Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2005

Persévérez, Monsieur le Premier-Ministre!

Le Premier-Ministre roumain Tariceanu renonce à donner sa démission. De retour de Bruxelles, où il s'est entretenu avec le Commissaire à l'Elargissement, il déclare que les réformes se poursuivent en vue de l'adhésion de la Roumanie en Janvier 2007.
La presse roumaine brosse le tableau de la crise politique à Bucarest (car il est bien question de cela): "Tariceanu renonce à démissionner et crée le chaos dans l'Alliance", "On a raté une bonne occasion pour organiser des élections anticipées et obtenir une majorité au parlement qui aurait permis de poursuivre les réformes", etc.

Il semble que la logique l'ait emporté sur le ridicule, bien que ce dernier ait fait des efforts pour s'imposer: le Premier-Ministre est revenu sur sa décision trois fois, en l'espace de deux semaines. C'est la Roumanie, aux portes de l'Orient aussi: politiquement, on s'aime, on se déteste, on décide, on se ravise, finalement on se tend la main pour des raisons d'intégration et d'inondations.

Décidément, notre pays ne produit pas de personnalités qui soient suffisamment à même de le sortir du bourbier.
De toute manière, on n'abandonne pas, Monsieur le Premier-Ministre, vous saviez bien que vos tâches ne seraient pas faciles!...

Carmen Lopez

19/07/2005

TVA/sinistres

"La TVA perçue pour les sommes données par les citoyens par des appels téléphoniques, les taxes payées pour les maisons construites pour les sinistrés, ainsi que l'imposition des donnations faites par les compagnies ont provoqué le mécontentement de tous ceux qui souhaitent tendre la main aux dizaines de milliers de Roumains affectés par les innondations. Le Ministère des Finances s'est vite replié, déclarant qu'il n'est pas nécessaire de collecter la TVA pour des appels téléphoniques enregistrés. Le patronat réuni dans l'UGIR -1903 a même demandé la modification du Code Fiscal, afin que les donnations ne fassent pas l'objet de taxation et d'impôsition." (d'après La Roumanie Libre)

Question ouverte: Si en Europe les donnations effectuées en cas de sinistre (calamités, etc) sont taxées.

14/07/2005

Le 14 Juillet pour moi -petits gestes

La matinée ensoleillée me pousse vers la plage. Je ne regarde pas à la télévision le défilé sur les Champs -Elysées. Après deux heures sur les galets, en face du Casino Ruhl, j'enroule autour de ma taille le pareo rouge et jaune et je monte sur la Promenade des Anglais, pour voir le défilé des divisions niçoises. C'est beau et mes petites mains, habituées à taper furieusement sur le clavier de l'ordinateur toute la journée, se reposent maintenant en applaudissant. J'aime particulièrement les sapeurs-pompiers français - je les ai vus directement en action lorsqu'ils étaient intervenus plusieurs fois pour des incendies dans l'immeuble où j'habite -dans un quartier chaud et cosmopolite, près de la gare.
J'aime aussi les gendarmes français -ils m'ont été d'un réel secours trois fois, contre les violences de Lopez, il y a sept ans. J'aime aussi les beaux chars de la Kfor qui donnent le sentiment de sécurité -car, malheureusement, ce ne sont pas (encore) les fleurs ou les slogans pacifiques généreux qui arrêteront les forces aveugles de l'irrationnel.
En rentrant, je me prépare un petit repas disons festif: une boîte de champignons (que je cuisine en deux minutes avec un peu d'ail, d'oignon, de fines herbes), deux tranches de jambon, un sorbet aux fruits exotiques, un peu de vin rouge ("du pays de l'Aude" , à 1,38 euros, une bouteille convenable et que je peux surtout ouvrir sans un tire-bouchon...).
J'allume un cierge et j'observe les 2 minutes de silence devant mon téléviseur. A 13h20, j'écoute avec attention l'intervention du Président (en m'efforçant de mâcher lentement...).
Ce soir, je ferai un tour sur la Promenade pour voir les feux d'artifices.
C'est étrange, mais la vérité est que je n'ai jamais vu les feux d'artifices en Roumanie, tout comme je n'ai jamais été là-bas pour notre fête nationale, le 1er Décembre. Je l'ai toujours marquée ici, en France, par de petites choses symboliques: je m'offrais un gâteau ou j'appelais en Roumanie, chez mon père et je lui disais de remplir une coupe de champagne pour moi aussi...Pareil, il y a dix jours, pour Independence Day j'ai envoyé une carte électronique à mon cher tout récent immigré aux US et à sa nouvelle famille, et je me suis arrêtée au café bar chez "Virgin" pour une american pastry et un café frappé.
J'habite un triangle affectif: Roumanie-France-US, mais, en fait, je me rends compte que c'est bien plus que cela. C'est un espace de travail que je souhaite et que je suis en train de poser.
Mon fils m'écrit dans son dernier e-mail qu'il a trouvé un emploi dans une compagnie française, mais qui n'a de français que le nom. J'espère qu'il pourra m'acheter sur Internet un aller-retour Nice-Bucarest pour cet été. J'aimerais tant que ce soit moi qui l'aide, et non pas lui, qui vient d'entrer dans la vie, mais je n'y peux vraiment rien.
Sois positive, Carmen! C'est le 14 Juillet!

08/07/2005

Aveu d'impuissance

Le Premier-ministre roumain Tariceanu vient de donner sa démission suite au rejet par la Cour Constitutionnelle d'un nombre d'articles proposés dans le cadre de la réforme de la justice en Roumanie. "Il faut retourner à l'électorat. C'est le vote populaire qui décidera si la Roumanie souhaite continuer ou si elle veut que nous maintenions le même système pourri, une Cour Constitutionnelle dominée par l'ancien parti de gouvernement qui essaie par tous les moyens de défendre ses privilèges. Il est clair que l'intention est de conserver les privilèges existant à ce jour dans la justice. Les procédures ne peuvent pas continuer, nous ne pouvons plus parler d'une réforme de la justice, mais de tout autre chose, un simulacre de réforme, auquel nous ne sommes pas disposés à participer" (aujourd'hui, dans la presse roumaine). Le Président roumain Basescu s'efforce d'atténuer la crise politique, en affirmant que les élections anticipées n'auront pas d'impact sur l'adhésion européenne en 2007.

Voilà ce qui est terrible en Roumanie: en 2000, l'ex-Président Emil Constantinescu (l'Alliance démocratique, qui avait essayé de gouverner pendant 4 ans) s'était publiquement déclaré vaincu par la Securitate et a refusé de se représenter.
En 2005, le gouvernement libéral gangant il y a quelques mois démissionne, en reconnaissant le même échec face à une corruption institutionnelle qui rend apparemment impossibles les réformes exigées par la prochaine intégration européenne.
Je crois que repousser l'adhésion de la Roumanie d'un an, donc 2008, au lieu de 2007, n'aurait d'autre mérite que celui de démontrer que les instances européennes ont sanctionné le non-aboutissement des réformes exigées.
Aucun système pourri ne s'assainit en une année, et cela nulle part. Donc, ce serait plus logique et moins ridicule si la Roumanie parvenait à respecter la date arrêtée pour ce dernier élargissement. Mais certains disent que nos autorités savaient déjà que le pays n'intégrerait pas l'UE avant 2008 ou même 2009. Je me souviens qu'un multimillionnaire (en $) roumain, homme d'affaires très emblématique (qui vit sur la Côte) déclarait l'année dernière pour un journal que le mieux pour la Roumanie serait une adhésion vers 2012. On comprend trop bien pourquoi pour certains milieux d'affaires il est préférable que cette adhésion se passe le plus tard possible. Ils ont tout fait pour que le pays en arrive là, jusqu'à cette crise sans précédent, que les autorités ne savent pas comment gérer (techniquement, déjà!).

Quelqu'un sur un forum a rapproché, dans un style très virulent et assez cru, les événements de la journée d'hier. En gros: telle qu'elle se présente à ce jour, la Roumanie est un terrain propice pour les circuits mafieux et terroristes (on l'a vu récemment avec l'histoire des otages), et il ne serait pas étonnant si le recrutement et l'endoctrinement s'en suivaient.
Je ne pense pas que ce soit une exagération.

Carmen Lopez