Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2014

Les enjeux des élections européennes pour la Roumanie

élections européennes, enjeux, Traité libre échange, extrémisme, xénophobie, anti américanisme, Roumanie

Update 25. Le FN en France réussit à l'emporter haut la main: 25% (28,8% dans la région où j'habite..). Première tâche qu'il se propose: "former un groupe au PE et bloquer le TTIP", affirme l'un de ses dirigeants. "La France étonne le monde", continue-t-il avec fierté nationale, et j'écoute paralysée ce discours, même si je m'attendais à la victoire du FN, bien sûr.  

                                     ***

(Mes photos: Carrousel jardin Albert 1er à Nice)

 

 

Vue de France, où je m'efforce de vivre et de travailler depuis bientôt 22 ans, et où je vote avec ce qu'il me reste de conviction (aux municipales et aux européennes..), l'analyse de mon compatriote journaliste à propos des prochaines élections (l'importance pour la Roumanie, la relation avec les US, la relation avec la Russie, la montée de l'extrémisme et de la xénophobie en Europe) me paraît juste. Quelques extraits plus loin.

 

Lire la suite

25/04/2014

Voyage

Je viens de rentrer de Roumanie, où je suis restée dix jours (quelques photos dans l'album sur ce blog, et dans le photoblog). A l'aller, comme au retour, mon voyage a dû se plier à la loi du chaos organisé qui gouverne les transports dans mon pays aux beaux paysages encore intacts (car difficiles d'accès..). Les horaires que j'avais consultés sur le site officiel s'étaient révélés inexistants (j'arrive de l'aéroport à la Gare du nord, et au guichet j'apprends que le train en question ne circule pas, et qu'il existe plusieurs sites, et que je n'avais pas regardé le bon, car il y a des trains privés..(!). A la fin de mon court séjour, dans le train pour Bucarest, la cerise sur le gâteau. Une grève originale, apparemment annoncée la veille aux infos du soir (et que je n'avais pas regardées, mais ça revenait au même): tous les trains arrêtés sur les rails, pendant deux heures.

 

Ce n'est pas facile de comprendre le pourquoi et le comment quand il s'agit des transports en Roumanie (c'est le domaine du Ministère des Transports et de l'Infrastructure), mais j'ai quand même compris deux-trois choses.

La société nationale des chemins de fer se privatise, après avoir été partagée en plusieurs sections qui fonctionnent indépendamment, et donc c'est l'Infrastructure qui a décidé la grève, et non pas les Transports, qui eux, étaient contre, c'est-à-dire les syndicats, qui sont plusieurs et ne tombent pas d'accord...En fait, il  s'agit d'un système complexe (le terme neutre pour 'mafieux'), avec des enjeux financiers et politiques énormes. A un moment donné, j'ai pensé à l'article auquel j'envoyais dans une note précédente, sur l'antipathie comme méthode de management, à propos de la Poste, en France. Tactique similaire en Roumanie, l'objectif étant d'accélérer le processus de 'privatisation': on réduit la vitesse des trains, par conséquent ceux-ci perdent de leurs passagers, la ligne est déclarée inopérante, et donc vendue. Les compagnies privées proviennent de la compagnie nationale, ont leurs trains (les anciens trains locaux repeints) et louent les rails..Ce qui surprend toujours (et ça ne devrait plus), c'est la passivité des gens. Ils haussent les épaules, en lâchant l'invariable "c'est le pays", calqué sur "c'est la vie". Mais non, mais non. Consolation: le rapport de Transparency sur la corruption des institutions européennes.. Je suis revenue à Nice avec un refrain que j'entendais à la radio sur Europa FM -ce sera la chanson de ce voyage :http://youtu.be/ogeuinHxlqw

transports, Roumanie, privatisation, corruption, institutions ue

transports, Roumanie, privatisation, corruption, institutions ue

13/04/2014

Avril '14

Instructive, cette vidéo avec son message que les gouvernements doivent impérativement faire quelque chose..J'y ajouterais une observation lue récemment dans l'étude d'un psychologue américain: "les personnes riches et éduquées jouissent d'une meilleure santé que les personnes pauvres". C'est profond et surtout inattendu...

(Mes photos: Oeuf en chocolat noir 98,3%)

inégalité,video,ocde,photos

01/04/2014

Derrière les chiffres

statistiques,eurostat,romania libera,merkel,honoris causa(Photo partagée: Charleston, SC)

 

Qu'est-ce que j'entends aujourd'hui aux informations sur une chaîne en clair? "Un immigré devenu premier-ministre". C'est-à-dire, l'équivalent français (enfin!) du "premier président américain noir"! Il ne faudrait pas se tromper de sens dans la lecture, il s'agit bien là de fierté: la démocratie se contemple et s'admire, car la diversité est en marche! Si cela continue, je parie que dans une prochaine vie moi aussi, Roumaine, je deviendrai, que sais-je...? 

 

Mais je voulais écrire quelques lignes sur des données liées à la croissance européenne intelligente jusqu'en 2020, et publiées dans ce document. A mon grand regret, il me faut reconnaître que la statistique est loin de faire partie de mes compétences. Je me souviens que, lorsqu'il préparait à Nice sa future étape au Collège de Charleston, mon fils avait remporté à une épreuve en statistique le formidable résultat de 100/100, avec les félicitations du professeur, ravi, lui aussi. Et il m'avait dit, avec son beau sourire où se mêlaient la satisfaction et la modestie: "Tu sais, la statistique est quelque chose de fascinant". Je le crois. Si je me suis penchée sur ce document avec la meilleure attention que je puisse accorder aux pourcentages, c'est parce que au départ, j'ai été intriguée par le titre paru dans un quotidien roumain qui lisait le même document. Car, vous avez beau parcourir des colonnes de chiffres, encore faut-il les interpréter. Or, tout est là, dans ce que l'on fait dire aux chiffres, et en général cette lecture revient à un exercice qui n'a pas grand chose à voir avec la science, la méthode, la technique statistique. On n'est pas dans l'ambiguïté du discours poétique non plus, mais dans la rhétorique politique. Exemples plus que banals: le nombre de chômeurs, les offres d'emploi, l'énergie économisée si on coupe l'électricité pendant 5 minutes, le nombre de tués, le nombre de malades, le nombre de guéris, les 5000 milliards d'évasion fiscale dans le monde, etc.

 

Le quotidien titre ainsi: "Le profil statistique du Roumain dans l'UE: un pauvre bien éduqué et ayant une faible espérance de vie". Déjà, vu de France, c'est peut-être plus chic d'être pauvre et bien éduqué (à condition de regarder avec un seul oeil, de préférence le gauche). Mais c'est l'espérance de vie qui inquiète: 71,1 ans pour les hommes (70,9 ans chez les Bulgares). Le PIB roumain est presque le plus faible d'Europe: 6200 E (5400 E le PIB bulgare, le dernier), le plus élevé étant, évidemment, celui du Luxembourg 80.700 E. L'Italie aussi a un joli PIB de 25.700 E (dont, je l'ai lu quelque part, 3,5% est fait par la mafia calabraise - 53 milliards en 2013, "plus que Deutsche Bank et McDonald's réunis"). Un chapitre où la Roumanie "va bien" est celui de la dette externe: très faible, 38,9% du PIB, à comparer avec la Grèce 171,8%, le Portugal 128,7%, l'Italie 132,9%. Enfin, un pourcentage avoisinant celui du...Luxembourg, 27,7%. Encore une fois, tout dépend de comment on lit -par exemple, ce que cette dette signifie..

Un autre chapitre où la Roumanie a l'impression d'aller même très bien, c'est le niveau d'éducation. Apparemment, selon les chiffres, c'est le cas: 79,5% d'hommes et 72,4% de femmes ont fait des études secondaires. Je pense que cela va dans la continuation de la période antérieure, les populations de l'Est étant, en effet, mieux scolarisées et formées (la Tchéquie enregistre 94,8%, la Slovaquie 93,5%, la Lituanie 94,5%, l'Estonie 92,3%, la Bulgarie 81%). Néanmoins, lorsqu'on sait que l'étendue de la corruption ne va pas épargner le domaine de l'éducation (nombre de diplômés, nombre d'écoles privées..), on regarde ces chiffres sans grand enthousiasme..

J'apprends que l'Université Polytechnique de Bucarest (UPB) a fait des démarches pour offrir à Madame Merkel le titre de Docteur Honoris Causa, et que la Chancelière l'a refusé. L'actuelle présidente du Sénat à l'UPB, ancienne ministre de l'Education dans un gouvernement précédent, se trouve impliquée dans un scandale de plagiat (pratique courante) dont l'enjeu est de 500.000 E. Elle ne serait pas au courant du refus, mais les journalistes de Romania Libera ont obtenu l'information auprès des représentants de la Chancellerie allemande: "Madame Merkel reçoit de nombreuses demandes, et nous ne commentons pas les motifs pour lesquels elle refuse ou accepte ces titres." Oui, cela fait du bien de pouvoir constater, de temps en temps, que tout ne peut être acheté ou monnayé, partout. 

 Hugh Laurie, Changes