Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2011

Money

"All that we see or seem Is but a dream within a dream" (Edgar Allan Poe). Donc, y compris l'argent. On le sait à un niveau philosophique ou métaphysique, encore faudrait-il pouvoir s'y maintenir tout le temps, au lieu d'avancer la tête baissée, en grattant la terre (la célèbre image appartenant à un philosophe...grec). Le rêve de cette réalité est un rêve de guerre, dont le nerf est l'argent. On pousse un ouf de soulagement le lendemain de l'accord arraché par les dirigeants de la zone euro pour secourir la Grèce, c'est-à-dire pour réaménager sa dette, en impliquant le secteur privé et le fonds de stabilité. D'après certains, il aurait fallu créer une une sorte de fonds monétaire, une agence européenne pour emprunter. A vrai dire, parmi tant d'agences européennes, une de plus.. L'Europe vient de montrer à ce sujet aussi son efficacité politique, mais on n'a rien de mieux sous la main.. Ce sont toujours des mesures de rafistolage, salutaires, bien sûr, courageuses, si l'on veut. Il apparaît aussi qu'à quelque chose malheur est bon, comme toujours, du moment qu'il y la possibilité de spéculer sur la dette - je ne comprends pas comment, puisque je ne possède pas de "compétences dures" -comptabilité, finances-, or les "compétences douces" ne servent pas à grand chose, sinon à supporter (=to support) simplement la vie. On attend en même temps l'autre acte, outre Atlantique, car si les Républicains ne votent pas pour la majoration de la limite de la dette, le monde connaîtra un "Armagedon financier", comme écrit capital.ro. Bien entendu, tout le village planétaire est concerné, puisque c'est le principe du domino, çà, tout le monde comprend, mais tout le monde n'est pas affecté de la même façon. Prenons la Corne de l'Afrique. Prenons ensuite l'investisseur américain Soros qui intrigue par sa décision de garder cash 75% des actifs de Quintum Endowment Fund, c'est-à-dire 20 milliards de dollars, ou bien l'héritière de l'Oréal, cette brave dame (elle a plus de trente ans que moi, est-ce que j'arriverai, moi, à cet âge-là? et comment?...) qui doit la chic somme de 30 milliards d'euros au fisc français -"la milliardaire sous-évaluait la quasi totalité de ses biens immobiliers pour minorer son ISF". D'ailleurs, on voit bien qu'en Grèce ni les armateurs, ni l'église orthodoxe (les plus riches) ne payaient d'impôts. Entre ces extrêmes, disons qu'il existe une infinité de cas de figure. Le clochard alcoolo (français), en bas de mon immeuble, demande carrément 1 euro, au moins, lui, il est précis (il m'a dit un jour que j'étais une belle femme, et je ne lui ai rien donné, pourtant), tandis que les roms roumains demandent toujours "une pièce, s'il vous plaît, pour manger". A chacun son évaluation financière. Quant au dernier événement qui a disons, choqué le monde démocratique, les écoutes téléphoniques en GB pour le compte des tabloïdes (des milliards et des milliards), c'en est un parce que des révélations ont été faites, sinon, pas de scandale, pensons aux intérêts d'Etat ou autre.., les écoutes sont toujours pratiquées, mais il faut préserver l'idéal démocratique, quand même..
 
C'est dans ces situations que la philosophie sert, enfin, elle sert toujours, surtout celle des Stoïciens, elle est radicale, vous met sur pied comme la prednisolone en cas de rhinopharyngite (j'attends justement son effet): "Passons maintenant à ce qui est la plus grande source des misères de l'homme, la richesse. Car, si l'on compare tous les autres sujets de tourment, la mort, la maladie, la crainte, les désirs, l'épreuve de la douleur et de la fatigue, avec ceux qu'occasionne pour nous notre maudit argent, c'est de son côté que penchera, et de beaucoup, la balance. Aussi, fait-il remarquer combien la peine de n'en pas avoir est plus légère que celle de le perdre (...) On se trompe si l'on croit que les riches supportent les pertes d'argent avec plus de courage: que le corps soit très grand ou très petit, la douleur d'une blessure est la même. (...) Mais, je l'ai dit, il est plus supportable et plus simple de ne pas acquérir que de perdre; aussi verra-t-on ceux que n'a pas favorisés la fortune plus joyeux que que ceux qu'elle a abandonnés" (Sénèque, De la tranquillité de l'âme).
 
 Je choisis la chanson d'Abba par nostalgie aussi, car je me souviens avoir vu leur film musical au cinéma "Patria" à Bucarest, il y a trente ans, je portais Claudiu depuis quatre mois, et c'est bien à ce moment précis qu'il avait bougé pour la première fois, la musique lui a plu, sûrement..Abba - Money, Money, Money
 
 
Update. Oslo. So, terrorists could have blue eyes.
 

04/07/2011

Independence Day

Nous ne verrons pas ensemble ce soir des feux d'artifices dans Greenville.. Je vous envoie ces fleurs de lotus toutes fraîches (elles étaient en train d'éclore sous mes yeux, à Valrose- j'étais le témoin émerveillé du principe végétal en mouvement). Et une chanson (country and Cash):003.jpg
podcast

25/06/2011

C'est l'été

Enfin, j'ai fini la rédaction du cours que propose CEFRO pour les  prochaines sessions 2011/12 sur le développement des compétences émotionnelles dans le monde du travail -j'y ai mis presque trois mois..Je respire un peu, et je crois que j'irai à la plage, je ne suis pas encore allée. Pas d'autres projets de vacances en vue, sauf miracle, mais après tout, je vis dans un endroit où l'on vient passer ses vacances, donc, je n'ai qu'à me reprogrammer dans ma tête. La petite famille américaine a des priorités domestiques, et pendant ses brèves vacances, elle ira à Charleston, elle ne survolera pas l'Atlantique cet été, et moi non plus..L'été prochain, c'est loin, mais on se dit que l'on pourra compter sur trois semaines de vacances, ce qui, pour des Américains, c'est presque un excès..

La Roumanie va normalement, état stationnaire, et comme j'y ai fait un voyage il y a deux mois à peine, je ne suis pas pressée de retourner dans l'immédiat. J'allume l'ordinateur et c'est comme si j'y étais lorsque je parcours les breaking news. La Grèce, qui est dans le brasier, est inquiétante parce qu'elle fait partie de la zone euro, sinon, d'autres en dehors de la zone euro ont les mêmes pratiques  (sans doute en pire) depuis des années, seulement, cela ne présente aucun intérêt pour les instances européennes/mondiales qui paniquent aujourd'hui..

Ce climat crée un écran derrière lequel la Roumanie se sent heureusement oubliée (d'ailleurs, elle adore ça: regardez les autres!). Elle fait l'autruche, elle ne veut pas voir non plus ces indignés-là ailleurs, qui de toute façon font preuve d'un niveau de conscience civique, politique, qu'elle n'est pas prête à atteindre - ce n'est pas dans ses gènes. Elle se débrouille, bien sûr, elle est lucide, critique, mais s'arrange toujours. On verra tous et on se réjouira, n'est-ce pas, elle va entrer très prochainement dans l'espace Schengen, les Eurocrates semblent avoir apprécié les coups de filet dans les douanes roumaines. Encore quelques petits efforts bien médiatisés, quelques rapports, quelques entrevues à haut niveau, et on y est. Et le bouclier antimissile? Eh bien, il sera là, dans le département de Dolj. Entre temps, pourquoi ne pas lancer un projet de réorganisation territoriale-administrative (réduire les départements à 8 grandes régions.. on peut supposer ce que cela représente pour une administration qui était déjà chaotique, car tout serait à défaire et à refaire: les fiefs locaux, les emplois, les alliances politiques..). Mais qui joue si bien au poker avec nous? Ou plutôt, qui nous joue si bien au poker?

Update Juin, 27. C'est le jour anniversaire de ma Thèse -j'ignorais qu'elle allait jouer un rôle de rempart pour moi en France..vous voyez ce que je veux dire, ou peut-être pas..(je l'ai écrit dans la Liste -documents- où j'ai publié la page du fichier central). Je le marque chaque année, à ma manière: par exemple, je descends mon exemplaire de thèse de son étagère, et je l'ouvre au hasard (aujourd'hui, c'était la page 198: "L'important dans l'existence n'est pas de trouver quelque chose, mais d'avoir quelque chose à chercher" (là, je reconnais, je suis comblée..). Et je m'offre toujours une glace au fruit de la passion..

11/06/2011

"Toutes les sociétés sont mauvaises, mais il y a des degrés"

Cioran, bien sûr.

L'actualité de ces dernières semaines a préféré se placer sous le signe de l'éthique, et comme je ne vis pas en Roumanie, mais en France, j'ai suivi (avec la distance de mon statut, quelle chance, en définitive..) les débats ultérieurs à l'affaire-pilote concernant l'ex-Directeur du FMI. Je dis "affaire-pilote", comme je dirais "projet-pilote", puisque d'un coup, les tabous courtois ont commencé à être ébranlés, et des associations, des femmes, des journalistes se sont lancés.. Une partie, cela s'entend. Mais, on est en France, et l'important, c'est de proposer le débat, de le nourrir, de l'élever, de lui conférer la dignité qui lui convient, justement, car on est en France.. D'autres affaires ont trouvé l'occasion de sortir de la discrétion (dite culturelle) dont on les entourait d'habitude.
Je me souviens que l'amour courtois n'a jamais existé en réalité, mais uniquement au niveau du discours. Il n'a représenté qu'un effort particulier de dépassement, dans une époque aux moeurs très violentes.
Donc, pour revenir à notre temps, à quelque chose débat est bon, à une condition: qu'il soit sincère, nettoyé des scories de l'arrogance et de l'orgueil. Difficile...A moins que l'on ne s'exerce à ce genre de discours jusqu'à le croire. D'autres le font, voyons, les larmes aux yeux, ils demandent pardon à la société, aux proches..Cela ne suffit pas, bien évidemment, et je le dis au pasage, j'espère que la vraie victime de cette affaire qui vient de bouleverser la France seulement parce qu'elle s'est passée là où elle ne devait pas se passer, aux US- donc, que la femme (pas l'ex-Directeur, qui n'est victime que de lui-même) recevra des dédommagements. Ils n'effaceront rien, mais ils aideront sa vie à continuer.
 
C'est un beau samedi ensoleillé, je décide de faire un saut à Antibes, 20 minutes en train, je crois que cela fait un an depuis que je n'y suis plus allée. Le dimanche, c'est rendez-vous avec la petite famille américaine par webcam - voilà le gros avantage des expatriés du XXIe. Je prends des photos, quelques angles, peut-être nouveaux, peut-être les mêmes, mais un moment différent, et je m'y inclus (http://myshots.hautetfort.com -cliquer toujours sur photo précédente).