Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2022

Juin 2022 et les Lois de la Securitate

services roumains,projet de lois,securitate

(Mes photos- En photographiant la Statue de la Liberté. Nice, Promenade des Anglais)

(De mes publications et commentaires sur Facebook)

Le 4 juin. J'ai parcouru sur ordinateur les textes des projets de lois visant le fonctionnement du Service de renseignement roumain, du Ministère de l'intérieur, du Conseil Supérieur de la Défense du Territoire. On revient aux époques bien connues. On rajoute de nouvelles couches, dans le même esprit. L'Esprit des Lois, version roumaine. 

Ces projets de lois ont été pondus par des politiques roumains. Ils confèrent aux Services le contrôle total. La symbiose entre le Parti communiste et la Securitate a bien survécu. P-S. Le média qui a rendu publiques ces textes écrit que ceux-ci sont l'oeuvre des Services de renseignement et non des politiques. Ils allaient être approuvés par le Gouvernement et envoyés au Parlement. Pour moi, ça revient presque au même, dans un pays comme la Roumanie dirigé par les Services depuis des dizaines d'années, les responsables politiques n'existant pas sans les Services.

Le 5 juin. Et voilà, cette nuit j'ai fait un cauchemar.. Je ne vais pas le raconter, je suis en train de le déchiffrer, mais il est évident que c'est lié au souvenir de mon trauma 'Securitate' dans les années '90. Avec ces projets de lois tout le pays est 'under cover', personnes physiques et juridiques, tout le monde informe sur tout le monde, et les Services vont estimer si vous êtes ou non un bon Roumain.. Comme avant, quoi. Quand, de retour en Roumanie avec un doctorat français, j’ai été traitée par que le conseil juridique du Rectorat de Galati d'ennemi(e) du peuple. Et je suis repartie, non pour le paradis français, mais pour quitter l'enfer roumain. C'est une grosse différence.. Donc, tout le monde sera suspect, et nous développerons une paranoïa légitime. On retourne à '1984' (Orwell). Il faudra aller à l'église, donner des infos aux popes (ils sont rodés..), porter la blouse roumaine et le tricolore au cou, poster sur Facebook des paysages sauvages des Carpates et des monastères. Et surtout, n'émettre aucune critique à l'égard des dirigeants politiques..

P-S. A propos de la loi sur l'activité d'information/contre-information: article 4, point 5, f, sur la criminalité organisée. Cela voudrait dire que la corruption endémique va cesser ou va diminuer ?

L'Article 15. 9. L'interception du courrier postal pour recueillir les informations. Mais c'est exactement ce qu'ils ont toujours fait. Je peux en témoigner aussi, j'ai sur mon blog la lettre adressée au Ministère de l'intérieur en 2008. Etc., etc.

Le 8 juin. Dans un pays de l’UE et de l’OTAN, ils n’ont pas eu honte de produire ce genre de textes ?! Et maintenant le président Iohannis sort de son mutisme pour nous dire que l’origine de ce « draft » n’est pas connue.. C’est-à-dire, quelqu'un, quelque part a rédigé des textes de fiction, afin de nous manipuler, comme dans une sorte d’expérience de Milgram, pour tester notre degré d’acceptation. Je rappelle qu’en Roumanie l’art de la diversion est typique d’un régime totalitaire. Le vrai est faux, le faux est vrai, on joue à la démocratie depuis trente-deux ans. Quoi qu'il en soit, et quelle que soit leur origine, ces textes (projets de lois) sont des horreurs qui nous renvoient automatiquement à l’époque Ceausescu et à la police politique. Il faut de l’insolence et du mépris pour les produire. Des textes conçus et rédigés par des professionnels, et ce n’est pas une plaisanterie. Ou alors, c’est nous qui manquons d’humour.

On pourrait se demander pourquoi les anciennes et les actuelles structures communistes et de la Securitate se font la guerre, quand elles ont toujours eu les mêmes objectifs: piller, accaparer, frauder, détourner, pour leurs propres intérêts de clans et personnels. Mais parce qu'il faut sauver le simulacre de démocratie auquel elles sont contraintes par l'UE et par l'OTAN. Personne n'est dupe pourtant, et c'est dans cette complaisance que la Roumanie pratique son jeu de cache-cache préféré depuis presque trente ans: désigner les victimes et les coupables. Ce n'est qu'un jeu de rôles.

Les anciens Services et les nouveaux Services se tapent sur les doigts depuis voici trente-deux ans, suivant leurs intérêts qu’ils confondent avec ceux du pays qu’ils « protègent ». Après la fuite de ces projets de lois dans la presse, le directeur des Services fait une déclaration que j’entends ainsi : on a voulu manipuler la population et discréditer les Services (actuels) qui, eux, sont alignés à l'Otan et à l’UE, et donc honorables par définition. Autrement dit, c'est la manipulation de la manipulation. Dans un pays sorti d’un régime totalitaire où la Securitate dirigeait et contrôlait tout, devenu un pays « libre », profondément corrompu et dirigé par un système mafieux, quel crédit pourrait-on accorder à cette thèse avancée par les Services ?

Le mois de juin est aussi celui qui nous rappelle les 13-15 juin 1990. Pour beaucoup d'entre nous, un traumatisme toujours présent. Il nous aurait fallu une vraie réparation morale, par un acte de justice. Mais à l'époque, la Securitate était l'Etat. Comme d'ailleurs pendant les trente-deux ans qui ont suivi. Elle a continué à être l'Etat sous des formes nouvelles et des diversions. Aujourd'hui aussi.

N.B. L'argumentaire des Services est basé sur la nécessité de nouvelles lois dans le contexte régional de guerre. Le prétexte est là. Comment ne pas le saisir? 

Écrire un commentaire