Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2017

Corruption dépénalisée

protestations,roumanie,dépénalisation corruption(Mes photos- Sighisoara, Vlad Tepes)

Ce qui se passe ces jours-ci en Roumanie n’est pas rien. A la faveur de la nuit précédente, le nouveau gouvernement du parti néo communiste au pouvoir a pratiquement dépénalisé la corruption, d’un coup d’ordonnance d’urgence, en renvoyant ainsi le pays au début des années ’90. Certes, l’indépendance de la Justice en Roumanie n’est pas pour demain, ni pour après-demain, probablement..

Néanmoins, il va de soi qu’un pays membre de l’UE et de l’OTAN ne pourrait partager le même indice de corruption que la Russie -131, le Vénézuela -166, ou la Corée du Nord -174 (le rapport 2016 de Transparency International). Et même si l’on sait que toute enquête comporte certains biais (il s’agit d’un indice de la perception de la corruption), pour que la Roumanie se hisse au 57e rang sur 176 pays, il faut accepter que des changements aient été enregistrés.

Eh bien, maintenant on revient à la case départ. Les anciens Services (l’ancienne Securitate de l’appareil d’Etat communiste) ont encore les dents longues, et ils sont en train de gagner cette manche contre les nouveaux Services (la nouvelle Securitate): 1-0, donc, avec le soutien, tacite ou formulé, d’une partie de la population (et qui, bien entendu, n'est pas la même que celle qui est descendue dans la rue pour protester...)

20/01/2017

Le jour J et nous

US, président élu, UE, Roumanie, Services

(Mes photos à Nice)

Il faut reconnaître que c’est un jour spécial: le quarante cinquième président des Etats-Unis s’installe à la Maison Blanche. Le monde entier attend, avec une certaine inquiétude, de voir quelles seront les décisions que prendra la première puissance mondiale, et avec quel impact pour elle-même et pour les autres. L’Europe et l’UE (car il faudra s’habituer à opérer cette distinction) ne se présentent pas au mieux de leur forme économique, politique, stratégique (c’est un euphémisme), et le spectre du totalitarisme islamique est bien réel. L’OTAN vient de déployer des forces en Europe de l’Est, elle a une base au sud de la Roumanie aussi, mais il se trouve qu’en ce moment la Roumanie est plongée dans un scandale sans précédent depuis ’89 lié aux Services, à la Justice et à la Direction nationale de la lutte contre la corruption (DNA). Ce n’est pas rien, bien entendu, puisque le pays est placé devant deux options, deux voies (inutile de préciser lesquelles..).

J’ai recherché dans les Archives de ce blog des notes où il est question aussi des Services (forcément, puisqu'ils font partie de la corruption généralisée, tout en la combattant, et de là une schizophrénie spécifique, ou le serpent qui se mord la queue..), et j’en ai fait une petite sélection (avant et après l’adhésion à l’UE). 

2005 J’ai lu ; Le vrai OUI à l'Europe; Merci, Monsieur Thierry de Montbrial ! 

2006 Politique roumaine ; Romania

2008 Feindre la transparence ; La surveillance/The Bug

2009 Enchevêtrements

2010 Honourable men

2015 Une tragédie roumaine (2)

 

 

 

 
 

06/01/2017

10 et 9 ans


anniversaires,cefro,rowen,témoignages,blog,gouvernement,roumanie

Les anniversaires de Rowen Valentina et de CEFRO le 10 prochainChaque mois de janvier, je renvoie aux années précédentes à l’aide des hyperliens, selon le modèle des poupées russes. La mémoire de ce blog qui fêtera ses 13 ans en février n’est pas nostalgique, mais répond plutôt à un désir de justice et de justesse, dans la mesure où elle témoigne d’un parcours et d’un projet reliant des vies et des pays. Rowen vient au monde (2007) et elle grandit heureuse de l’autre côté de l’eau.. (2012, 2014). CEFRO est enregistrée le même jour, mais une année plus tard, et à ce moment-là, je la voyais « principalement orientée vers la Roumanie ». Pourquoi ? Parce que, dès le début des années 2000, j’ai porté partout l’initiative d’un Centre de formation, à travers la petite structure que j’avais créée en Roumanie. Et même si ces démarches-là, confiantes et courageuses, n’ont pas abouti, j’ai au moins aujourd'hui la conviction (presque philosophique) que les choses ne pouvaient pas se présenter autrement - pour moi, en tout cas..

Parmi les documents sélectionnés dans la liste Témoignages de ce blog, les deux courriers (Lettre 1 et Lettre 2), que j'adressais au président roumain lors de son élection en 2004, sont d’une étonnante actualité. Surtout maintenant, quelques jours après l'installation du présent gouvernement, dont le QI global et l’intégrité se situent au niveau de la mer, et qui semble renouer non seulement avec l’époque d’avant l’adhésion à l’UE mais aussi avec celle d’avant 1989. Il est question des camarades et de la mafia des Services, et du patriotisme de masse au secours de "la démocratie et de l'Etat de droit" (lire: où le droit s'achète).. Vu les gros soucis que l’UE a elle-même d'ailleurs, la Roumanie pourra continuer sa voie, tranquillement et sûrement, vers le cône d’ombre le plus à l’ombre. A moins que..

04/12/2016

Les oraisons funèbres

Pour le jour des funérailles de Castro je vais transposer quelques extraits de l’article publié ce matin sur le site roumain In linie dreapta. C’est une manière d’exprimer ma colère personnelle envers l’aveuglement moral et l'hypocrisie, aussi bien par le choix de cet article, que par la rédaction de la note: pas d'image, pas de noms en caractères gras. Le minimum que je puisse faire.

Fidel Castro est mort. « La dernière grande figure politique du XXe siècle », a déclaré la gauche planétaire par la bouche de présidents d’Etats, de premiers ministres, d’écrivains, de footballeurs, d’idéalistes pas encore guéris ou inguérissables malgré la centaine de millions de morts sacrifiés sur l’autel du communisme au XXe siècle après J-C. « Le dernier grand tyran du XXe siècle est mort », c’est ce qui aurait dû être marqué sur tous les murs du monde libre. Au lieu de cela, aux hommages de Kim-Jong-un (Fidel Castro a été « un ami vrai et loyal »), de Poutine (Fidel « était un ami sincère et dévoué de la Russie »), de Xi Jinping (« le camarade Castro vivra éternellement »), se sont ajoutés ceux d’Obama (« l’Histoire va juger son énorme impact »), de Jean-Claude Juncker (« le monde a perdu un homme qui était un héros pour un grand nombre de gens »), ou de Justin Trudeau (« les Canadiens s’associent au peuple cubain dans son deuil après la mort d’un leader remarquable »). La gauche française a appelé les parisiens samedi soir à un meeting de deuil et de recueillement. […]

Voilà comment se rassemblent tous ceux dont la fièvre et le fanatisme ont été nourris par Castro, et qui en échange, ont entretenu la légende du révolutionnaire romantique assoiffé de liberté! Ils oublient, bien sûr, le gouffre qui sépare le romantisme révolutionnaire au nom duquel on choisissait d’aller n’importe où dans le monde pour mourir en défendant la cause de la liberté (le cas de Byron), de celui du XXe siècle au nom duquel on va tuer quelques milliers de citoyens, pour ensuite rester au pouvoir un demi-siècle et transformer le pays en une vaste prison. Quelles époques romantiques que celles de Lénine, Staline, Mao, Pol Pot! La réalité la plus atroce n’a pu abolir l’idéal, lequel a survécu et survit à toutes les montagnes de cadavres. […]

Quel terrible sophisme justifiant des crimes que « les bienfaits » du tyran ! Castro, disait Justin Trudeau dans son hommage du samedi dernier, a mis au point un remarquable système d’éducation et un tout aussi remarquable système de santé. Ban Ki-moon insiste sur les mêmes performances : « Sous la présidence de Castro, Cuba a fait des progrès importants dans les domaines de l’éducation, de l’alphabétisation et de la santé ». On se demande quelle éducation quand tout n’est qu’idéologie et culte de la personnalité, et quel système de santé dans un pays complètement pauvre. Comme observe un internaute : Et si on disait qu’Hitler a fait des usines et des autoroutes ? Quelle importance s’il a son actif les camps de la mort ? […]

J’inviterais tous les admirateurs de ces criminels bienfaiteurs à se mettre, pour une seconde, à la place de ceux qui ont été tués ou torturés du fait de la gesticulation révolutionnaire de leur idole (mais je sais bien qu’ils manquent d’imagination empathique). Se mettre à la place de tous ceux qui ont passé des dizaines d’années en prison, de leurs familles détruites, de ceux qui ont vécu leur vie (49 ans!) sous l’arbitrage d’un fanatique vaniteux. J’inviterais d'abord Maradona (celui qui s’est fait tatouer le visage de Castro sur la jambe) et le prix Nobel Garcia Marquez à se livrer à cet exercice d’imagination: goûter quotidiennement la douceur de vivre sous « le héros légendaire », sous « ce leader plus grand que la vie » (« Fidel Castro was a larger than life leader who served his people for almost half a century »), « un révolutionnaire et un orateur exemplaire », comme le présentait le premier ministre canadien. J’imagine Trudeau enfermé dans une pièce et obligé à écouter sur un CD pendant 7 heures l’un des discours mémorables de Castro. Pourquoi tous ces fans ne crient-ils pas leur enthousiasme du fond de l’une des fosses communes que l’Histoire met au jour périodiquement et qui témoignent du règne de leurs idoles? Ils ont applaudi leur héro (et maintenant ils le pleurent) du cœur du 6 e arrondissement parisien, ou de la rédaction confortable de l’un des journaux « progressistes » du monde. Il est étrange de voir dans toutes ces oraisons funèbres comment les grands criminels du monde, une fois qu’ils ont quitté l’espace quotidien pour entrer dans celui de l’Histoire, cessent d’être « des criminels ordinaires ». Ils deviennent des héros. Ils ne tuent pas n’importe comment mais au nom d’un idéal et d’une idéologie. Et quand on a un idéal et une idéologie, on peut tuer autant que l’on veut. On peut être décoré et, sûrement, avoir sa statue. C’est ainsi que nous avons les criminels-héros du XXe siècle. Car c’est exactement cela, le XXe siècle que nous venons de laisser derrière nous est le siècle des criminels-héros. Castro est le dernier. […]

Dans le livre intitulé « Une idée qui nous fait tourner la tête », HRP écrit :

« En invoquant le caractère prétendument modernisateur du communisme ou de ses idées prétendument généreuses, ou d’un supposé bilan positif de ses réalisations sociales, un grand nombre de progressistes, peut-être animés de bonnes intentions, préfèrent oublier que les régimes communistes ont tué cent millions de gens, en l’espace de deux générations : cela reviendrait à 450 personnes par jour, à savoir 190 morts par heure, à savoir 3 personnes réduites à l’état de cadavre chaque minute –et pas qu’une fois, mais minute par minute, heure par heure, jour par jour, pendant 60 ans sans interruption. Pouvez-vous imaginer une aussi monstrueuse montagne de cadavres ? Certains progressistes, il faut le reconnaître, ne peuvent nier l’existence de cette montagne de cadavres. Néanmoins, s’ils souffrent du même aveuglement moral, ils ont tendance à soutenir que, quand même -et ce « quand même »  me glace – les victimes du communisme sont ces victimes collatérales d’une modernisation nécessaire qui autrement, vu le niveau arriéré des sociétés pré-communistes, n’aurait pas pu être accomplie. C’est-à-dire, cent millions de victimes afin que le PIB augmente de quelques chiffres: des victimes collatérales et non intentionnelles mais nécessaires à ce progrès. Il faut rejeter cette vision comme étant moralement inacceptable. »