Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2014

Voyage

Je viens de rentrer de Roumanie, où je suis restée dix jours (quelques photos dans l'album sur ce blog, et dans le photoblog). A l'aller, comme au retour, mon voyage a dû se plier à la loi du chaos organisé qui gouverne les transports dans mon pays aux beaux paysages encore intacts (car difficiles d'accès..). Les horaires que j'avais consultés sur le site officiel s'étaient révélés inexistants (j'arrive de l'aéroport à la Gare du nord, et au guichet j'apprends que le train en question ne circule pas, et qu'il existe plusieurs sites, et que je n'avais pas regardé le bon, car il y a des trains privés..(!). A la fin de mon court séjour, dans le train pour Bucarest, la cerise sur le gâteau. Une grève originale, apparemment annoncée la veille aux infos du soir (et que je n'avais pas regardées, mais ça revenait au même): tous les trains arrêtés sur les rails, pendant deux heures.

 

Ce n'est pas facile de comprendre le pourquoi et le comment quand il s'agit des transports en Roumanie (c'est le domaine du Ministère des Transports et de l'Infrastructure), mais j'ai quand même compris deux-trois choses.

La société nationale des chemins de fer se privatise, après avoir été partagée en plusieurs sections qui fonctionnent indépendamment, et donc c'est l'Infrastructure qui a décidé la grève, et non pas les Transports, qui eux, étaient contre, c'est-à-dire les syndicats, qui sont plusieurs et ne tombent pas d'accord...En fait, il  s'agit d'un système complexe (le terme neutre pour 'mafieux'), avec des enjeux financiers et politiques énormes. A un moment donné, j'ai pensé à l'article auquel j'envoyais dans une note précédente, sur l'antipathie comme méthode de management, à propos de la Poste, en France. Tactique similaire en Roumanie, l'objectif étant d'accélérer le processus de 'privatisation': on réduit la vitesse des trains, par conséquent ceux-ci perdent de leurs passagers, la ligne est déclarée inopérante, et donc vendue. Les compagnies privées proviennent de la compagnie nationale, ont leurs trains (les anciens trains locaux repeints) et louent les rails..Ce qui surprend toujours (et ça ne devrait plus), c'est la passivité des gens. Ils haussent les épaules, en lâchant l'invariable "c'est le pays", calqué sur "c'est la vie". Mais non, mais non. Consolation: le rapport de Transparency sur la corruption des institutions européennes.. Je suis revenue à Nice avec un refrain que j'entendais à la radio sur Europa FM -ce sera la chanson de ce voyage :http://youtu.be/ogeuinHxlqw

transports, Roumanie, privatisation, corruption, institutions ue

transports, Roumanie, privatisation, corruption, institutions ue

07/03/2014

Ce 8 mars

010.jpg012.jpgLa Journée Internationale de la Femme, voilà une occasion officielle pour se sentir en empathie avec les femmes vivant dans ce monde, et avec celles qui appartiennent à l'histoire. La conscience continue d'évoluer (législation, organisations internationales), et l'horreur aussi (le viol, comme arme de guerre, parmi d'autres violences). J'ai fait un tour aux Archives (2006, 2011, 2012) pour revoir quelques 8 mars précédents (mon propre destin est plutôt soft, si je compare à d'autres destins de femmes -ce qui n'empêche pas de réfléchir à l'infinité de formes possibles, plus ou moins subtiles, de violence sociale, économique ou politique). Aujourd'hui, mon fils m'a offert un billet d'avion, et moi, je me suis offert un bouquet de tulipes blanches. Comme musique, un clip de quelques secondes de la soirée du 1er mars dernier et que Klaws/Claudiu a posté sur Facebook (c'est public, mais il faut être sur Facebook). P-S. J'ai publié une note optimiste sur le volet professionnel de ce blog (à savoir cefro.pro).1781602_10101352143041631_1112326900_o.jpg

09/02/2014

Ce blog a dix ans!

003 (1).jpg
Update 20. CEFRO propose son cours international structuré 2014-2015 (ici en Pdf).
 
P-S. Je comprends (enfin) que dans ma sélection  Archives (plus bas), c'est logiquement la note de 2005 qui a dû être jugée un peu délicate..(le lien depuis Fb où je l'ai postée s'ouvre sur erreur 404, les 7 like ont disparu -mais je n'ai que 43 amis, américains pour la plupart, et 2 décédés, pas la peine..). C'est vrai qu'en 2005 j'étais plus confiante dans la liberté d'expression, et plus courageuse. Je suis toujours courageuse, quoique résignée. J'aime bien cette note-là..
                               ***
Pour l'anniversaire de cette année de mon fils, je lui ai envoyé l'édition en anglais du recueil de nouvelles d'Alice Munro, Dear Life, que j'ai trouvée à la librairie Masséna, mais avant de fermer le petit colis, je m'étais empressée de lire quelques uns des récits. Je me rappelle que l'une des nouvelles commence ainsi: "because this is not a story, only life". 
C'est bien ce qu'est ce blog. Un projet (de vie, professionnel, les deux, après tout) est, lui aussi, un exemple de coproduction conditionnée, car tout est connecté et interdépendant, et pour que quelque chose prenne une forme, il existe une multitude de facteurs et de causes sur le parcours. Bien entendu, un fil rouge traverse, mais on ne saurait vraiment dire où il mène. Il y a 468 notes sur le blog principal (elargissement-ro), 971 photos sur le photoblog (myshots), et 28 sur le tout récent cefro.pro, le blog qui fait office de site pour CEFRO et qui se prolonge en anglais (pour plus de visibilité et de chances) sur une page facebook. Le projet d'origine est resté le même, dans son essence, sauf qu' il s'est adapté, et moi avec.
Il m'arrive de relire certaines des notes écrites pendant ces dix dernières années, et parfois j'en suis attendrie, parfois amusée, parfois j'éprouve exactement la même révolte qu'au moment où j'écrivais ces lignes-là. Cet espace (qui est devenu pro, et pour lequel je souscris un abonnement) m'aide à maintenir la trace du fil rouge: "(...) ne laissez pas les souvenirs vous échapper, ne les enfouissez pas à nouveau. Ils font partie de vous. Affrontez-les et vivez avec", dit le personnage psy dans le livre que je viens de lire. Totalement d'accord. Mais il me sert surtout de dire, d'informer, en tant que citoyenne "profondément attachée à l'idée de construction européenne" (comme je l'écrivais dans la présentation du blog). Cette idée aussi a évolué, suite à l'élargissement de 2004 (l'OTAN) et de 2007 (l'UE). Non dans le sens du rejet, des regrets, du repli identitaire, etc., même si je suis parfaitement d'accord que les désillusions des gens sont fondées, que les craintes ne sont pas imaginaires, et que ces deux facteurs majeurs, la bureaucratie et le pragmatisme économique à tout prix, sont visiblement en train de l'emporter sur la nécessité de construire un vivre ensemble plus humain, et plus adapté. Voltaire disait que l'histoire est une succession de crimes qui ont réussi. Sera-t-il possible de mettre fin à ce paradoxe, et de renverser le sens de l'histoire, en trouvant la bonne formule? Un peu comme imagine ce personnage, sauf que lui, il est un peu cynique, vu son "métier": [Il] ne croyait pas à la chance, mais il était convaincu que le chaos se plaisait parfois à jeter toutes ses pièces au vent pour le bonheur de les voir retomber en bon ordre: du style "si on met un million de singes devant des machines à écrire, il finira par en sortir "Hamlet" (...) [Il] sourit. Le million de singes continuaient à taper. L'un d'entre eux était sur le point de pondre quelque chose d'absolument fantastique". (Mark Allen Smith, L'Inquisiteur).
 
J'ai sélectionné dans les Archives quelques notes: de 2004, de 2005, de 2007 Après l'otan et l'ue et Vous êtes européenne, et de 2009 (je crois qu'il faut agrandir pour lire plus facilement le texte).

Musique: http://youtu.be/SBW-51xzZNE

 

10/01/2014

Anniversaires 2014

001fleurs rouges vert.jpg

(De mes photos)


Happy 7th Birthday, Rowen Valentina! La multi ani! 


Bon Anniversaire, CEFRO, 6 ans, malgré tout! On continue.



Les deux dés, que je garde dans mon porte-monnaie, sont tombés hier pour la première fois dans cette combinaison (six-six). Ils sont tombés vraiment par hasard, lorsque j'ai renversé le porte-monnaie sur le bureau, pour compter...Le plus petit (blanc), je l'ai trouvé après le départ de ma mère, dans son appartement dont la vente allait donner CEFRO en France.. L'autre (brun), je l'ai trouvé dans cet appartement (condominium) à Charleston loué pour quelques jours de vacances, lors du premier séjour aux States en 2007. Même si pour Mallarmé un coup de dés jamais n'abolira le hasard, selon les dernières théories, il paraît que celui-ci n'existe pas.


 Et la chanson (de Rowen): http://youtu.be/BD9EPeGWoLQ

001 (17).jpg