Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2017

Civilisation(s)

 

livre, Régis Debray, civilisation, Amérique, extraitslivre, Régis Debray, civilisation, Amérique, extraits

(Mes photos- A Charleston, Caroline du Sud, juillet 2016

Un livre récent, qui m'a revigorée, et dont j'ai sélectionné quelques extraits: Régis Debray, Civilisation: Comment nous sommes devenus américains (en document PDF ici)

« Qu’est-ce que communiquer? Transporter une information à travers l’espace. Qu’est-ce que transmettre? Transporter une information à travers le temps. La communication a rongé, harcelé, puis finalement phagocyté la transmission, comme l’esprit d’Amérique, l’esprit d’Europe. Il n’est pas étonnant que la plus communicative des civilisations ait porté à leur meilleur art et les techniques de communication. »

 « L’Amérique est entrée dans l’histoire et dans nos cœurs par l’image; elle a la fibre optique. L’Europe dans l’histoire et nos cerveaux par des écrits; elle a la fibre logique. »

« Dieu n’est peut-être pas américain, mais il n’est pas non plus anti-américain, à en juger par une providentielle histoire des appareils de captation visuelle qui a fait rayonner dans le monde entier via des médias multiplicateurs, l’épopée de l’espace, terrestre, aérienne, spatiale. »

« L’Europe vante à bon droit les Lumières, rayonnement typographique de portée limitée, à des lecteurs. Les Etats-Unis ont choisi de prendre la lumière pour la renvoyer aux quatre coins du monde. »

« Commençons par la bonne humeur, si enviable. Dans la contrée où « tout est possible et tout est plus grand », l’optimisme est de fondation. Pour maintes raisons, dont la première est qu’il y a de l’espace, ce qui protège du tragique, lequel prospère dans un huis clos, si possible sans vasistas. »

(…) Une économie, aujourd’hui, de services et de consommation, qui a plus besoin du sourire de la vendeuse ou du vendeur que n’en avaient auparavant la production de machines-outils ou les mines de charbon. Le communicant doit se montrer avenant, cordial et engageant, ce qui n’est pas le premier souci du transmetteur ou de l’enseignant. (…) Le facteur ego, propre à une religion qui se passe d’intermédiaire institutionnel pour s’adresser à Dieu, où l’on peut vivre sa foi sans le secours d’un prêtre, a favorisé –c’est l’un de ses plus heureux effets –le sens de la responsabilité individuelle et de l’exploration psychologique. »

« Le djihad a certes ses enthousiastes et ses docteurs qui font des plans sur la comète, en commençant par l’Europe. Le bolchévisme en son temps a eu les siens et ne se cachait pas de vouloir vendre à brève échéance au dernier capitalise la corde pour le pendre (..). Une menace sécuritaire ne constitue pas une offre civilisationnelle crédible, et l’islamisme n’a aucune à proposer. Il peut causer des désordres, non constituer un ordre de rechange. (…)…on cherchera en vain le cyclotron, les brevets industriels, le sex appeal, la découverte scientifique, les films, les ingénieurs, un modèle économique original, un élément de confort domestique, une beauté insolite; bref un nouvel aménagement de la vie. »

L'Amérique est entrée dans ma vie par la France. Ceci est le télégramme (ce moyen de communication existe-t-il encore?) qui a tout déclenché, il y a 27 ans jour pour jour.. livre, Régis Debray, civilisation, Amérique, extraitsCe précieux bout de papier m'informe que je suis invitée par l'Université d'été de Nice (cours, hébergement et restauration à sa charge), et que la brochure et la lettre officielle ont été envoyées par la Direction à mon adresse. Le courrier en question n'arrivait toujours pas, et comme je m'en doutais, il était 'retenu' à la Poste par la censure habituelle des Services roumains.. J'y suis allée, personne ne savait rien, bien entendu. Quand j'ai dit que j'enverrais un télégramme en France, ils ont retrouvé le courrier...Les étapes se sont enchaînées, avec le coup de pouce de l'Histoire. 

23/04/2017

Deux semaines en Roumanie

DSC_3235.JPG
(Photo -Les câbles, Roumanie)
Carmen Lopez feeling sad.
17 hrs ·
J'ai traversé beaucoup de frontières, en Europe et aux Etats-Unis, et le plus souvent, j'ai emporté mon petit ordinateur. Je le sortais, le déposais sur le plateau à bagages, il passait aux rayons X, je le récupérais sans problème. Comme tout le monde, j'imagine. Enfin, presque comme tout le monde..Car, sur l'aéroport Henri Coanda, à Bucarest, au contrôle, une employée l'a ouvert et a passé un chiffon ou quelque chose sur l'écran et le clavier, en disant ces mots mystérieux: "pour plus de sûreté". Ce matin, j'ai constaté que le petit ordinateur était malade: l'écran avait changé de couleur, il tremblait, l'image dansait et se superposait.. J'ignore quel procédé "de sécurité" ont employé les services de contrôle sur l'aéroport de Bucarest, mais ce geste, que je n'ai rencontré nulle part ailleurs, a dû endommager l'écran de mon ordinateur. Heureusement pour moi, j'ai un écran d'appoint que j'ai branché à l'ordinateur, mais je ne pourrais l'utiliser que sur place.. Il paraît qu'à l'aéroport de Bucarest il n'y a pas assez de personnel (il est facile de comprendre ce que cela entraîne..). Cet incident me confirme que moins on est compétent dans un domaine, plus on fait du zèle...

Quelques photos avec mes commentaires sur Facebook, plus loin. Je n'ai plus la force d'écrire une note.. C'est assez terrible, la Roumanie.. Cela dit, quoi qu'il soit difficile de se sentir bien quelque part.., je préfère vivre en France, en espérant ne pas me retrouver au mauvais endroit, au mauvais moment, lors d'un attentat..

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1015463284140...

et sur le photoblog : http://myshots.hautetfort.com/archive/2017/04/index.html 

 

 

03/04/2017

Les ennemis..

DSC_2795.JPG

(Mes photos: Nice)

Un post sur Facebook rappelle que ce 3 avril est une date anniversaire que les Roumains ne devraient jamais oublier (« Aide-mémoire 3 avril 1950») et envoie à un article publié sur le site historia.ro (« L’utilisation de la législation comme instrument de répression dans la Roumanie communiste »).

Le 3 avril 1950 fut émis l’Ordre n°100 relatif à la lutte « contre l’ennemi de classe », Ordre qui définissait « les catégories de citoyens » susceptibles de faire l’objet de poursuites de la part de la Securitate afin d’être envoyés dans des unités de travail :

1) Tous ceux qui lancent ou répandent des rumeurs tendancieuses et ennemies, qui écoutent et partagent la propagande immorale des postes de radios impérialistes.

2) Tous ceux qui profèrent des injures à l’encontre du Parti des Travailleurs Roumains, de ses dirigeants, de son Gouvernement, de l’Union Soviétique et de ses dirigeants, et des pays démocratiques et populaires.

3) Tous les citoyens roumains qui entretiennent des relations d’amitié avec les légations impérialistes, qui ont fréquenté ou fréquentent les bibliothèques, les concerts, et en général, les manifestations de propagande des légations impérialistes, ainsi que tous ceux qui ont des relations avec les familles des fonctionnaires des ambassades impérialistes.

La Décision du Conseil des Ministres n°1554 de 1952 stipulait : « Art.1. Compte tenu de la résistance toujours plus active des éléments ennemis, et du fait que ceux-ci continuent à saboter de manière systématique les mesures du Gouvernement et du Parti prises en vue du renforcement de la dictature du prolétariat et de l’édification réussie du socialisme ; afin de faciliter la surveillance de l’activité de ces ennemis étrangers à la classe ouvrière, et afin de les attirer vers un travail d’utilité sociale tout en les éloignant des centres vitaux de la société, il a été décidé qu’une mesure exceptionnelle et provisoire sera prise consistant en l’internement administratif pour travail obligatoire. Elle concerne: 1) les colonies de travail ; 2) le domicile obligatoire ; 3) les bataillons de travail. »

Je n’étais pas née à l’époque de ces deux actes du gouvernement communiste, mais j’ai eu tout le temps pour connaître la suite, les effets qui ont perduré et qui ont détruit des vies. A la fin des années ’80, on fabriquait encore des listes de personnes suspectées d’entretenir, sous une forme ou sous une autre, des « relations » avec l’Occident. Dans le lycée où j'enseignais, la secrétaire du parti communiste m’avait chuchoté que mon nom figurait aussi: je fréquentais la Bibliothèque française de Bucarest..Parmi les plus de cinq cents notes que contient ce blog, j’ai dû en écrire plusieurs sur le sujet, puisque mon propre chemin a été marqué par les paroles d’un ancien agent de la Securitate, converti en conseil juridique au Rectorat, après ‘90: « Vous êtes un ennemi du peuple » (il n’avait pas utilisé le féminin..). C’était en 1995, et je revenais de Nice, titulaire d’un Doctorat français de littérature, erreur impardonnable.. 

 
 

15/03/2017

Relecture


DSC_3045.JPG(Mes photos- Paris au mois de mars)

Il m’arrive, plutôt rarement, d’être d’humeur Cioran. Quand je suis venue à Nice à l'Université d'été, en 1990, j'ai emporté dans mes bagages Sur les cimes du désespoir. Bien entendu, je ne l'ai pas ouvert, j'avais tout le temps à mon retour.. En octobre 2005 j’ai trouvé Ebauches de vertige chez Virgin, et, comme toujours lorsque je m’offre un livre, j’ai noté sur la page de garde quelques mots disant qu'il n'était pas recommandé de fréquenter assidûment l'auteur, car gris foncé, presque noir, même si parfois cela pouvait aider à maintenir une certaine distance envers ce qui compte ici-bas. Si je suis d’humeur Cioran aujourd'hui, ce n'est pas pour des raisons hautement philosophiques, mais simplement sociales, et ces réflexions-ci m’ont parlé plus que d’autres (avec une préférence pour l'axiome qui dit ce qu’il faut pour qu’une nation compte..). 

Lire la suite