Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2020

Des cauchemars

novembre,anniversaire,parlement roumain,élections,politisation,fonction publiquenovembre,anniversaire,parlement roumain,élections,politisation,fonction publiquenovembre,anniversaire,parlement roumain,élections,politisation,fonction publique

(Mes photos- La pleine lune de novembre; le beau Ginkgo du jardin Alsace-Lorraine; le carrot cake de Claudiu -crédit photo)  

 

Un cauchemar me réveille à 3 h 20, je ressens les battements de mon cœur dans la tête. Automatiquement, je me dis qu’en Caroline du Sud il est 21 h 20, donc ils sont chez eux et tout va bien, nous nous sommes parlé hier en vidéo. Je prends un quart de Propranolol pour calmer ce cœur affolé et je me prépare une tisane de fruits rouges. Ce serait bien si je pouvais me rendormir une heure ou deux. Mes cauchemars sont une activité en soi, il y en a qui sont récurrents, d’autres sont nouveaux, quoique pas tellement – c’est la trame qui est différente, la signification profonde, que je suis capable de déchiffrer car elle m’appartient, reste la même. Comme lorsque vous enlevez les feuilles d’un oignon. Je sais que le cerveau fait son travail d’élimination de déchets toxiques (informations encodées et émotions assorties) par le biais du rêve, et qu’un cauchemar ne serait qu’un scénario engendré par une émotion plus forte que d’habitude (angoisse, peur, colère). Ce serait donc positif, finalement, mais je préférerais des trames plus lumineuses et plus sereines, et mon cœur aussi. Mon cerveau ne saurait probablement les fabriquer tant que la réalité, ou mon rapport à la réalité, ne lui donne pas le matériel approprié.

Ce dernier jour de novembre 2020 est aussi le premier lundi des 40 ans de mon fils, dont 16 ans aux Etats-Unis et 13 ans dans une compagnie américaine leader mondial. L’année dernière, à la même époque, après l’élection présidentielle en Roumanie, j’écrivais dans la note Une joie triste, l’oxymore de ce novembre que nous comptions parmi les 863.849 de la diaspora roumaine ayant voté pour le président sortant Klaus Iohannis, qui l’a emporté grâce aux voix des 94% des Roumains de l’étranger et des 63% des électeurs sur le territoire. J’écrivais aussi que le Parti pourri (l’héritier du Parti communiste et l’actuel Parti social-démocrate) obtenait 34%, ce qui rendait finalement la victoire du président Iohannis et du Parti libéral plutôt triste. « J’aurais aimé qu’il soit balayé, au-dessous de 15%, et alors, j’aurais dit que le pays était en train de guérir, après trente ans. Mais non, ils vont se replier, la mafia ne meurt jamais, elle se réorganise. Cela veut dire qu’un tiers des Roumains ont voté pour le Parti pourri, soit 35 personnes sur 100…Beaucoup trop. Pour cette élection présidentielle, c’est la diaspora qui a sauvé la mise, c’est une évidence. Mais la tumeur est là, elle va grossir au moment des élections parlementaires prochaines. En gardant la tête froide, on peut se dire que oui, on a évité le pire (car un chef d’Etat comme la candidate du Parti pourri aurait été une calamité), mais c’est loin d’être gagné pour la Roumanie. »

Nous y voilà, au moment des élections parlementaires, les 5-6 décembre prochains, élections très importantes, puisque c’est au parlement que tout se joue pour le pays. La  nature du problème roumain ne change pas, et, comme pour confirmer cela, le Parti national libéral au gouvernement accumule les bourdes. Il n’est pas question de la gestion de la pandémie (les gouvernements de tous les pays font des efforts pour gérer une situation inédite), il est simplement question d’un comportement identique à celui du Parti social-démocrate au pouvoir pendant des années : la politisation de la fonction publique, le remplacement des spécialistes par les hommes du Parti, par leurs proches, etc. Le mécanisme politique, ou plutôt politicien, qui exerce un pouvoir discrétionnaire dans tous les domaines de compétences professionnelles réelles est si bien huilé en Roumanie qu’il est effrayant. Ce sont les hommes du Parti au pouvoir qui sont placés dans des positions importantes et pour lesquelles ils sont loin d’être qualifiés. Les nominations politiques, voilà la particularité d’un système mafieux créé par les partis politiques roumains (il paraît que 80% des nominations sont purement politiques). En Roumanie, où la distinction gauche-droite est inopérante, entrer dans un parti représente (en règle générale, car il existe toujours des exceptions) la solution-clé pour les incapables, pour ceux qui ne savent rien faire de valable de leur vie. Ils obtiennent ainsi des passe-droits, des bénéfices, et ils s’enrichissent. Rares sont les spécialistes évincés de leur poste en faveur d’une personne installée par le Parti qui osent témoigner, comme on l’a vu récemment : l’ingénieur doctorant, directeur d’un Système de gestion des eaux (en roumain SGA) obligé de céder son poste obtenu par concours à quelqu'un qui venait d’être désigné par le Parti libéral et qui n’avait aucune formation (il avait vendu des distributeurs de café). On ne croirait pas que cela puisse se passer dans un pays européen qui déclare être un Etat de droit, en 2020. Ce qui veut dire que rien ne change, à l’exception du nom du Parti. Ce qui est très préoccupant, dans un contexte où le populisme et le nationalisme s’affichent sans complexes, partout ailleurs aussi. En regardant le reportage sur le cas du jeune ingénieur muté selon le principe « Pousse-toi que je m’y mette, car je suis l’homme du Parti », j’imaginais mon fils, s’il avait trouvé un emploi en Roumanie en 2004, quand il était retourné, avec en poche son diplôme de Charleston. Voilà un scénario pour un bon cauchemar..

P-S. Je voterai dimanche prochain aux élections pour le parlement roumain dans un bureau de vote à Nice. Je n’ai jamais été et ne serai jamais quelqu'un de résigné, quelle que soit la réalité, mais je n’aime pas beaucoup l’espoir, lequel, comme dit Camus, « équivaut à la résignation. Et vivre, c’est ne pas se résigner. »

Commentaires

Écrire un commentaire