Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2006

Un samedi à Cannes

Je me rends compte que dernièrement j'ai atteint le breaking point...Il était temps et il y a de quoi. Peut-être que mon collègue du Canada a raison: "Carmen, prends la situation comme elle est, essaie de trouver quelque travail dans un village, aux environs de Nice..." Je me suis promis d'adresser une lettre à deux ou trois mairies.
Mais puisque j'ai toujours ma Carte solidarité Paca pour les voyages en train, et comme le Festival du film a lieu à côté, j'ai décidé de passer le samedi dernier à Cannes, juste pour l'atmosphère.
Cannes n'est réellement vivante qu'à ce moment de l'année, dans la fébrilité des enjeux et de la compétition. Autrement, ce n'est qu'une petite ville de luxe, pour les retraités de luxe (et là, une image me vient à l'esprit: la reconstitution artistique du corps du défunt, dans la série culte Six Feet Under...).
J'ai d'abord flâné dans les rues, en regardant les boutiques. Les formes et les coloris, cela détend. Je suis entrée à la Fnac pour un café sur la terrasse et pour détecter un éventuel coup de coeur, en matière de livres ou de CD. J'en ai eu deux, pour deux livres: "Les femmes qui lisent sont dangereuses", et "Eloges des femmes mûres, Confessions". Vraiment excellents.
Après, je me suis promenée sur la Croisette. Sur les façades des palaces et devant les entrées, des affiches géantes pour les films en concours. S'il existe une qui m'a laissée  indifférente, c'est bien celle de "Da Vinci Code". L'été dernier, j'avais lu le livre pour ne pas rester en dehors du phénomène, mais j'avais eu du mal à le finir... J'ai vu dans la presse roumaine en ligne que le film venait de sortir à Bucarest, et j'ai passé une heure entière à lire les opinions de mes compatriotes. J'ai constaté que ceux-ci n'étaient pas si bornés que ça, bien au contraire, mais que nos ecclésiastiques orthodoxes étaient, comme d'habitude, en retard sur les positions qu'il serait préférable de prendre en la circonstance et éviter le ridicule, leurs confrères catho ont été plus malins...
En longeant le village international, j'ai repéré le pavillon Roumanie-Bulgarie (là aussi, on fonctionne en tandem, mais en moins infernal...). Je n'avais pas de badge, alors je me suis accoudée à la barrière, en attendant qu'un regard se tourne pour lui adresser un "Hello...". Brève conversation avec un jeune homme, Roumain sans doute (je n'ai pas voulu parler en roumain et je l'ai laissé faire l'effort de me donner des renseignements en français- bien sûr que je sais pourquoi...). Je suis repartie en emportant une petite documentation. La Roumanie est présente avec trois films réalisés par de jeunes auteurs: "Marilena du P7", "Comment j'ai fêté la fin du monde", et "12:08 East of Bucharest", un court métrage (les sites web figurant sur la petite doc sont quasiment inexistants, alors je renonce à les signaler). Je parcours le synopsis et je pense que c'est le premier film que j'aimerais voir. "Andrei, un adolescent de 13 ans qui vit dans les environs de Bucarest, décide un jour de voler un trolleybus pour épater Marilena, une prostituée dont il est amoureux. Des choses qu'on fait par amour...(...) la vie des quartiers de Bucarest au début du 21e siècle, sans aucune intervention ni sur le paysage urbain, ni sur le paysage humain...le style de tournage, caméra à la main nous offre la possibilité de capturer des détails et des éléments authentiques...".
Peut-être que je pourrais le voir en Roumanie, cet été. Mon fils vient de m'offrir pour mon anniversaire un vol aller-retour. Donc, j'irai. C'est une joie triste ( mon oxymoron de circonstance), car j'y vais plus que jamais les mains vides (au sens propre et figuré), mais cela fait un an depuis que ma mère m'attend et qu'elle dépense sa pension pour me téléphoner sur mon portable...

01/03/2006

Répit

(ou pour un triangle affectif)
Hier, c'était Mardi Gras, fin du Carnaval de Nice aussi. J'avais déjà envoyé des cartes, et un minuscule brin de mimosa collé dessus, en Roumanie et en Amérique. Hier, j'ai observé la trêve administrative -pas de CV. D'ailleurs, les cyberespaces municipaux étaient fermés. Mais j'ai pris dix minutes dans un cyber payant, pour entrer sur un site roumain et envoyer des cartes de voeux pour le 1er Mars - la tradition  roumaine du martisor, le fil rouge et blanc que l'on offre en signe de bonheur et de prospérité, au début du printemps... J'ai passé quelques heures chez "Virgin", parmi les CD et les livres. J'ai bien aimé une compilation, Les Caves, Courchevel, que je voudrais pouvoir offrir à Claudiu, qui est par ailleurs, un DJ passionné. A vrai dire, j'aimerais lui envoyer de temps en temps ce qui se fait en France dans la techno, un label français -ma façon d'entretenir les ponts... En 2005, l'année mouvementée de ses voyages US-France-Roumanie-US, il emportait partout son matériel. Sur l'aéroport de Londres, il avait préféré se séparer de ses bottes et d'une partie de ses livres, pour pouvoir embarquer dans un Easy jet vers la France. Il m'avait appelée en catastrophe sur mon portable, pour que je lui transfère deux cents euros, pour le supplément de bagages. J'étais dans le bus, après une journée de travail, et simplement j'avais été prise par le fou rire: "Mais... Claudiu, je n'ai pas de carte Visa...!" Pendant trois mois d'été, il a mis sa musique dans un bar du Vieux Nice, j'ai eu le temps de la connaître et de commencer à l'aimer.
J'ai trouvé aussi un petit livre que j'aimerais lui envoyer : Vous pouvez être ce que vous voulez être, de Paul Arden, Phaidon, 2006. Il traite de la réussite professionnelle par le biais des publicités -du Mkting à l'américaine- il est en français, et a une présentation sympathique.
J'ai feuilleté les nouveautés, en m'attardant sur deux d'entre elles (si je ne compte pas les Salades au riz, une multitude!).
Madâme, Impossible conversation, de John Paul Lepers, Privé, 2006, m'a plutôt amusée, bien que quelque chose m'ait gênée dans la démarche du journaliste. Sans doute parce que ce livre apparaît au moment où la fin d'un règne est imminente. Cela m'a fait penser à ces dissidents qui se revendiquent "après"... S'il avait essayé d'avoir cette conversation il y a quelques années, et non pas il y a quelques mois...Les aspects étaient les mêmes, dans le fond, le pouvoir n'est jamais trop original.
Made in America, Le déclin de la marque USA, de Simon Anholt, Dunod, 2006, parle d'une possible gestion et reconstruction  de la marque d'Amérique. L'idée est  intéressante, et je me suis dit que cette Amérique trouverait toujours la capacité de se renouveler, quoi qu'il arrive... Tout se baserait sur une stratégie de communication qui implique aussi la diplomatie publique -et des programmes en ce sens commencent à prendre forme. Car, heureusement pour les US, le long terme se construit sur la loyauté. Et ils peuvent toujours compter dessus:
"Les millions de personnes qui ont immigré aux US au cours des siècles et leur gratitude envers ce pays, sont le véritable fondement du succès de l'Amérique en tant que marque mondiale. Le sentiment de reconnaissance qu'ils éprouvent d'avoir été bien accueillis quand ils étaient dans le besoin, de pouvoir rester eux-mêmes une fois arrivés, ce pays ne leur demandant en retour rien d'autre que le respect de ses institutions et un comportement honnête, est la plus grande source de patriotisme que l'on puisse imaginer. Les effets d'une telle attitude se prolongent au fil de générations.
Les gens ordinaires qui éprouvent un tel attachement envers leur pays sont les ambassadeurs les plus sincères, les plus énergiques et les plus efficaces qu'un gouvernement puisse souhaiter " (ch. Agir, La contribution du peuple).

07/07/2005

Mon végétal de compagnie-Une histoire d'amour

Spontanément, je l'ai appelé Willy (William) et c'est un pommier. Quand il a fait son apparition, il y a trois ans, le 17 Janvier 2002, j'ignorais ce que pouvait être cette tige ayant une petite graine au bout d'une feuille, qui poussait dans l'un des deux pots aux fleurs, celui qui se trouvait près de mon fauteuil. J'ai fait un effort pour me rappeler comment cette graine avait pu germer là: en grignotant un fruit devant la télé, j'avais dû enfoncer quelques pépins dans le pot, mais je ne savais plus quel fruit...J'ai pris le pépin délicatement et je l'ai examiné: orange ou pomme? "Et tout d'un coup, le souvenir m'est apparu": une belle pomme Golden, dorée, très juteuse et sucrée, je me rappelais même avoir remarqué qu'elle était délicieuse (quoi que je préfère d'habitude les Royal Gala) et que j'avais aussi collé son étiquette sur le mur de la cuisine. Je me suis rendue à la "Fnac" pour me livrer à une petite recherche et j'ai feuilleté tout ce qui existait sur les pommiers. En effet, c'était un pommier ordinaire, "Malus communis" (le latin "malus" a donné en roumain "mar") et il s'acclimatait très bien un peu partout...

Deux semaines après, le 30 janvier 2002, mon père disparaissait sans aucune raison valable, sauf celle que son temps s'était peut-être écoulé, 74 ans...Je ne pouvais pas aller aux obsèques, j'étais dans ma prison sur la Côte, prise dans des démarches et des rendez-vous sans lendemain pour mon projet, et comme toujours sans avoir, quand il faut, quelques centaines d'euros pour un vol jusqu'à Bucarest. J'y suis allée six semaines après et j'ai planté une fleur sur sa tombe. Mais seule, entre mes quatre murs, j'ai hurlé comme un animal blessé à mort, toute censure abolie. La petite tige avait été l'unique témoin vivant -car un végétal est un organisme vivant, n'est-ce pas...Pendant trois ans je l'ai soignée avec amour et méthode: je l'ai arrosée avec une même mesure, j'ai raffraîchi la terre, à chaque anniversaire je lui ai noué autour un petit ruban bleu, je lui ai surtout parlé et fait écouter de la musique, beaucoup de musique... Il paraît que les plantes adorent écouter du Mozart, Willy connaît déjà quelques beaux concertos pour piano.... Il a eu de petites feuilles, les a perdues à deux reprises, il en eu d'autres.

Cet été, j'ai décidé de le laisser pendant la nuit dehors, sur le rebord de la fenêtre (avant, je laissais entrouvert, juste pour qu'il ait de l'air) et j'ai attaché son pot au grillage avec des fils métalliques, puisque je n'ai pas de balcon. Si le vent souffle trop fort, je le rentre.
Depuis Mai, brusquement, Willy s'est mis à grandir incroyablement vite. Ma petite voisine de palier m'a dit l'autre jour, tout excitée: "Madame, j'étais à la fenêtre et je l'ai vu pousser!"
Il a maintenant 20 feuilles, grandes comme la moitié de ma paume, un tronc plus vigoureux et il mesure 37 cm. Je devrais le rempoter dans un vase plus grand.
Le problème est qu'il n'y aurait plus assez de place sur le rebord de la fenêtre. Et cela m'inquiète à tel point, que je n'hésiterais pas à changer de logement uniquement pour lui.
Ce sera magnifique de pouvoir quitter ce studio, tous les deux, ensemble, pour un ailleurs où il y aura un balcon ou davantage de terre...
Carmen Serghie Lopez

13/04/2004

Sujets actuels/Réflexions sur un événement artistique

Le 31 mars 2004 (Sur "La Passion du Christ")
 
Eh bien, je l'ai vu.
J'ai écouté et j'ai lu beaucoup de points de vue, il y a eu des débats à la télévision, le film a été très controversé, et c'est aussi pour cela que j'étais curieuse de le voir.
Comme je ne suis pas influençable, et comme j'essaye toujours de réfléchir et de faire la part des choses, j'ai eu mon point de vue, que je n'ai pas retrouvé chez les autres, en fait une seule personne me semble avoir eu une attitude intelligente à l'égard de ce film, et c'est le Pape. Je n'aime pas particulièrement le Pape et je ne suis pas d'accord avec toutes ses positions, mais il a dit, après avoir vu le film, qu'il ne pouvait pas se prononcer sur un produit artistique et qu'il laissait cela aux spécialistes. C'est aussi diplomatique que vrai, j'avais exprimé un point de vue assez proche dans l'e-mail envoyé à "Newsweek", à l'occasion de la sortie du film.
 
Le film est très bien fait, techniquement parlant, prises de vues, angles de la caméra, couleurs, flash-back, images au ralenti, tout, jusqu'au millimètre, il est très professionnel, travail américain... Je me suis délectée en entendant l'araméen que je n'avais jamais entendu, et aussi le latin prononcé comme j'avais appris à l'école en Roumanie, et non comme j'avais entendu en France (l'accent, je veux dire, c'est l'accent tonique, proche de l'italien d'aujourd'hui).
 
Ceux qui ont parlé de ce film en l'accusant et en le récupérant d'un bord ou de l'autre, l'ont vu au  premier degré (sciemment ou pas).
On ne peut pas dire qu'il soit antisémite parce que les Juifs sont peints en noir et que les Romains sont gentils, pas du tout. Mel Gibson a mis là-dedans de sa violence personnelle, car ils sont tous odieux avec Jésus (sauf Pilate, qui apparaît comme un personnage assez existentiel, préoccupé par ce qu'est la vérité, etc.). Les scènes de torture occupent tout le film, je ne pouvais pas vraiment regarder (j'essayais de noter des idées sur un bout de papier entre temps), c'est ce qu'on a reproché à Mel Gibson,"la boucherie". Mais c'est son choix artistique pour transmettre une vision de la souffrance de Jésus. Il y a vingt ans, Zeffirelli avait vu les choses plus classiquement, plus en douceur.
 
C'est le jeu des acteurs qui est magnifique, ils ne parlent pas beaucoup, ce qu'ils disent c'est exactement comme dans les Evangiles (que Gibson respecte à la lettre), mais tout est dans l'expression du visage, tous les sentiments, les questions, les révélations, tout se passe sur les visages des acteurs, et c'est du professionnalisme de très haut niveau.
Le rapport entre Jésus et Marie, sa mère est surpris avec finesse, une complicité spirituelle qui vient du fait que tous deux savent quel est l'enjeu et ils s'entendent par leur regards (l'actrice qui joue Marie est Maia Morgenstern, une juive roumaine qui joue dans un théâtre à Bucarest, elle a 48 ans et elle est mère de trois enfants; j'avais lu une interview qu'elle avait donnée où elle expliquait que ce rôle lui avait permis d'exprimer la souffrance de toute mère qui voit la souffrance de son fils).

Mais ce que j'ai trouvé de plus intéressant, c'était la présence de Satan, représenté par une femme étrange qui apparaît à chaque fois dans les moments d'intensité du "choix", quand l'âme est prête à basculer, à cause de la souffrance physique qui est atroce. C'est la trouvaille de Gibson, en fait, c'est assez didactique, puisque le Mal est représenté de manière très concrète. Il ne fait que renforcer la résistance de Jésus, qui le regarde et sent fortement cette présence qui le guette et qui attend le moment où son âme va fléchir dans la décision prise.
C'est pareil en ce qui concerne les autres, Judas, par exemple, c'est Satan qui fait le travail jusqu'à la fin, en le rendant fou, jusqu'au suicide. En général, on perçoit bien (enfin, moi je l'ai perçu ainsi), justement à cause de la présence de Satan, que tous ont l'esprit obscurci à un moment donné, le temps de leur acharnement (gratuit) contre Jésus et qu'à la fin ils se réveillent, comme d'un cauchemar -Jésus est mort, sur la croix, et une goutte qui tombe du ciel provoque sur la terre un tremblement, etc. Sous l'effet de cette manifestation soudaine et inexplicable de la nature, tous ceux qui ont contribué aux tortures de Jésus, et aussi les grands prêtres qui l'ont accusé et qui ont assisté à ses dernières minutes, semblent se réveiller brusquement. Comme quelqu'un qui commet un crime dans un moment d'absence et ne se rappelle plus ce qu'il a fait, et en est horrifié lui-même.
Là, j'ai trouvé que Gibson avait fait preuve de finesse, ou qu'il avait été inspiré (c'est la même chose, parfois), car il semble vouloir dire que ces gens-là ont été aveuglés dans leur esprit pour qu'ils ne voient pas et parce que quelque chose devait se passer ainsi.
 

Je crois que ce qui est bien suggéré dans le film c'est la question du choix individuel (l'acceptation de Jésus ne se fait pas dans la joie, ni facilement) mais aussi l'existence de deux plans, la volonté de l'homme et une autre volonté, divine, mystérieuse, qui le dépasse. Tout se joue sur cette marge-là et c'est surtout la première scène, celle dans le Jardin où Jésus comprend ce qu'il lui est demandé d'en haut. C'est la scène la plus réussie, d'après moi. Elle évoque aussi l'angoisse existentielle de tout homme devant la mort, mais devant une mort qu'il voit, qui lui est décrite dans ses détails atroces et pour laquelle on lui dit qu'il y a un prix -il peut accepter ou refuser. Et il ne peut pas refuser. Pourquoi? Mais c'est l'Eglise qui se charge, depuis deux mille ans de répondre à la question, avec plus ou moins de succès..
 
Le choix reste un éternel mystère.
Il y a dans le film une phrase qui n'est pas dans les évangiles, mais qui appartient à l'inspiration que Gibson a dû recevoir sur le tournage (il dit lui-même qu'il porte le projet de ce film depuis douze ans, juste à l'époque où j'avais choisi, moi aussi, le sujet de ma thèse...). Dans la scène de la flagellation, Marie, agenouillée devant Jésus torturé et en sang, lui dit :"Mon Fils, quand, où et comment décideras-tu d'être délivré de cela?"
La question de Marie est très intéressante à analyser, on peut prendre tour à tour chaque mot et voir ce qu'il y a dedans, pour accéder au sens du message. Je n'arrive pas à me détacher de cette phrase, peut-être que c'est bien pour elle que je suis allée voir le film, car les extraits des évangiles, je les connais.

Ce que j'ai donc retenu du film, c'est le problème du choix de Jésus. Gibson s'est arrêté aux dernières heures de la vie de Jésus, on ne voit pas Jésus en train de prêcher (sauf quelques flashbacks), il n'y a pas de discours sur l'amour qui soit privilégié (sauf quelques références absolument obligatoires, et qui se situent dans la cohérence du récit). Là, on voit un homme dans les conséquences d'un choix auquel il est confronté et qui le dépasse, parce que l'on sent qu'il est agi par une force autre que sa résistance humaine, et je pense que le mérite du réalisateur est d'avoir réussi à suggérer cette nuance (enfin, moi j'y ai été sensible).
En fait, si Gibson avait choisi un tout autre guerrier ou héros pour illustrer la problématique du Bien et du Mal, il n'aurait suscité aucune polémique, et son film aurait été un film parmi des dizaines qui sont construits sur ce schéma. Mais il a choisi le symbole le plus sacré, sur lequel s'est construit tout l'édifice d'une religion complexe, basée sur l'idée de la rédemption de l'homme pécheur. Il n'est pas étonnant que la perception en soit si controversée et exigeante.

Néanmoins, c'est juste par cela que le film est très moderne. Je ne veux pas prêter des intentions philosophiques à Gibson, on dit qu'il est un catholique pur et dur, de genre traditionaliste, et il avoue lui-même avoir voulu montrer la souffrance du Christ afin que nous soyons renforcés dans la foi.

Toujours est-il que si le film peut susciter également d'autres réactions et être vu comme un produit artistique qui pose un problème humain et universel, c'est qu'il a réussi un pari esthétique. Dans le processus de création de toute oeuvre d'art, il n'y a pas toujours de concordance entre l'intention du créateur et la réception à l'autre pôle, celui du consommateur esthétique.
Comme dit le poète, "heureux qui, comme Ulysse a fait un long voyage", je dirais: heureux celui dont la foi a réussi à s'élever au-dessus de la manifestation strictement religieuse (c'est valable pour toute religion). C'est justement pour cela que Jésus intriguait les grands prêtres, d'ailleurs.
Sur le chemin de la Croix, Jésus, qui n'est plus qu'un morceau de chair ensanglantée, dit à Marie: "Vois, Mère, je rends toute chose nouvelle" .
Bien sûr, rien ne sera plus comme avant.
 
Je ne suis sortie de ce film ni antisémite, ni en aimant davantage l'Eglise. Je suis reconnaissante de l'avoir vu à l'approche des Pâques, ces Pâques qui devraient être oecuméniques davantage dans l'attitude des chrétiens que dans les déclarations ou les engagements diplomatiques des Eglises.
 
Carmen Serghie Lopez
www.hautetfort.com/elargissement-ro
e-mail:serghie_carmen@yahoo.com