forcément dans l'ordre chronologique, mais plutôt sous la forme d'un puzzle spécial. A chaque fois, le plus de recul nous fait reconstituer un tableau quelque peu différent, vu sous un autre angle. Exactement comme dans l'art du recadrage. Watzlawick résume très bien: "la transformation porte sur ce qui arrive, et non sur son pourquoi" (je suis entièrement d'accord, puisque je n'ai jamais été une fanatique de Freud..).

Donc, 23 ans aujourd'hui, depuis que j'ai mis les pieds ici, à Nice - et je n'ai pas trop voyagé ailleurs, en France. Pourtant, il paraît que c'est un beau pays... Je n'étais pas venue en touriste, et en général, il me faut une bonne raison, autre que le tourisme, pour aller quelque part. Alors, de quoi a-t-il l'air, mon tableau, en ce jour anniversaire? J'ai relu les trois notes plus loin (dans cet ordre), et le commentaire de "Marie" m'a fait sourire: cette arrogance typique, mais à l'air inoffensif, puisque servie comme "esprit critique", et que je sais décoder parfaitement maintenant, ne me fait plus rien. Ni l'incompréhension des réalités roumaines, ni l'antiaméricanisme sous-entendu, ni le désir dissimulé de vous forcer à un aveu d'amour inconditionnel envers la France -qu'importe si celle-ci vous reconnaît ou non..

C'est pourquoi, je n'ai jamais effacé ce commentaire. Après tout, il est la preuve que j'ai vu juste, et que j'ai choisi ce qu'il fallait. C'était en 2005, bien avant l'entrée de la Roumanie dans l'UE, et si j'avais été naturalisée, peut-être que Claudiu aurait eu le titre de séjour lui permettant de s'égarer sur le marché de travail français, en enchaînant, au mieux, les cdd.. Le vrai tableau, c'est lui.. En juin dernier, pour mon anniversaire, Ketric m'a envoyé quelques mots simples, qui m'ont réconfortée de ces 23 années de vie passées dans "l'enfer n°2" ("l'enfer n°1", justement, j'en sortais  -enfin, imaginons les cercles dantesques adaptés à notre époque...): 

"I hope you know how much you and D. mean to me, and I hope you know that I am happy we are family. Thank you for giving Claudiu the opportunity to explore the world; I am always thankful he came to Charleston where our paths merged. Rowen is a gift from God! I wish you a wonderful day! " 

C'est pourquoi, je vais poster de nouveau cette chanson country "portée par un beau chapeau": http://youtu.be/wb4n7dnW4nA

 

 


http://elargissement-ro.hautetfort.com/archive/2005/05/03...

 

http://elargissement-ro.hautetfort.com/archive/2005/05/06... 

 

 http://elargissement-ro.hautetfort.com/archive/2011/01/18...

 
 

04/03/2013

Schengen, de nouveau

Je viens de lire dans la presse roumaine que l'Allemagne et sept autres pays s'opposeraient à l'entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l'espace Schengen. En 2007 sur le territoire de l'Allemagne vivaient 64.000 réfugiés et immigrés roumains et bulgares, en particulier des Roms, et aujourd'hui, leur nombre serait de 180.000, selon Deutsche Welle. Les Allemands craignent que l'entrée des deux derniers pays dans la zone Schengen ne contribue à augmenter encore ce nombre, ce qui pourrait affecter le système allemand de protection sociale. Je ne crois pas que cela soit la véritable raison, il y a une beaucoup plus importante:  la sécurisation des frontières européennes contre la contrebande et le trafic en tout genre qui prospèrent grâce aux clans mafieux et aux interlopes nombreux et bien organisés. Ceux-ci ne sont pas trop inquiétés par la justice, laquelle justice a ses propres problèmes de pouvoir, de personnalités et de partis à régler.. Sinon, elle est très indépendante, comme il convient dans un Etat de droit.. Voilà ce qui fait peur à l'Europe, et c'est normal.

La réaction de l'actuel ministre roumain pour les Affaires Etrangères est, à mon humble avis, typique de la stratégie préventive "du discount" ou "du raisin vert" pour maintenir l'Estime de soi. Il aurait déclaré sur la chaîne "Realitatea Tv" que, au cas où notre adhésion à l'espace Schengen serait de nouveau reportée (normalement, elle est sur l'agenda JAI -Justice et Affaires Intérieures- pour les 7-8 Mars prochains), la Roumanie n'est plus intéressée par le processus..
Ces affirmations ne sont pas restées longtemps en ligne, elles viennent d'être remplacées par l'intervention en Live du président Basescu, qui, lui, s'empresse de souligner que l'entrée dans Schengen représente un objectif majeur pour la Roumanie, essentiel pour son économie, que les enjeux qui consistent à placer la frontière de l'UE à nos frontières sont primordiaux, de loin plus importants que l'adoption de l'euro, et que nul sacrifice ne serait trop grand pour y parvenir. Les coûts que supposerait  la lutte anti-corruption sont sans importance par rapport à la nécessité d'avoir la frontière de l'UE avec la rivière du Prout (Prut) et avec l'Ukraine. Il faudrait obtenir auprès de JAI une autre date, peut-être septembre ou décembre prochain, sinon, aller de nouveau au Conseil de l'Europe. 
 
Il faut reconnaître que "le coup démocratique" de Juillet dernier, auquel le président Basescu a miraculeusement survécu, n'est pas pour arranger les choses, bien au contraire, le dilettantisme, l'incompétence, les déclarations patriotardes souvent infantiles et anti-européennes de l'équipe en place, à quoi s'ajoute la guerre interne au sein de la Justice, ne rendent possible aucune continuation d'un quelconque travail.. D'ailleurs, à chaque changement d'organigramme ministériel, tout repart à zéro, toute personne nouvellement nommée commençant par changer les meubles de place. Le vrai problème est que l'UE réalise parfaitement les risques éventuels dans l'adhésion des deux derniers, mais elle ne s'est pas montrée non plus à la hauteur de ce que le plus large nombre avait espéré au moment de l'adhésion, en 2007. On a obtenu une superposition de la technocratie européenne et de la bureaucratie nationale, qui en tout cas, pour la Roumanie, est inquiétante. A l'heure actuelle, il est un peu tard. L'Europe a beau multiplier les mécanismes de contrôle, les avertissements, etc., la Roumanie est en train de s'arrêter carrément, avant d'amorcer un quart de tour en arrière..