Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2013

Faut-il tuer les pauvres?


roumanie,france,évasion fiscale,business pauvreté,gouvernance
Update. July, 1st. Close your eyes and imagine yourself driving on an American road and listening to this: http://youtu.be/qBPAjwQymm4  -that's what I'm doing to forget..
                          *
Les pays ne sont pas des entités naturelles, il n'y a pas de Roumanie éternelle, ni d'Allemagne éternelle, ni de Paraguay éternel.. Les pays sont les constructions artificielles des hommes, et il faut les cultiver et les entretenir constamment, car le succès ou le désastre d'une nation peut se produire en un intervalle de temps très bref, à peine une génération. La Roumanie est en train de s'éteindre avec chaque jour qui passe, sous le poids de sa propre gouvernance. Le commissaire européen à l'énergie M.Günter Oettinger se dit préoccupé par le fait que le pays ne soit pas gouvernable. Le ministre roumain des affaires étrangères M. Corlatean a réagi, en demandant "des explications officielles et convaincantes", et le député européen socialiste Mme Cretu a demandé au président Barroso de "se délimiter des déclarations de son commissaire" au motif qu'il n'est pas démocratique de critiquer un gouvernement élu à 56%. Alors, si la Roumanie est gouvernable et bien gouvernée, pourquoi a-t-il fallu qu'un pacte de cohabitation entre le président et le premier-ministre soit validé par les deux gardiens, l'UE et les US? La Roumanie vient de sortir du déficit au prix des coupes opérées dans les investissements, c'est aussi simple que ça. Elle a un chômage des jeunes de plus de 22%, et l'une des productivités les plus basses en Europe, à cause d'un entreprenariat faible et d'un soutien insuffisant à la recherche et au développement (savoir décoder les termes: là où le rapport de la CE écrit "capacité administrative insuffisante", il faut comprendre "catastrophique"). (Source: http://www.romanialibera.ro/opinii/editorial/cum-se-sting... )
 
Au point où en est l'Europe actuellement, il me semble bien que ces quelques observations à propos de la Roumanie pourraient s'appliquer aussi à d'autres pays, en respectant les nuances et les proportions. Et là, il me vient à l'esprit une comparaison. Supposons que vous écoutiez quelqu'un s'inquiéter pour le paiement de son loyer de 3000 euros par mois, alors que vous, vous inquiétez pour votre loyer de 400 euros par mois. Vous réfléchissez, en vous essayant aux méthodes d'empathie bienveillante, sans vraiment y parvenir. Alors, vous faites plus simple, vous dressez une sorte d'inventaire des choses décentes que l'autre peut se permettre normalement, lorsque vous, vous faites tout par vous-même:  aller chez le coiffeur (pédicure, esthéticienne), prendre un taxi vers ou de l'aéroport, boire un verre d'eau ou un café sur un aéroport, se soigner correctement grâce à une mutuelle correcte (par exemple, ne pas accepter un antibiotique générique dont l'un des excipients est la laque aluminique, et qui vous brûle encore plus que votre gastrite, mais se payer l'original à 40 euros -oui, bien sûr, "c'est exactement pareil"...), acheter parfois chez le traiteur. Que des basiques..Conclusion: un autre standing, et les même soucis.. Monsieur Tapie, à qui il ne resterait que 100 millions (sur les 400 reçus après le fameux arbitrage), serait d'accord.
 
Il en va de même pour l'évasion fiscale, dont le montant pourrait résoudre pas mal de choses - j'ignore s'il existe une estimation exacte quant à la Roumanie, mais la France perdrait quelques 80 milliards d'euros.. Pendant ce temps, des impôts et des taxes sont payés par les autres, mêmes par les plus insignifiants, ceux que l'Urssaf, le Rsi, le Trésor public, la Cipav, retrouvent implacablement, avec cette exactitude digne de toute administration performante. 
A se demander si l'idée ne serait pas de tuer les pauvres. Non, parce qu'ils faut qu'ils consomment.. Et la pauvreté, c'est un marché qui ne connaît pas la crise. Voir dans Marketing Magazine, novembre 2012, "Le business de la pauvreté". On comprend mieux pourquoi il existe des déodorants à 1,99 euros (à l'aluminium, triclosan etc..), des chaussures à 10 et à 5 euros.., et ainsi de suite. Au cas où vous pourriez suspecter cet argumentaire-là de cynisme, on vous explique qu' il s'agit en fait de respect pour la dignité des pauvres..La classe! 


Les commentaires sont fermés.