Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2019

"Comment l'Amérique a sauvé l'Allemagne de la famine et du socialisme"

Ceci est l’adaptation d'un article roumain paru le 11 septembre 2016 et republié dans In linie dreapta, lors de la commémoration du 18e anniversaire des attentats de 2001. Clair et et factuel, et il a le mérite de rappeler des faits historiques non interprétables, dans un contexte actuel assez confus.  

"La haine que nous voyons se manifester chez nous à l'égard des États-Unis semble mineure comparée à celle que nous pouvons trouver sur les sites des publications allemandes. Il n'existe pratiquement pas un article sur l'OTAN ou sur les États-Unis, même en ce jour du 11 septembre, sans les centaines de réactions sarcastiques de la part d'utilisateurs ayant des noms allemands.

L'article qui suit raconte comment l'Amérique a sauvé l'Allemagne de la famine et du socialisme, après avoir sauvé d'abord l'Europe du nazisme.

Lire la suite

09/09/2019

Les nouveaux commissaires européens

ce,commissaires européens,quotas,roumanie

(Mes photos- La tombe de mes parents en Roumanie)

 

La Roumanie, par son parti de gouvernement, le Parti social-démocrate, a envoyé deux propositions à la Commission européenne, deux personnages politiques bien connus, qui ont brillé par leur 'intégrité' et par leurs 'compétences', deux des figures les plus représentatives de la classe politique corrompue qui se trouve aux commandes de ce pays: un homme et une femme.  

Il y a quelques jours, la presse nationale écrivait que ces deux propositions avaient été refusées. Dans leur incorrigible naïveté (vous pouvez l’appeler aussi confiance désespérée dans les instances internationales), les Roumains ont osé donc croire qu’un semblant de justice ou de morale serait possible à ce haut niveau : la CE, notre instance européenne, à nous les 26..

Eh bien, non, ils se sont trompés. La nouvelle vient de tomber: Madame la Présidente de la CE, celle qui a été élue de justesse et qui va présider la Commission pendant cinq ans, a annoncé la liste complète des commissaires acceptés, et l’ancienne ministre et députée roumaine y figure. On connaîtra dans quelques heures le portefeuille de chaque commissaire européen - mais quelle importance ?? Que cette femme politique roumaine comme la décrit Wikipédia, et que nous connaissons quand même, soit désignée pour décider d’un domaine européen, quel qu’il soit, c'est un non-sens. La Présidente de la CE a dû choisir entre un homme et une femme, c’est aussi simple que cela, elle n’a pas cherché plus loin, d’ailleurs, chercher quoi ??

"Première femme présidente de la Commission européenne, cette ancienne ministre de la Défense de la chancelière allemande Angela Merkel s'était donné pour objectif d'atteindre la parité dans sa nouvelle équipe", écrit Le Figaro. C'est presque fait, 13 femmes, dont la Roumaine en question, et 14 hommes. Nous n'avons qu'à suivre l'effet des quotas sur l'évolution de la politique globale de notre monde. 

P.S. La commissaire roumaine est proposée pour le portefeuille des Transports..Ce qui ajoute un plus à l'absurde, vu que la Roumanie est le pays européen qui n'a que quelques km d'autoroute, le pays où les routes sont meurtrières, où les trains mettent des heures pour faire 100 km, bref, le pays européen dont l'infrastructure des transports est catastrophique, car vétuste, jamais entretenue, améliorée ou renouvelée..

11/08/2019

Le tableau

tableau, cadre, encadrementtableau, cadre, encadrementElle l’a peint en 1992 et a signé en bas, à droite: « Eu ’92 » (Moi ’92). Parfois, elle mettait son prénom, Silvia. Ma mère, professeur de mathématiques, aimait peindre depuis son adolescence. Après avoir pris sa retraite, elle s’était inscrite à l’Ecole populaire d’art et, au bout de deux-trois années bien remplies, elle a eu un diplôme et a réalisé une petite exposition. Je peux aujourd'hui mieux comprendre combien cela lui permettait de s’extraire d’une réalité chaotique, marécageuse, et surtout d’accepter mon départ. Ses toiles sont des paysages, des fleurs, des reproductions. Quelques unes sont restées dans la famille, elle en a offert d'autres de son vivant. J’ai une tendresse particulière pour « Les coquelicots » de Monet, car elle en a réalisé une jolie copie que j’ai toujours. 

Au milieu des années ’90, après avoir décidé de rester en France (plus exactement après ma Thèse à l'Université de Nice et le contentieux administratif avec le Rectorat de ma ville en Roumanie), je lui ai demandé de me choisir un petit tableau pour l’avoir ici. Et c’est celui-là qu’elle a choisi. C’était assez prémonitoire, les silhouettes floues de ces bateaux naviguant sur les vagues agitées, comme j'allais le constater. Le tableau est resté au mur jusqu’en 2012, lorsque dans mon immeuble niçois (classé mais aussi multiculturel) il est arrivé un gros dégât des eaux de l’étage au-dessus et de la toiture. Le tableau a eu son cadre d’origine décollé. Je l’ai emballé et je l’ai rangé quelque part pour ne plus le voir, témoin et reflet de mon quotidien au gré de l’eau depuis si longtemps..

Maintenant, je viens de le retrouver et j’ai décidé de lui offrir un cadre neuf, bleu, simple et joyeux, qui délimite autrement l’image prophétique. Un cadre qui protège, même si j'ignore comment. Bien sûr, il n’a pas plus de force que n’importe quelle icône ou que n’importe quel totem, ce n’est qu’un morceau de bois peint, tout est dans l’œil et dans l’intention de celui qui regarde, c’est le principe même du symbole : il a la force que vous lui prêtez. Et tout symbole a deux visages. En plus, le faire encadrer m'a coûté 28 euros, exactement l'âge du tableau, exactement l'année de mon entrée en France..

10/06/2019

Les tilleuls

vacances,voyage,europe,coupe du monde féminine,roumanie,france

(Mes photos- Le Vieux Nice)

C’est le temps des tilleuls en fleurs. Leur parfum me transporte au bord du Danube, dans une ville qui est restée figée depuis trois décennies. Je m'y rends de plus en plus rarement, le voyage est long et difficile à cause de la vétusté du réseau ferré, ou de la dangerosité de la route à deux bandes qui vient de Bucarest, et sur laquelle circulent des bolides achetés à l’étranger, mais qui rouleraient normalement sur une autoroute. Or, une autoroute, ça n’existe pas à l’est du pays, à peine si l’on en compte quelques kilomètres entre la capitale et le littoral. Bref, le pays a environ 800 km de réseau, et évidemment un tas de projets (vous trouverez un mélange fait de réel et de virtuel en tapant sur Google, on vous sort même Wikipédia).

Cela fait deux ans que je n’y suis plus retournée, et si les choses allaient déjà très mal la dernière fois, il n’y a aucune raison pour que cela change, donc je me contente du parfum des tilleuls.

J’ai sélectionné dans les Archives quelques notes entre 2009-2017, écrites à chacun de mes retours. Par réflexe professionnel, je perçois mon état d’esprit à travers le récit, forcément il est fluide, il est fait de mémoire, d’appréhension, de colère, d’espoir, car je suis vivante, mais le cadre est inchangé, comme une tombe. « C’est notre moi qui passe… ». Le paysage politique est, lui aussi, couvert de poussière depuis trente ans, et ce que j’écrivais en 2009, est valable en 2019. Oui, irrespirable.

Cet été, mon fils a décidé de revenir en Europe pour deux semaines de vacances, avec sa petite famille (il gardera deux semaines pour l'année, c'est déjà énorme, comme vacances, pour un Américain, mais le temps passe et il a l'ancienneté qui l'y autorise). Néanmoins, plus question d'un autre voyage en Roumanie, comme l'année dernière..Je l'avais prévenu, tout en respectant son désir d'y aller, même si ce n'était que pour trois jours. Ils avaient donc fait un aller-retour, juste pour voir une ville en train de mourir au bord du Danube, et réserver une chambre dans un Bucarest hystérique et chaotique, avant le vol de retour à Nice.. Cet été, ce sera juste Nice, avec un bonus: le match en demi-finale de la Coupe du monde féminine 2019. Claudiu est aussi un arbitre professionnel, et Rowen, 12 ans, joue déjà dans une équipe de soccer. Si la météo n'est pas au-rendez-vous, nous aurons les heures précieuses des retrouvailles sur la Côte d'Azur, et ce spectacle.   

En Roumanie/Printemps 2009

Roumanie, avril 2011

Les enjeux des élections européennes pour la Roumanie (2014)

Elections Roumanie (2014)

La Roumanie irrespirable (2017)