Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2013

La démocratie, en travaux "sine die"

003 (8).jpg Update. 8 octobre. Avec les millions/milliards siphonnés aux fonds UE ("affectés ailleurs", comme disent les officiels pudiquement), on pourrait mettre en place un minimum de dispositifs dignes de l'espèce humaine, afin d'assurer un minimum de reconnaissance à des êtres humains qui essaient d'échapper à leur enfer au risque assumé de trouver un autre (récemment, la tragédie  Lampedusa). On tire sur Frontex, par exemple, dont on apprend qu'il a un budget équivalent à je ne sais quel département français..Enfin..

                                                                * *

Ce blog s'intéresse à la Roumanie, à l'Europe, aux States. Cela fait déjà beaucoup, comme horizon, n'est-ce pas...Bien sûr, je suis parfaitement au courant des informations venues d'ailleurs, parce que le monde est ouvert et interconnecté, je les intègre à ma réflexion, mais je ne pense pas souhaiter me pencher sur celles-là, en particulier. Comme je ne suis pas journaliste, et que je n'écris pas non plus sur commande, mes choix sont toujours authentiques, je me sens concernée, ou touchée, ou révoltée. D'ailleurs, on peut voir, via les archives, que les aspects récurrents dont je parle dans mes notes n'ont pas vraiment évolué. Ce qui fait une bonne radiographie, sans aucune prétention, bien entendu, mais disons juste un effet de persévérance et de fidélité. 

Je viens donc de lire sur capital.ro que les fonds UE dérobés chaque année s'élèvent à 500 millions d'euros, mais que selon un fonctionnaire de la commission européenne, le montant réel serait de l'ordre de plusieurs milliards d'euros. D'où l'initiative de mettre en place un Bureau (un nouveau...) du Procureur Public Européen (EPPO) ayant le rôle de dépister ceux qui volent les fonds européens (opérationnel dès 2015). Cette structure (sans doute redondante, mais si un dispositif de plus peut enrayer la fraude, pourquoi pas?) sera formée de procureurs et d'adjoints des pays membres, et aura également une représentation locale, dans laquelle les procureurs seront nommés par les gouvernements nationaux (quand on sait comment cela se passe concrètement au niveau du cercle justice-affaires de corruption-politisation...). Les autorités nationales ont de faibles résultats dans le suivi des pistes fournies par l'OLAF (c'est l'organisation européenne qui, en termes d'efficacité, fait penser à l'ONU), à savoir: "il n'y a pas d'uniformité dans les pays membres concernant la capacité et la volonté de gérer efficacement ce genre d'infractions". En clair, les uns volent mieux/davantage que les autres, et ces milliards d'euros qui partent en fumée chaque année doivent bien être engloutis quelque part, encore faut-il trouver où... 

Dans l'étude du Think-tank britannique Demos Measuring democracy in the EU (gratuitement téléchargeable) on apprend (au cas où on l'ignorait) que la Roumanie et la Bulgarie enregistrent le plus de retard à plusieurs indicateurs qui mesurent la démocratie en Europe. Par exemple, dans "Démocratie procédurale et fonctionnelle", à l'indicateur "Contrôle de la corruption", la Roumanie occupe la 27 e place, tout comme à l'indicateur "Présence électorale" (devancée par la Bulgarie). Dernière place également à l'indicateur "Intolérance envers une direction autoritaire civile ou militaire ", qui me semble pouvoir se corréler avec la 26 e place à l'indicateur "Citoyenneté active" ("Participation aux protestations") et la 20 e place pour "l'Implication civique". En tout cas, on est d'accord que le progrès est lent, et que les aspects de la régression de la démocratie sont difficiles et complexes. 

 Sur le même sujet inépuisable, j'écrivais en 2008 (Les fonds II et Les fonds IV)  et en 2012, l'année de la dernière crise politique en Roumanie. Pour le contexte, je vais répéter le choix de cette vidéo: http://youtu.be/kR2wfLyT-b0 

P-S. Je constate de nouveau qu'il y a des pubs dessus, je n'y suis pour rien (je l'ai écrit aussi sur le photoblog où je mets parfois une chanson), et j'ignore complètement qui fait quoi dans cette histoire de vente, ou quel en est le mécanisme. Des techniques vraiment agressives (vous êtes obligés de regarder et d'écouter la pub avant d'accéder à la vidéo, car on ne peut plus suspendre la pub), on gagne sur votre dos -sur vos données, sur votre espace, sur vos choix, etc..., sans aucun avertissement. Assez sauvage, comme marketing, à une époque où l'on ne parle que d'éthique.. 

03/04/2013

Le jeu démocratique

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/04/03/mediapart-sur-l-affaire-cahuzac-ce-qui-fait-le-malheur-de-la-democratie-ne-rend-pas-heureux-les-journalistes_3152414_823448.html

Lorsqu'on lit les informations publiques et tout à fait neutres que l'on trouve dans Wikipedia sur l'ex-ministre, on peut remarquer aussi que les couleurs ne jurent pas, dans l'ensemble. Et puis, à propos du récent documentaire télévisé qui proposait un "regard freudien" sur un (ex) personnage politique voulant vivre sa libido "à ciel ouvert" (souhait accompli..) : on se demande, puisque les spécialistes sont là, si l'exercice ne pourrait être répété pour des affaires ayant trait à l'argent (fraude, évasion, conflits d'intérêts.. - la gamme).
Les règles communément officielles du jeu démocratique exigent de la transparence et de l'intransigeance (surtout lorsqu'un fait vient de franchir le seuil de l'espace public, sous une forme ou sous une autre). Les vraies démocraties sont fort réactives, et on le voit.
 
Pour apprécier l'aspect à sa juste valeur, il suffirait de comparer avec d'autres démocraties européennes, disons la Roumanie, où c'est toujours la CE qui explique la nécessité de l'intégrité et de la compétence. Des informations comme celles qu'un simple député PSD détient un compte de 18 millions d'euros à Chypre, ou que environ 30.000 entreprises roumaines sont enregistrées là-bas, ne produisent aucun effet dans le pays. Les récentes nominations pour le Parquet et pour la Direction Nationale Anti-corruption (les dernières en date, car le spectacle dure depuis des mois) ont été instrumentalisées et négociées politiquement, sans aucune gêne, et dans une indifférence générale effarante. Or, une démocratie est une société attentive, capable de s'indigner, de se révolter aussi. Mieux vaut un chien vivant qu'un lion mort, n'est-ce pas..
 
P-S. Deux articles à lire. La réalité évoquée dans le premier me dépasse, en revanche, celle décrite dans le second me fait bouillonner..Tom, ami de la Roumanie (voir Links) l'a posté sur Fb, avec son commentaire que voici: "I have driven through this fantastical village several times. As it comes upon you you have to rub your eyes and pinch yourself to make sure that you haven't fallen asleep at the wheel". Alors, les campements de Roms, les fonds de la CE pour les programmes d'intégration, les discours qui divisent, partout en Europe...

GLOBAL INVESTIGATION: Inside the Offshore Global Money Maze - Premium Times Nigeria

 

http://lens.blogs.nytimes.com/2013/04/04/kings-of-the-roma/
P.P-S. Dans ma boîte cefro, des emails envoyés de ma propre adresse clopez@cefro.fr (on peut toujours réfléchir un peu à l'heure /au lieu éventuel de l'envoi), mais enfin, quel intérêt...?