Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2018

Monsieur le Président

Carmen Lopez
1 hr · Nice · 
 

Commentaire laissé ce matin sur le site du Président Iohannis. Le voici en roumain, et en version française plus loin (ma version, non celle de Google):

"Domnule Presedinte, dupa cum stiti bine, la international se descifreaza clar si corect situatia din tara. Propunerea avansata de dl Dragnea in persoana dnei Viorica Dancila este, practic, propunerea pentru dl Dragnea insusi, de data asta s-a atins fundul marii.. In presa apare ca sunteti santajat cu suspendarea daca nu acceptati. Dar nu puteti sa-l acceptati, totusi, pe dl Dragnea prim-ministru.. Ma numar printre cei care v-am acordat votul, eu in Franta, fiul meu in Statele Unite. Un minimum de speranta ma face sa va adresez acest mesaj. Aveti puterea sa nu cedati santajului PSD ? Romania este la pamant, nu se poate sa acceptati sa i se dea si aceasta lovitura.. Va multumesc."

Monsieur le Président, vous savez bien qu'à l'international on déchiffre clairement et correctement la situation en Roumanie. La proposition que vient vous soumettre le responsable du PSD, M. Dragnea, pour le poste de Premier ministre, en la personne de Mme Dancila, reviendrait à se proposer lui-même. Et cette fois-ci, nous avons touché le fond. Des responsables politiques du PSD affirment que vous serez suspendu si vous n'acceptez pas cette proposition. Mais, tout de même, vous ne pouvez pas accepter M. Dragnea comme Premier ministre.. Je compte parmi ceux qui ont voté pour vous, moi en France, mon fils aux Etats-Unis. Un minimum d'espoir me fait vous adresser ce message. Avez-vous la force de ne pas céder au chantage du PSD? La Roumanie est à terre, vous ne pouvez consentir à ce qu'on lui inflige encore un coup. Je vous remercie.

Commentaires

Pour rappel, voici un lien: http://www.lepoint.fr/europe/roumanie-le-nouveau-hara-kiri-du-gouvernement-16-01-2018-2187117_2626.php

Il faudra aussi rappeler que la Roumanie se confronte toujours avec son grave et insoluble problème de corruption, que le parti social-démocrate, l’ex-parti communiste, a tissé, depuis 28 ans, une toile d’araignée dans laquelle le pays est pratiquement paralysé. Toutes les structures territoriales sont en fait infestées par les barons et leurs hommes. Le plus simple fonctionnaire est touché, d’une manière ou d’une autre, ce qui fait que la petite corruption coexiste avec la grande corruption. Entre les deux paliers distincts sur lesquels se situe grosso modo la population -les (très) pauvres et les (très) riches- on pourrait parler d’une mince couche de gens intègres, qui ne sont ni riches ni pauvres, mais plutôt éduqués, plutôt compétents, et qui n’ont pas formé de liens de compromis avec les politiques et les « hommes d’affaires » véreux. Mais c’est une couche si mince, qu’elle ne compte pratiquement pas.. Ensuite, que représentent-elles ces quelques centaines de milliers de personnes qui descendent dans les rues des grandes villes, même un million ou deux, par rapport au grand nombre ? On a vu en février 2017. C’était une réaction nécessaire, même comme image à l’international, mais il faut reconnaître que ce mouvement-là aussi a été fissuré depuis.. Parler d’opposition politique en Roumanie n’est qu’un artifice de langage, une convention, puisque tous les responsables passent des alliances, visibles ou non, en fonction du seul critère possible : les intérêts personnels et de groupe. Dans la situation présente, on verra bien si la décision du Président Iohannis est opportuniste ou digne, car il envisage certainement un deuxième mandat..

Écrit par : Carmen | 17/01/2018

Répondre à ce commentaire

Le Président Iohannis a annoncé sa décision, il y a quelques minutes, en confirmant Mme Dancila pour le poste de Premier ministre, plus exactement, en confirmant M.Dragnea.. Le Président a donc fait son choix entre dignité et opportunisme, en optant pour ce dernier.

Écrit par : Carmen | 17/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire