Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2005

Le 14 Juillet pour moi -petits gestes

La matinée ensoleillée me pousse vers la plage. Je ne regarde pas à la télévision le défilé sur les Champs -Elysées. Après deux heures sur les galets, en face du Casino Ruhl, j'enroule autour de ma taille le pareo rouge et jaune et je monte sur la Promenade des Anglais, pour voir le défilé des divisions niçoises. C'est beau et mes petites mains, habituées à taper furieusement sur le clavier de l'ordinateur toute la journée, se reposent maintenant en applaudissant. J'aime particulièrement les sapeurs-pompiers français - je les ai vus directement en action lorsqu'ils étaient intervenus plusieurs fois pour des incendies dans l'immeuble où j'habite -dans un quartier chaud et cosmopolite, près de la gare.
J'aime aussi les gendarmes français -ils m'ont été d'un réel secours trois fois, contre les violences de Lopez, il y a sept ans. J'aime aussi les beaux chars de la Kfor qui donnent le sentiment de sécurité -car, malheureusement, ce ne sont pas (encore) les fleurs ou les slogans pacifiques généreux qui arrêteront les forces aveugles de l'irrationnel.
En rentrant, je me prépare un petit repas disons festif: une boîte de champignons (que je cuisine en deux minutes avec un peu d'ail, d'oignon, de fines herbes), deux tranches de jambon, un sorbet aux fruits exotiques, un peu de vin rouge ("du pays de l'Aude" , à 1,38 euros, une bouteille convenable et que je peux surtout ouvrir sans un tire-bouchon...).
J'allume un cierge et j'observe les 2 minutes de silence devant mon téléviseur. A 13h20, j'écoute avec attention l'intervention du Président (en m'efforçant de mâcher lentement...).
Ce soir, je ferai un tour sur la Promenade pour voir les feux d'artifices.
C'est étrange, mais la vérité est que je n'ai jamais vu les feux d'artifices en Roumanie, tout comme je n'ai jamais été là-bas pour notre fête nationale, le 1er Décembre. Je l'ai toujours marquée ici, en France, par de petites choses symboliques: je m'offrais un gâteau ou j'appelais en Roumanie, chez mon père et je lui disais de remplir une coupe de champagne pour moi aussi...Pareil, il y a dix jours, pour Independence Day j'ai envoyé une carte électronique à mon cher tout récent immigré aux US et à sa nouvelle famille, et je me suis arrêtée au café bar chez "Virgin" pour une american pastry et un café frappé.
J'habite un triangle affectif: Roumanie-France-US, mais, en fait, je me rends compte que c'est bien plus que cela. C'est un espace de travail que je souhaite et que je suis en train de poser.
Mon fils m'écrit dans son dernier e-mail qu'il a trouvé un emploi dans une compagnie française, mais qui n'a de français que le nom. J'espère qu'il pourra m'acheter sur Internet un aller-retour Nice-Bucarest pour cet été. J'aimerais tant que ce soit moi qui l'aide, et non pas lui, qui vient d'entrer dans la vie, mais je n'y peux vraiment rien.
Sois positive, Carmen! C'est le 14 Juillet!

Les commentaires sont fermés.